Pschit-Men

Comics Marvel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 7 Avr - 22:30

(Pour ceux qui débarquent, cette fic retrace la vie du personnage de Vergil, provenant de la fic Shinde de ce forum, et de son frère jumeau nommé Piers. Ce sera plus un résumé qu'autre chose vu l'ampleur de la tâche originale, mais c'est une chose que j'avai promise il y a longtemps, et comme j'ai fini par avoir toute une histoire en tête, j'ai décidé de la transcrire de manière condensée pour que ce soit pas perdu ^^ Il est inutile d'avoir suivi Shinde pour la lire, car celà se déroule sur une période allant de -43 ans à -8 ans avant le début de la fic originale, et le scénario est totalement indépendant, même si très lié. Pour tout commentaire, allez dans le topic de blabla de Shinde original).








"... Piers se retrouvait face à un choix des plus terribles. D'un côté, il pouvait poursuivre la personne responsable de toutes leurs souffrances... cette même personne qu'il avait juré de tuer depuis le drame de leur enfance, et qui lui inspirait toute la haine qu'il gardait en lui depuis une vingtaine d'années. Mais de l'autre côté... Il pouvait poursuivre Shadow, l'éternel ennemi de Vergil, qui venait de disparaitre dans l'ombre de l'interminable couloir, emportant avec lui la mallette qui contenait les plans qu'ils étaient venu détruire. Il avait le choix entre sa mission, et sa vengeance. La passion et la raison... Si seulement Vergil avait été là, ils auraient pu se partager la tâche, mais il se retrouvait seul... Et la vie de Vergil était même en danger. Ce fut cette pensée qui amena à sa décision. Il avait toujours été le plus réfléchi des deux frères. Il allait poursuivre sa mission, et essayer d'arrêter celui qui avait tant fait souffrir Vergil. Il jeta un dernier regard sur le cadavre de son ami qui venait de tomber au combat, et fila à la poursuite de Sahdow dans la couloir sombre... A travers les ténèbres..."


L'homme arrêta sa lecture quand le pilote lui annonça qu'ils allaient atterrir. Il referma alors le livre qu'il était en train de lire sans mettre le marque page. De toute façon, il connaissait déjà la suite. Il descendit de l'hélicoptère, et demanda au pilote de l'attendre ici car il ne serait pas long. Il entra alors dans le bâtiment, pour rendre visite à un vieil ami. celui-ci travaillait comme toujours dans son laboratoire qui faisait également office de bureau, et en sortait très rarement.

-Toujours fourré dans ton laboratoire?

-Je peut difficilement me permettre de sortir tu te rappelles? Et puis je crois que je suis enfin arrivé à un résultat!

Ils se retourna en souriant pour lui serrer la main, mais son visiteur semblait ne pas vouloir sortir de l'ombre. Il força un peu ses yeux pour voir mieux dans la pièce très peu éclairée, et fit un bond sur sa chaise.

-Mon Dieu... Qu'est-ce qui t'es arrivé?

-Je t'en parlerai plus tard. je t'ai amené quelque chose qui devrait t'intéresser.

Le visiteur posa alors un livre sur le bureau, et le fit glisser jusqu'au scientifique, toujours sous le choc. Il examina alors le livre en question, et vit que le nom de l'auteur n'étais pas indiqué. Le titre était:


La Vengeance des anges jumeaux



-Le titre n'est pas tout à fait fixé, Ajouta le visiteur. L'auteur n'a jamais su se décider et aurait fait mettre ce titre en attendant de trouver mieux. C'est un exemplaire unique. Le livre lui même n'a pas été complètement fini.

Le scientifique ouvrit le livre au début, sans tout à fait comprendre e quoi ça le concernait, mais il n'avait pas beaucoup de passes temps et il avait déjà fait le tour de sa bibliothèque. Le visiteur s'éloigna alors vers la porte.

-Je te laisse à ta lecture. Je reviendrai quand tu aura fini. Je ne serai jamais bien loin de toute façon.

Et il s'en alla, laissant son ami ébahi devant ce cadeau si intriguant. Il prit alors le livre à la première page, et commença sa lecture...






J'ignore pourquoi le destin s'est toujours acharné contre moi. Il devait bien avoir une raison à tout ça. Peut être voulait-il m'amener à faire toutes ces choses. Cela expliquerait aussi pourquoi la mort n'a jamais voulu de moi. Peut être que j'ai bien une raison de continuer à vivre ainsi. mais actuellement, tout ce qu'il me reste... C'est mon désir de faire payer pour tout ce qu'on m'aura fait subir à moi, et à tous les autres.

Vous n'aimeriez pas entendre mon histoire. En général, les gens n'aiment pas les histoires tristes. Mais si vous voulez espérer un jour me comprendre, alors vous n'avez plus qu'à vous asseoir et à écouter.

Vergil Anders


Cette citation était située sur la première page du livre. En tournant la page, le récit réel allait commencer...



(le récit qui suit n'est pas le livre en texte intégral. Il s'agit plutôt d'un résumé. Seule la première partie sera vraiment plus ou moins détaillée).



Partie 1 : Origines



Les meilleurs histoires commencent généralement avant la naissance de leurs héros. Celle-ci commence bien plus tôt que l'on ne pouvait l'imaginer, car il faut remonter jusqu'en Egypte Antique, à l'ère des Pharaons, et à l'heure ou la mutation fit officiellement sa première apparition.

Tout avait commencé sous le règne d'un Pharaon parmi les plus puissants de l'histoire, mais qui a été oublié par la suite, son nom ayant été effacé de tous les écrits et de tous les murs où il était inscrit. La Reine était réputée pour être la plus belle femme de toute l'Égypte, et même du monde entier. Elle siégeait toujours à la gauche de son mari, éblouissant tous les sujets de son aura presque "divine". A la droite du Pharaon siégeait son conseiller, le Grand Prêtre, qui était un oracle réputé pour prédire le futur avec grande précision, et qui avait permis de toujours ressortir vainqueur des batailles. La seule chose qui gênait énormément était qu'il avait la peau très pale, et qu'il était "différent". Si son nom avait traversé les âges, alors peut être aurait-il pu être considéré comme le premier mutant de l'histoire, mais il était impossible de déterminer si ce "don" et cette "différence" étaient ou non dues à l'évolution génétique, ou alors tout simplement au fait qu'il était albinos et très chanceux dans ses prédictions.

Le jour où la Reine accoucha de son premier enfant, la légende raconte que la colère du Pharaon résonna jusqu'au fin fond de son empire. L'enfant était en effet bien plus pâle qu'il n'aurait du l'être, et il ne fallut pas longtemps pour découvrir la relation amoureuse qui existait entre le Grand Prêtre et la Reine. Le Pharaon ne pouvait se permettre de tuer le véritable père du nouveau prince, car cela le priverait de ses prédictions, mais il sacrifia la beauté de sa femme en lui passant lui même une épée au travers du ventre. Il mit alors le grand Prêtre aux fers, et celui-ci lui fit son ultime prophétie avant de disparaitre : Il prédit que tous les membres de la famille du Pharaon, et ses descendants, seraient un jour à cause d'un de leurs enfants, et que son sexe alternerait à chaque génération. Le Roi d'Egypte ordonna alors la mise à mort de cet enfant, qui fut abandonné dans le désert.

L'ironie du sort voulu que cette histoire se produisit deux fois dans la même Période. Le premier se nomma par la suite Apocalypse, qui fut déposé dans le désert car il avait la peau grise, et le second devait mourrir anonyme, avec du sang royal dans les veines. Les deux furent retrouvés par une tribu nomades, et élevés comme des guerriers. Le premier fut nommé "En Sabah Nur", qui signifiait "le premier", et le second, fut tout simplement nommé "Neihlo", qui signifiait "Envoyé des Dieux".

Neihlo montra rapidement des facultés étranges, comme une force surhumaine, ou alors une certaine aura noire qui se dégageait autour de lui, et ses yeux devenait rouges vifs. Au début, cela effrayait les nomades, mais ils comprirent alors qu'il était bien un envoyé des dieux. En effet, lorsque qu'il atteint l'âge de 16 ans, ses pouvoirs s'étaient affirmés clairement, et il pouvait à volonté prendre la forme d'une sorte de démon noir ailé, qui fut assimilé au fils de Seth, Dieu du mal et du Désert, abandonné par celui-ci car son âme était pure. A peine la rumeur fut-elle lancée que la tribu de nomades rassembla de nombreux fidèles. Neilho était devenu le symbole et le chef d'une véritable armée, qui entreprit de s'installer en Egypte pour y régner. Au même moment, En Sabah Nur commençait son ascension qui l'amènerait un jour au statut de Pharaon.

Suite à de nombreuses guerres, Neihlo fut à la tête d'une portion de l'Egypte, mais également d'une nouvelle religion. Un temple fut même construit à son honneur à l'intérieur d'une montagne en plein désert. Il était devenu le nouveau Dieu du désert et de la mort, au bon sens du terme. Considérés comme héréituqes, ses fidèles furent chassés et massacrés. Commença alors la guerre qui opposé Neilho au Pharaon en personne. Si l'armée pharaonique était bien plus puissante, la vision d'un demi dieu dans les rangs adverses les impressionnait toujours, et certains changeaient même de camps en se rendant compte que les dieux étaient contre eux. Au cours de cette guerre, le Pharaon entendit parler d'une étrange découverte sur un site où une mine se creusait.

Un enfant banni parce qu'il était "différent", s'était réfugié dans une grotte, où une pierre était semble-t'il "tombée du ciel", car les Dieux voulaient en éloigner les hommes. L'enfant pénétra dans la grotte, affamé et blessé, et s'allongea contre la fameuse pierre. Il y mourut alors serein dans son sommeil, et la pierre, de ce contact, aurait acquis la faculté d'enlever ses pouvoirs à cet enfant et à ses semblables. Le Pharaon avait envoyé creuser des mines là bas, et sa découverte allait représenter son arme fatale pour se débarrasser de ce "Neihlo".

Neilho avait finalement rencontré En Sabah Nur, et ils décidèrent de mener ensemble leur grande bataille. La capitale elle-même fut le cadre d'une bataille sanglante, et les victimes furent innombrables. Neihlo était en première ligne, et semait la terreur dans les rangs ennemis. Il finit par pénétrer sans ses soldats, accompagné d'En Sabah Nur, dans la salle du trône, ou le Pharaon et sa garde attendait. Il leur dévoila alors la pierre fabuleuse, qu'il avait appelé "Toldanite", du nom des mines de Toldan. où elle avait été découverte. Le combat qui s'en suivit fut difficile, mais En Sabah Nur réussit à tuer tous les gardes juste avant que Neilho ne décapite le Pharaon. Ses derniers mots furent : "Alors il avait raison..."

Neihlo détruisit alors la pierre, qui se fragmenta en 9 morceaux. Du coeur de celle-ci se dégagea une sorte de cristal vert lumineux, de nature complètement inconnue. Il demanda à ses hommes de placer les 9 autres fragments dans son temple, autour de l'autel, et garda le cristal vert en médaillon. En Sabah Nur devint le nouveau Pharaon, car Neilho possédait déjà son statut de Dieu. Suite à une visite aux prisonniers pour les libérer, Neilho rencontra l'Ancien Grand Prêtre, qui lui parla de la malediction qu'il avait lancé sur la famille du Pharaon, et lui révéla l'identité de sa vraie mère avant de rendre l'âme à cause des coups de poignard qu'il avait reçu des servantes sous l'ordre du Pharaon lorsqu'il avait refusé de lui prédire les mouvements ennemis.

A l'avènement d'Apocalypse, Neilho prit la seconde place. Tous ses fidèles vénérèrent alors le nouveau Pharaon, qui ne lui accorda aucune gratitude, et détruit passivement sa religion en la remplaçant par la sienne. Le choc fut difficile pour Neilho qui retourna au statut "d'humain différent". Il donna l'idée du complot pour enfermer Apocalypse à certains de ses serviteurs,avant de disparaitre, en faisant disparaitre avec lui toutes les traces de son temple perdu, qui fut englouti sous la montagne par une avalanche.

Il entreprit alors de voyager à travers le monde, où il découvrit que de nombreuses autres personnes passaient pour des envoyés des dieux, et, en découvrant toutes ces religions, étant lui même une "divinité", il comprit que tout celà n'avait été qu'une illusion, et sa seule raison de vivre fut de découvrir sa vraie nature. Il se rendit rapidement compte que depuis ses 30 ans, il avait complètement arrêté de vieillir, et il lui fallut voyager plus de cinquante ans pour se rendre compte qu'il était devenu immortel. Il s'était intégré à la société, ne montrant plus la nature de ses pouvoirs, et profitait que sa peau soit très peu typée pour faire partie des civilisations Européenes, où les Africains étaient exclus. Il devint alors un fantôme de l'histoire, vivant plus de 1000 ans à supporter cette humanité qui ne cherchait pas à comprendre la différence, tout en cherchant les réponses sur sa nature, et en conservant son médaillon.

(suite tout de suite).

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité


Dernière édition par Argoths le Dim 27 Sep - 3:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 7 Avr - 22:31

Un jour, il passait en Italie dans la période de la renaissance, lorsqu'il entendit parler d'une épée divine. Dans un monde très Chrétien, et étant devenu un athée confirmé, il voulut voir cela de plus près, heureux de trouver quelque chose d'original après s'être blasé durant cette vie éternelle. De plus, il avait collectionné les épées venait des civilisations de toute l'antiquité, et avait même quelques reliques comme un des glaives de César qui avait été perdu sur un champ de bataille, mais surtout les deux épées longues que portait le Pharaon lorsqu'il l'avait vaincu. Une épée divine pourrait également faire bonne figure sur un piédestal.

Lorsqu'il entra dans la chapelle où l'épée devait être entreposée, il n'écouta pas les avertissements du prêtre qui lui disait qu'elle était protégée par un ange, et, après l'avoir arrachée de sa place, il tenta en vain de la retirer de son fourreau. Il avait beau tirer de toutes ses forces, l'épée ne coulissait pas. Ce fut alors qu'elle lui apparut. Un ange apparut devant lui, entourée d'une aura de lumière qui, ajoutée à sa beauté parfaite, lui donnait un air encore plus impressionnant. Le prêtre fut confié à des spécialistes des soins mentaux (ajoutons qu'à l'époque de la renaissance la médecine était sans conteste à l'âge d'or de sa bêtise, ce qui risquait de ne pas l'aider), car il jurait avoir vu un démon et un ange se battre. Dans tous les cas, l'épée avait disparu, tous comme l'ange et le Démon en question.

Elle s'appelait Elincia. Elle avait toutes les caractéristiques d'un ange selon leurs descriptions, de longs cheveux blonds magnifiques, et des yeux d'un violet profond. Tout en elle inspirait la perfection, et sa beauté était véritablement sans pareille. Ils s'étaient brèvement battus, puis Neilho avait proposé avec galanterie qu'ils arrêtent de se battre pour ne pas la blesser. Il avait en effet rencontré face à face pour la première fois quelqu'un de différent, considéré comme une sorte de divinité, c'est à dire tout comme lui. Visiblement, il y avait eu un coup de foudre réciproque.
Elle aimait quand il lui parlait de tous ses voyages, car elle avait elle-même peu voyagé. Elle était née en Italie, ou plutôt elle avait été adoptée en Italie, car elle avait été retrouvée sur les marches de la maison d'un noble Romain, une étrange épée à la ceinture alors qu'elle avait 16 ans. C'était peu avant l'apparition du Christianisme, donc une jeune fille ailée n'avait pas encore de réelle connotation religieuse. Elle pouvait prendre forme humaine à volonté, mais s'était montrée avec ses ailes devant certaines personnes. Elle avait été la source d'inspiration de certains artistes antiques, en particulier le poète Virgile, qui fut un ami très proche. Le noble qui était devenu son père adoptif l'avait élevée comme sa fille, avant sa mort alors que le Christianisme commençait à émerger. Elle avait fini par se réfugier dans les églises où elle avait été vénérée, mais finit par se lasser de tous ces gens qui venaient la prier pour aller au paradis, et décida de vivre cachée. Elle avait trouvé une église isolée, et y entreposa l'épée qu'elle avait toujours possédée dans une chapelle où elle fut considérée comme une relique importante. Elle se fit alors passer pour une religieuse, et avait passé quelques années ainsi avant sa rencontre avec Neilho.

Ils décidèrent alors de partir voyager ensemble, et la découverte de l'Amérique leur donna leur prochaine destination : L'inconnu! Ils passèrent par le futur canada pour aller vivre en Asie en attendant que le continent soit plus calme, et finirent par s'installer définitivement dans ce qui était devenu les Etats Unis. Lorsqu'on leur demanda leur nom de famille, les deux amants répondirent par le prénom du nomade qui avait élevé Neilho, et qui s'appelait Anders. Le temps passa, et ils vivaient au jour le jour leur immortalité commune. Neihlo devint historien, profitant de ses grandes connaissances, puis décida de devenir archéologue, car il sonnaissait les lieux où de nombreux trésors étaient enfouis. Il finit par envoyer une équipe dans son propre temple, ou toute une partie de l'histoire fut retrouvée, et où il retrouva toutes ses reliques qu'il avait perdues depuis plus de 2000 ans. Il devint riche et célèbre, et fut considéré comme l'un des hommes les plus riches du monde. Il retrouva alors les 9 morceaux de la Toldanite, et les garda cachés dans sa cave pour ne pas perdre ces pierres mystérieuses, qui avaient toujours gardé leur pouvoir d'annuler les siens, mais qui étaient affaiblis lors de la destruction du bloc unique, et également par le temps.

Ce fut alors que le secret de la mutation explosa au grand jour. Depuis tout ce temps, il allait enfin avoir les réponses à ses questions. Il se consacra entièrement à la recherche, mais manquait de moyens technologiques. Il s'associa alors avec un spécialiste de la technologie de pointe, et ils créèrent ensemble l'entreprise "Prime Tech", qui disposait des laboratoires de recherches les plus perfectionnés au monde, et qui disposait du monopole quasi complet de la technologie de pointe. Ils s'associèrent entre autre avec Stark and co, et devirent de proches partenaires (chacun disposait d'une grande part de l'entreprise amie).

Ce fut alors que Neihlo, qui vivait en amour fou avec sa femme Elincia depuis si longtemps, décida qu'il était temps qu'ils élèvent des enfants. Il réfléchit alors à la prophétie du prêtre égyptien, et ne réussit pas à chasser de son esprit la peur qu'il ait une fille qui cause sa mort. Il finit par l'oublier, et, avec soulagement, il constata qu'Elincia était enceinte de jumeaux, deux garçons. Neilho voulut qu'un de ses enfants s'appelle Pihrs, qui signifiait "honneur" dans un vieux dialecte Egyptien, mais en l'américanisant de manière à donner "Piers", qui était un nom qui lui plaisait beaucoup à lui et à Elicia. Quant à elle, en la mémoire de son vieil ami Virgile, et proposa d'appeller le second Vergil, pour éviter une ressemblance trop frappante avec un prénom antique. Ansi naquit en premier Piers, rapidement suivi par Vergil. Ils avaient les yeux de leur mère, d'une couleur Violette profonde très troublante, mais magnifique. Le couple ne pouvait pas être plus heureux, et éleva les deux enfants dans un milieu aisé, dans un manoir luxueux, mais sans jamais leur parler de leur passé ni jamais mentionner leur mutation.

Le temps passa, et le laboratoire de Neihlo découvrit un remède contre certaines maladies incurables, ainsi que de nombreuse découvertes, tandis que la section de technologie avait révolutionné la robotique et l'intelligence artificielle par des systèmes toujours plus performants. Neilho entreprit alors d'écrire un livre intitulé "Apologie de la mutation et analyse de l'évolution des espèces", dans lequel il réunit toutes les informations qu'il pouvait trouver à ce sujet. Ses recherches avancèrent à une vitesse folle, et il se trouva obligé d'écrire deux tomes. Le jour où il fut convaincu d'avoir découvert tout ce qu'il était actuellement possible de découvrir avec ces moyens, et surtout lorsqu'il avait trouvé toutes les réponses à ses questions, il acheva son écriture, et voulu vendre son livre pour expliquer d'où venait ce phénomène qu'était la mutation, et montrait à quel point il était naturel dans le cadre de l'évolution. Il avait également prévu une époque où l'homo sapiens allait disparaitre au profit de L'homo superior, autrement dit le mutant. Mais dans un monde où la terreur règne à ce sujet, il fut immédiatement interdit à l'édition.

En effet, le temps avait passé depuis l'époque où la population commençait à se faire à l'idée que les mutants pouvaient avoir leur place. Le temps des X-mens (pour ne citer qu'eux), était révolu. C'était l'époque où leur statut était redevenu discuté, et où la haine et la ségrégation atteignait son paroxysme. Le professeur Xavier était désespéré, et arrivait en fin de vie malgré les soins qu'on lui prodiguait. Anders décida alors de donner les deux tomes aux deux amis qui, à ses yeux, les méritaient le plus. Il donna le premier à Charles Xavier, qui fut le symbole de la discussion et de la lutte pour l'égalité entre les mutants, et il donna le second à la famille Stark, qui avait accueilli les Avengers, et dont l'actuel leader avait longuement coopéré avec eux autant dans le cadre de leurs entreprises que dans la cause des mutants. Le couple Anders décida alors de verser une fortune aux associations d'aide aux mutants, et leur image finit par devenir très mauvaise aux yeux des humains "normaux", mais ils ne s'en souciaient pas.

Vergil et Piers grandirent dans la richesse et le bonheur. Ils avaient tout ce dont ils pouvaient rêver. Des parents qui s'aiment, et les aimaient profondément, qui passaient le temps qu'il fallait avec eux, et qui avait tout fait pour leur donner la meilleure vie possible. Ils étaient juste un peu trop inconscients de tout le mal et de toute la pauvreté autour d'eux. Ils avaient cependant, à côté des amis du même statut qu'eux, un bon ami du nom d'Oliver. Le hasard voulu qu'il porte le même prénom que l'orphelin des rues Oliver Twist, car il était lui même Orphelin et vivait dans les rues près de leur manoir, qui était situé près d'une très petite ville dont certains quartiers avaient commencé à devenir moins bien famés. Leur résidence, dans tous les cas, était toujours une des plus convoitées de la région.
Oliver était un clochard, petit blond aux yeux verts et aux traits grossiers, qui avait 2 ans de moins qu'eux. Leurs parents ne voulaient pas trop qu'ils le voient, mais Oliver aimait bien jouer au Base Ball, même si c'était avec les moyens du bord, et cela leur permettait d'oublier leur statut de riches ou de pauvres un instant. Si Oliver essayait régulièrement de leur demander un peu d'argent, ils avaient arrêté de l'aider, car ils savaient qu'il était incapable de le dépenser correctement. Il était un spécialiste pour tout perdre au jeu, et ne savait pas s'arrêter. Mais il n'avait pas cette forme de matérialisme qu'avaient tous leurs autres amis, et cela était à leurs yeux très important.

Ce fut peu avant leurs 13 ans que leur vie bascula...

(La suite en texte intégral, j'ai déjà écrit ça pour Shinde).

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 7 Avr - 22:40

Piers: Maman? Papa?

Les deux jumeaux de 12 ans venaient de rentrer chez eux par la porte de derrière pour ne pas se faire remarquer. A leur grande surprise, il avaient trouvé leur maison totalement vide.

Vergil: Où ils sont passés?

Piers: J'en ai aucune idée. Peut être qu'ils sont sortis Je vais voir si leur voiture est dehors.

Vergil: Ok. Moi je vais poser le sac dans la chambre.

Vergil regarda alors son frère ainé se diriger vers le jardin qui se trouvait à l'entrée de leur immense maison. Il commença alors à se diriger vers leur chambre, mais s'arrêta en voyant une photo posée sur une étagère. Elle les représentait avec leurs parents. Leur père était plutôt grand, aux cheveux noirs plutôt courts, et portait une barbichette qui lui donnait un air digne. Sa mère était une très belle femme aux cheveux blonds, très longs et raides, des traits on ne peut plus fins, et des yeux mauves qui lui donnaient un charme immanquable. Ses deux parents avaient l'air très jeunes par rapport à leurs deux fils, des jumeaux, qui avaient beaucoup hérité de leur mère, et avaient exactement les mêmes yeux, mais avaient les cheveux totalement noirs et en bataille, ce qui effaçait totalement la grace qu'elle leur avait légué. Vergil regarda la photo pensif, mais un cri attira son attention.

Piers: Papa? Maman? Qu'est-ce que... NON!!!

Vergil accourut alors pour voir ce qui était en train de se passer. La porte d'entrée était grande ouverte. A peine eut-il mi un pied dehors, qu'il fut saisi par deux hommes en tenue de combat. EN se débattant, il jeta un œil aux alentours, et vit que son frère était aussi tenu tranquille par deux personnes. Trois mètres plus loin, un spectacle horrible se tenait sous leurs yeux. A l'intérieur d'un cercle d'hommes armés, il pouvait voir ses deux parents gisant au sol, grièvement blessés, comme si ils avaient été frappés violemment. Son père était à genoux, et gémissait de douleur. Vergil n'avait jamais vu ses parents utiliser leurs pouvoirs de mutants. Il savait juste qe son père pouvait se transformer en démon, et sa mère en Ange. Il avait toujours pensé que c'était une métaphore pour montrer qu'ils était "le Ying et le Yang" complémentaires, qui s'étaient parfaitement trouvés.

C'est alors qu'il le vit. L'homme qui semblait être le chef. Il avait du mal à distinguer son visage, mais était persuadé de l'avoir déjà vu quelque part. L'homme fit alors un signe à ceux qui ressemblaient à des soldats, qui reculèrent et formèrent une ligne, son père et sa mère, en restant face à celle-ci. son père était en train de hurler, et avait les larmes aux yeux.

-Je vous en supplie! NON!!!

Vergil vit alors sa mère le fixer. Elle le regardait, lui, ainsi que Piers, d'un regard plein d'amour, qui semblait dire adieu. Des plumes se décollèrent alors de ses ailes, et volèrent alors vers eux. Dans un éclat de lumière, un phénomène étrange se produisit. Leur système génétique était la fusion parfaite de celui de leurs deux parents. Ils avaient hérité de leurs facteurs mutants à l'identique, mais ceux-cis n'étaient pas censés se manifester, et ils auraient sûrement muté comme n'importe qui, en ayant des pouvoirs propres. Mais quelquechose d'étrange se poursuivit. C'était comme si leur mère venait de donner sa vie pour les sauver... en forçant leurs gènes à s'activer.

Les soldats levèrent alors leurs armes, et les pointèrent sur l'ange, qui s'était levée, et écartait désormais les bras. Tout alla si vite. Le son des balles tirées, le sang de leur mère qui se répandait sur le sol, les cris de leur père désespéré, qui était trop affaibli pour pouvoir l'empêcher. La vision de leur mère morte fusillée sur le sol était insoutenable. Elle réveilla en eux une nouvelle rage... Une nouvelle force. Ce fut ce jour que, contre toute les lois naturelles, des pouvoirs qui ne leur appartenaient pas s'activèrent en eux. Vergil avait perdu tout contrôle de ses actes. Sa rage guidait son corps, et il se vit tuer les deux soldats qui le maintenaient en les projetant contre les murs avec une force incroyable. Il regarda alors son père, toujours à genoux, les larmes aux yeux. L'homme qui avait donné l'ordre de tirer s'était avancé vers lui. De sa place, Vergil entendit ce qu'il lui dit avant de pointer un pistolet sur sa nuque.

-Désolé, mais le temps des gens comme vous est terminé.

Trois tirs se firent alors entendre. Vergil vit alors son père tomber, comme sa mère, avec le regard vide. L'homme essuya son arme, et ordonna à un soldat.

-Mettez les corps dans la voiture. Il ne faut pas qu'on les retrouve.

La suite était plutôt floue. Il y avait eu une explosion de rage, qui avait tué tous les soldats sur son passage. Quand il avait repri ses esprits, Vergil vit Piers penché sur lui.

Piers: Ca va vieux?

Son frère avait deux ailes d'ange dans le dos, et le regardait avec un air à la fois inquiet et horrifié. Il avait les larmes aux yeux.

Piers: C'est horrible... Papa... Maman...

Vergil: Que s'est-il passé?

Il n'arrivait pas à réaliser que ses parents venaient de se faire assassiner, et surtout que la seule raison apparente était qu'ils étaient des mutants. La cruauté des humains n'avait t'elle donc pas de limites?

Piers: Des hommes armés sont venus juste pour les tuer... Les monstres. Ils ont même emmené le corps de Papa...

Vergil se rendit alors compte qu'il était allongé sur le sol. IL essaya de se lever, et constata qu'il avait les mains recouvertes de sang.

Vergil: Je me souviens... Les monstres!

Il serra alors les poings, et Piers parut horrifié. Des lignes noires se mirent à apparaitre sur ses bras, en s'allongeant jusqu'à atteindre le cou, puis les yeux.

Piers: Qu'est-ce qui t'arrive?...

Vergil cligna aors des yeux, et les lignes noires disparurent.

Vergil: De quoi tu parles?

Piers: Ils voulaient emmener le corps de Maman. Après le flash de lumière quand elle nous a envoyé des plumes, je me suis retrouvé avec des ailes d'ange dans le dos. Mais toi... C'est à cause de toi qu'ils n'ont pas réussi à prendre son corps. Tu les a tous tués.

Vergil était effaré. Il n'avait jamais tué personne, et il ne se rappelait de rien.

Vergil: Que... Comment... Je...

Piers: Je crois qu'il vaut mieux que tu te regarde dans un miroir avant de continuer.

Piers lui en tendit alors un à moitié brisé, dans lequel il avait du se regarder aussi pour voir si il n'y avais pas eu de changements inattendus. Vergil le prit alors, et se regarda en poussant un cri d'horreur. Sa peau était totalement grise, et ses yeux rouges vifs. Il avait de plus des petites pointes noires qui lui sortaient des coudes et des genoux. En regardant ses mains de plus près, il constata que ses doigts s'étaient transformés en griffes acérées, mais très courtes.

Vergil: Qu'est ce qui m'arrive...

Piers: Papa pouvait se transformer en démon. Maman se transformait en ange. Apparemment on a hérité de leurs pouvoirs. On était des mutants.

Vergil: Mais ils pouvaient passer d'une forme à l'autre sans problèmes non?

Piers: Je n'en sais rien...

Il recommença alors à pleurer. Il était complètement perdu. Vergil ne ressentait pas du tout le même sentiment. Il était juste fou de rage. Il posa alors la main sur l'épaule de son frère.

Vergil: Il faut qu'on les venge Piers! Ils vont payer!

Il y eut alors un petit flash de lumière, qui éloigna un peu les deux frères. Dès qu'ils se regardèrent, ils purent constater que leurs formes s'étaient échangées. Et depuis ce jour, elles s'échangeaient régulièrement à la seule condition que les deux frères étaient à proximité l'un de l'autre. Ils étaient désormais appeurés tous les deux, et surtout complètement dépassés par les évènements.

Vergil: C'est un cauchemar! On va se réveiller...

Piers: On ne se réveillera pas. Papa et Maman sont morts. On est seuls...

Ils se regardèrent alors silencieusement, les larmes aux yeux.

Piers: Allons enterrer Maman.


FIN de la partie 1.



(Désormais, les parties seront beaucoup plus des résumés. Je voulais quand même éviter de faire plus court pour le début qui est toujours important. Il n'y aura que 4 parties, donc ce ne sera pas trop long à lire).

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Mer 23 Avr - 17:17

Partie 2 : Seuls contre tous

Que feriez vous si d'une seconde à l'autre, vous perdiez tout ce qui vous était le plus cher? Que ressentiriez vous? De la tristesse? De la haine?
Beaucoup perdraient l'envie de vivre, mais les autres n'auraient plus qu'une idée en tête : la Justice. Il reste alors une seule question : Jusqu'où seriez vous prêts à aller pour vous venger?
Une fois que vous êtes seuls contre tous, alors vous verrez la vie d'une manière totalement différente, et vous vous demanderez sans cesse :

Pourquoi s'acharner à souffrir?


Vergil Anders




Les informations annoncèrent peu après la mort du célèbre Neihlo Anders, Fondateur de Prime Tech, scientifique de renommée, considéré comme le plus grand génie de son ère par de nombreuses personnes pour ses découvertes révolutionnaires (même si ses recherches sur la mutation n'ont jamais pu être révélées au public). Ils annoncèrent celà comme un assassinat dans leur domicile qui le visait lui et sa famille, ne laissant pas de survivants. Il y eut immédiatement un ordre d'évacuer la zone, et tous les habitants voisins (qui n'avaient pas attendu l'annonce pour être effrayés), avaient presque déjà quitté la région. Les habitations allaient être rasées, mais le manoir avait été légué à l'hériter des Anders avec tous les objets ramenés de fouilles à l'intérieur, et, même si personne ne vint jamais le réclamer, ils n'avaient légalement pas le droit de le détruire. De plus, l'ancienne résidence finit pas disparaitre de toutes les cartes et de tous les esprits. On finit par classer ce drame dans les archives, et, avec tous les évènements qui suivirent, on finit par ne plus en parler.



Les deux jumeaux étaient désormais perdus. Ils étaient seuls, sans familles, et ne comprenaient pas la nature du pouvoir qui leur avait été transmis. Ils savaient que celà provenait des gènes de leurs parents qui leur avaient été légués, mais la probabilité que leur code génétique leur permette, une fois actif, de posséder les pouvoirs de leurs deux parents en même temps, relevait du miracle. Ils comprendraient mieux plus tard la clé de ce mystère, mais pour le moment, il pensaient à autre chose. Ils avaient réussi à reprendre forme humaine tous les deux, mais sentaient que leurs formes s'échangeaient à intervalles irréguliers, allant de quelques minutes à plusieures heures. Ils restèrent ainsi isolés, sans pouvoir faire leur deuil, jusqu'à ce qu'Oliver se montre devant leur porte, chose qu'il n'avais jamais faite auparavant, car il n'avait pas le droit d'entrer dans cette partie de la résidence. Il venait leur annoncer que, comme tout le monde quittait la zone, il allait également partir, et leur proposait de les aider à passer cette étape étant orphelin lui même. Vergil croyaient encore qu'un Oncle ou une Tante finiraient par se manifester pour les accueillir, mais ils ne se doutaient pas de l'âge de leurs parents, qui n'avaient aucune branche familiale extérieure. Oliver proposa alors de prendre tout ce qui avait de la valeur, et de tenter de faire fortune pour mener une nouvelle vie, mais les deux jumeaux finirent par le repousser, et, suite à une certaine dispute, Oliver s'en alla pour ne jamais revenir, menant sa vie orpheline de son côté. Peut être qu'un jour ils allaient le retrouver, mais ils avaient autre chose en tête à ce moment.


C'est alors que, en allumant la télévision, Piers tomba sur un spot publicitaire peu commun:

------------------------------------------------------------

"Votre mutation vous empêche de vous intégrer dans la société? Vous ne supportez plus les regards extérieurs qui vous jugent sans vous connaître? Vous ne voulez plus être considéré comme différent? Le projet Mutopia, inventé par le caporal Lewis R. Jarod vous offre désormais cette possibilité. Vous pourrez désormais vivre entouré de vos semblables, dans une ville où la mutation représenterait la normalité. Votre voisin, votre épicier, et même votre patron vous jugeraient comme leur égal. Cette ville ouvrira ses portes prochainement, et vous ouvrira un nouvel horizon. Mutopia... vivre mutant, vivre libre."

La publicité s'arrêta alors pour laisser place à une célèbre journaliste qui était en pleine interview avec un homme qui avait environ 25 ans, assez grand, qui portait un uniforme, avait des cheveux bruns très courts, et qui avait une classe immense. Le nom affiché à l'écran était Lewis Ronald Jarod.

-Journaliste: Ce spot publicitaire va désormais passer régulièrement sur toutes les chaines de télévision. Mais qu'en est-il de l'inventeur de ce projet révolutionnaire? Il a accepté de répondre à toutes nos questions. Monsieur Jarod, comment cette idée a t'elle pu voir le jour, et que pouvez vous nous dire de plus sur Mutopia?

-Jarod: En tant que militaire, j'ai du intervenir de nombreuses fois lors de manifestations racistes qui dégénéraient. L'opinion négative du monde à propos des mutants est principalement due à une minorité qui a semé la panique, et à une incompréhension. Cependant, j'ai pu observer que la majorité des mutants avaient une très forte volonté de s'intégrer, et voulaient utiliser leurs pouvoirs pour le bien d'autrui. La plupart du temps, ils ne font que se défendre, ou perdre le contrôle de leurs pouvoirs. Le gouvernement cherchait une solution pour arrêter les problèmes autour de la mutation, et j'ai décidé de proposer une expérience pour éviter que celà se solde par la ségrégation.

-Journaliste: Vous venez de parler d'expérience?

-Jarod: En effet. Ce projet n'en est qu'à l'étape de l'essai, et si il s'avère efficace, alors d'autres villes comme Mutopia seront construites. Nous pouvons même imaginer que l'idée s'étende au monde entier.

-Journaliste: Mais en quoi consiste ce projet concrètement?

-Jarod: Mutopia est une ville qui serait faite par les mutants, pour les mutants. Ils pourraient y vivre avec leurs semblables sans avoir de problèmes à propos de leur statut, et de nombreux centres seraient présents de manière à les aider à vivre avec leurs pouvoirs et à les contrôler. La ville fonctionnerait grâce à eux, chacun conservant son emploi, ou alors en ayant un nouveau basé sur sa qualification ou sur ses pouvoirs. Nous sommes par exemple à la recherche de nombreux architectes pour agrandir la vile, de commerçants, et de toutes les autres professions que l'on rencontre à l'extérieur. Si vous avez le pouvoir de faire guérir les blessures par un simple contact, alors précipitez vous au centre médical qui a grand besoin de vous. Vous pouvez contrôler l'eau? alors diriger vous vers la caserne de pompiers!

-Journaliste: (rires).

-Jarod: Mon objectif est que ce modèle montre que les mutants sont des gens comme les autres, et que leurs capacités peuvent servir le bien commun. Celà pourrait être un premier pas vers un monde où Mutants et non mutants pourraient s'entre aider et vivre ensemble sans se sentir obligé de s'insulter ou de s'entre tuer.

-Journaliste: Parlez nous un peu plus de la ville en elle-même.

-Jarod: La ville? Elle est constituée de 4 secteurs principaux d'habitations, sur le modèle des banlieues aisées, pour une vie la plus confortable possible, d'un centre ville où auraient lieu la majorité de l'activité de la ville sur un modèle de New York miniature, et d'une zone isolée interdite au public où se trouveraient entre autre la prison, qui hélas est nécessaire dans le cas d'une criminalité éventuelle, ainsi que quelque autres détails qui ne sont pas beaucoup plus attrayants.

-Journaliste: Celà a du coûter une fortune. Comment avez vous trouvé les fonds et le temps pour créer une ville entière?

-Jarod: Le gouvernement m'a accordé de très grands moyens. De plus, la ville n'est pas très grande géographiquement. Mais quand on engage des mutants qui ont le pouvoir de se dédoubler en centaines d'exemplaires pour travailler, ou alors de contrôler la matière, on fait des économies incroyables aussi bien en temps qu'en argent.

-Journaliste: Combien de personnes la ville peut-elle accueillir?

-Jarod: Pour le moment, chaque secteur d'habitation comporte environ 600 habitations. Chacune peut accueillir des familles nombreuses, donc en considérant une moyenne de 3 personnes par habitation, on peut estimer que plus de 7000 personnes peuvent y emménager, et y fonder une famille pour augmenter la population. De plus, le quartier du centre ville sera partiellement aménagé pour offrir des habitations sur le modèle des grandes villes, et de nombreuses personnes pourraient y être accueillies. De plus, des travaux d'agrandissements vont avoir lieu pour doubler la capacité d'ici un an, et si le bilan dans 2 ans est positif, alors nous pourrions avoir une dizaine de Mutopia à travers le pays d'ici 8 ans. Celà peut paraitre long, mais Rome ne s'est pas construite en un jour.

-Journaliste: Une dernière question : Quelle autorité va gérer cette ville?

-Jarod: Les habitants eux-même éliront leur maire et leurs représentants à l'extérieur, mais en tant que militaire, l'armée a mi sous mon ordre de nombreux soldats qui s'assureront de la sécurité de tous, et qui s'assureront que chacun respecte les règles de la ville. Tant qu'on en parle, la seule obligation supplémentaire sera une prise de sang de temps à autre, qui servira à l'avancée de la recherche dans le domaine de la mutation. Je serai également moi même présent sur place pour m'assurer de la bonne gestion de la ville.

-Journaliste: Vous avez donc monté en grade! Doit-on toujours vous appeler Caporal?

-Jarod: Caporal est mon statut dans l'armée, or ce projet est gouvernemental, donc je garde mon grade. Cependant j'ai acquis une grande responsabilité, et je ferai tout pour que ce projet offre une nouvelle vie à tous ces mutants qui attendent d'être reconnus dans ce pays, et dans le monde. Et comme le dit le slogan : Mutopia... Vivre mutant, vivre libre!

-Journaliste: Merci Mr Jarod.




------------------------------------------------------------


Pourquoi avons nous choisi d'aller à Mutopia? Parce que personne ne nous attendais nulle part, et que là bas, au moins, on avait une chance de trouver quelque chose. Et quand vous êtes orphelins depuis peu de temps avec votre frère jumeau, et que vous n'êtes pas capable de survivre tous les deux, alors tout est bon à prendre.

Piers Anders

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Jeu 24 Avr - 20:39

Piers et Vergil avaient rassemblé quelques affaires dans des valises, avaient pris un peu d'argent liquide trouvé dans un coffre, et s'étaient débrouillé pour atteindre Mutopia, qui n'était qu'à 3 heures de route de chez eux. La ville était entourée d'un grand mur pour éviter que les racistes entrent et commettent des effraction. Décidément ils avaient pensé à tout pour la sécurité. Ils se retrouvèrent face à une foule de gens qui emménageait, et se rendirent compte qu'ils avaient peu de chance d'y entrer car la liste des premiers résidents devait déjà être complète, et car deux jeunes pré adolescents seuls ne seraient probablement pas acceptés. Ils eurent cependant le bonheur de trouver un guichet près de l'entrée qui était réservé aux jeunes mutants orphelins, qui étaient plus nombreux qu'il n'y paraissait. On leur expliqua qu'ils pourraient être placés dans des familles d'accueil qui s'étaient portées volontaires, mais leur joie fut vite calmée lorsqu'on leur annonça qu'ils seraient séparés.

Piers allait vivre avec la famille Reagan, un jeune couple possédant tous les deux la télékinésie, et qui avaient un fils du nom de Connor, âgé de 7 ans, et qui était visiblement né alors que les parents étaient à peine majeurs. Connor n'avait évidemment pas manifesté de pouvoirs, et il considéra tout de suite Piers comme son grand frère.
De son côté, Vergil fut accueilli par les Carters, un couple de retraités qui avaient vu mourir leur fils unique avec sa famille dans un accident d'avion, et avaient toujours regretté de ne pas avoir vu grandir de petits enfants. Le mari, Tom, était un homme très aimable, plein d'humour et d'expérience, et qui avait su garde une forme incroyable malgré ses 62 ans. Sa femme, Mary, une ancienne institutrice, grande jardinière et fin cordon bleu, était une femme souriante, toujours optimiste, et qui aimait rendre son entourage heureux. Le couple s'était connu dans ses plus jeunes années, et ils connaissaient toujours la même passion de l'autre, mais aussi de la vie. Vergil ne sut jamais vraiment quels étaient leurs pouvoirs, mais à chaque fois qu'ils parlait avec Mary, elle avait le don de le réconforter et de lui permettre de se sentir mieux. Peut être avait-elle le pouvoir d'apaiser l'esprit? Il ne le sut jamais. Ils firent tout pour essayer de rendre la vie de Vergil la plus agréable possible, pour lui faire oublier le drame qu'il avait vécu, et pour l'aider à surmonter sa séparation avec Piers, qui n'habitait même pas dans le même secteur. Il finit par les considérer comme ses grands parents spirituels.

Les deux jumeaux réussissaient à se voir de temps en temps, principalement lorsqu'ils jouaient à certains sports comme le Base Ball, ou celui des deux frères qui était sous sa forme démoniaque avait tendance à faire des ravages par des lancers ou des frappes impressionnantes. Ils avaient appris à ne plus avoir honte de l'apparence physique qu'ils avaient sous cette forme, et n'hésitaient pas à rester ainsi en public. Ils avaient tous les deux une préférence nette pour leur forme démoniaque, qui leur apportait une force et une agilité bien plus grande, ainsi que de meilleurs réflexes. Leur forme d'ange ne leur apportait aucun réel bénéfice, car leur ailes étaient trop petites pour qu'ils puisse voler correctement. Tout celà changea au début de leur puberté environ un an plus tard, quand ils avaient autour de 14 ans. En plus de leur taille qui augmenta normalement, leurs transformations connurent certaines modification. Leurs ailes d'anges prirent de l'envergure, ce qui leur permit d'apprendre à voler à peu près correctement après de nombreuses chutes douloureuses, et sous leur forme démoniaque, les jumeaux voyaient leurs griffes devenir plus tranchantes et plus longues, et une sorte de seconde peau très résistante commençait à former une sorte de cuirasse sur l'ensemble de leur corps, mais qui s'arrêtait au niveau du cou. Une queue qui ressemblait à un prolongement de leur colone vertébrale, en os, et se terminant par une pointe acérée fit également son apparition.

Ils vécurent ces changements physiques comme beaucoup de jeunes de leur âge, c'est à dire sans s'en soucier ni vraiment s'en rendre compte, et s'étaient vraiment faits à cette nouvelle vie. Une fois leur mutation officiellement déclarée à l'âge de 15 ans, ils furent comme tous les autres soumis à des prises de sang ayant lieu tous les deux mois, sans vraiment savoir à quoi celà allait servir. Après la première fois, ils se retrouvèrent à la sortie avec Piers.

-Vergil: Alors? Ils ne t'ont pas trop abîmé?

-Piers: C'était qu'une prise de sang. Pas de quoi me tuer quand même!

-Vergil: J'ai fait exprès de me transformer en démon juste avant de rentrer. Il n'a pas réussi à planter l'aiguille avec la deuxième couche de peau.

Ils rirent alors ensemble, en arrivant devant un camion qui transportait les échantillons de sang, stockés dans des tubes en verre qui portaient le symbole de Mutopia : Un "M" formé par des brins d'ADN.

-Vergil: J'ai moins ris quand je les ai vus ramener un marteau piqueur. Soit ils avaient compris que je me payais leur tête, soit ils sont complètement malades.

-Piers: A ton avis, qu'est-ce qu'ils font avec tous ces tubes de sang?

-Vergil: Aucune idée. Ils disent que c'est pour faire avancer la recherche, mais à mon avis ils font plutôt ça parce qu'ils sont complètement fauchés, qu'ils revendent ça à la banque du sang, et qu'ils ont pas trouvé d'autre excuse. Ou alors Jarod est un vampire qui a un très gros appétit.

-Piers: La deuxième solution est plus réaliste.

Ils rirent à nouveau, en inventant toutes sortes de théories plus farfelues les unes que les autres, à propos des différents complots que Jarod pourrait organiser pour ne plus être sur la paille.

-Vergil: Ca te dirai de passer la soirée chez moi? On fait une fête dans tout le quartier pour souhaiter un bon départ au voisin en face de chez nous qui part rejoindre sa famille au Canada. J'ai toujours trouvé ce type chiant à mourir et si c'est pour l'écouter faire ses discours pendant des heures autant avoir quelqu'un avec qui discuter pendant ses monologues.

-Piers: Ça aurait été avec plaisir, mais Connor est malade, et ses parents doivent passer la soirée dehors, donc je suis bon pour faire du babysitting.

-Vergil: Je vois que je suis pas le seul à vouloir éviter mes obligations. Dans ce cas à demain.

En rentrant chez les Carter, Vergil fut surpris de voir que rien n'avait été préparé. Il y avait même un camion de déménagement qui apportait déjà des cartons dans la maison en face de la sienne.

-Vergil: Qu'est-ce qui se passe?

-Mary: Le voisin est parti sans prévenir durant la soirée d'hier. Il a jamais été très sociable, et il a du vouloir éviter la fête qu'on lui préparait. Du coup, ils ont avancé le déménagement de la nouvelle voisine.

-Vergil: Une vieille dame antipathique dans le même style que l'ancien?

-???: Bonjour. Tu dois être Vergil.

Vergil se retourna, et vit une magnifique jeune fille blonde aux yeux bleus, qui portait des vêtements assortis bleus en soie, aux motifs qui rappelaient les robes asiatiques. On pouvait d'ailleurs voir que même si elle était d'origine américaine, elle adorait la culture de l'extrême Orient. Elle lui affichait un sourire des plus charmeurs.

-Mary: Je te présente Flore. Elle va emménager en face de chez nous. Elle a 16 ans mais elle vit seule depuis 2 ans. C'est une grande amatrice de jardinage, et je sens qu'on va bien s'entendre. Pourquoi tu ne lui montrerait pas un peu le quartier?

Elle les poussa alors tous les deux dans la rue, et retourna dans la maison en adressant un clin d'oeil à Vergil. Il y eut un léger silence sans qu'aucun des deux ne sache quoi dire.

-Vergil: Euh... Enchanté. Alors tu va vivre ici toute seule?

-Flore: Oui. Mes parents passaient leur temps à l'étranger, donc j'ai appris à me débrouiller très jeune. J'ai fini par en avoir marre, et j'ai décidé de partir. Quand ils ont remarqué mon absence, ils ont commencé à prendre de mes nouvelles régulièrement, et à vouloir m'aider financièrement. Mais j'ai fini par prendre goût à l'indépendance, donc je me sens mieux comme ça. Et toi tu vit avec tes grands parents?

-Vergil: Pas tout à fait. Ils ne sont pas mes vrais grands parents même si je leur doit tout. Ils m'ont accueilli alors que moi et mon frère venions de perdre nos parents et que nous n'avions plus personne vers qui nous tourner.

-Flore: Je suis désolée... Je ne savais pas.

-Vergil: Aucun problème. On finit par se faire à cette idée. Je te fait visiter le quartier?

Ils firent alors connaissance en marchant. Flore était une passionnée de Jardinage depuis qu'elle avait visité un jardin japonais en accompagnant son père sur l'archipel Nippon. Elle avait également conservé le goût pour cette culture et avait décoré sa maison de la même manière. Ils étaient très à l'aise pour discuter ensemble, et ne virent pas le temps passer. Il finirent par revenir devant la maison de Flore, où le déménagement semblait fini.

-Vergil: Je pense qu'on a fait le tour. Tu veux que je vienne t'aider à vider tes cartons demain matin?

-Flore: Ce sera avec plaisir. A demain alors.

-Vergil. A demain. Au fait, tu ne m'a pas dit quel était ton pouvoir.

Elle sourit alors, et leva sa main au dessus du sol. Une tige sortit alors, puis poussa pour donner un arbuste, qui fleurit immédiatement.

-Vergil: Contrôle des végétaux. Le hasard fait bien les choses.

-Flore: Et toi?

Celà ne lui était pas arrivé depuis longtemps, mais il pria pour qu'il soit actuellement sous sa forme d'ange. Quand ses deux ailes blanches apparurent derrière son dos, il poussa un soupir de soulagement. Elle se contenta de lui adresser un dernier sourire avant de rentrer chez elle. Vergil rentra lui même en face, et il trouva Tom et Mary qui dansaient sur un air qui devait dater de leur jeunesse. Ils s'arrêtèrent en le voyant rentrer, comme si ils venaient de se réveiller d'un rêve qui durait depuis 40 ans.

Vergil: Vous n'êtes pas obligé de vous arrêter pour moi.

Tom: Tu es rentré? Alors cette Flore, joli brin de fille non? En tout cas elle est très sympathique.

Mary: Et vu comme elle te regardait, je pense que tu lui plait.

Vergil se sentit tout de suite gêné.

Vergil: Elle est plus vielle que moi...

Tom: Ca ne nous a pas empêché de nous marier Mary et moi. Et pourtant la différence était encore plus grande.

Mary: A l'époque, c'était un grand timide très maladroit, mais très charmant. Il te ressemblait un peu, à l'exception près que ça lui arrivait de se coiffer de temps en temps.

Vergil préféra monter dans sa chambre et ne pas parler de ce qu'il avait prévu le lendemain pour éviter de se faire taquiner, mais attendait déjà le lendemain avec impatience.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Mar 13 Mai - 1:25

Les mois qui suivirent furent parmi les plus heureux de la vie de Vergil. Lui et Flore étaient devenus très proches, et même si ils n'avaient jamais osé se déclarer officiellement l'un envers l'autre, tout le monde les considérait comme un couple. Le calme fut brutalement brisé lorsqu'une bande de délinquants visiblement très bien organisés commencèrent à semer la terreur à Motopia. Ils étaient une dizaine, avaient presque tous autour de 20 ans, et se faisaient appeler les "Frères de Sang". Ils s'attaquaient surtout aux humains chargés de la gestion de la ville, plus particulièrement les soldats, mais ils semaient aussi la terreur parmi les habitants mutants. Ils étaient à l'origine de plusieurs attentats, et semblaient vouloir faire fuir les habitants. Une grande partie des murs étaient également taggée par leurs soins, avec de nombreuses insultes à l'attention de Jarod. Ce fut lorsque l'un d'entre eux attaqua Mary Carter que Vergil décida de s'en mêler...

Il attendit d'être sous sa forme démoniaque, et, en se servant de ses sens qui avaient commencé à décupler sous cette forme, il finit par les trouver, et par les provoquer. Il se retrouva rapidement encerclé face à leur chef. Celui-ci avait un peu plus de 25 ans, avait les cheveux chatains, la barbe mal rasée, mais il était surtout impressionnant du haut de ses 1m95 et de sa forte musculature. Il n'avait pas du tout l'air d'un délinquant, et portait plutôt une chemise et un pantalon noir. Son nom était Steeven Harris. Après que Vergil lui ait demandé des comptes pour l'agression de Mary, Steeven accepta sa provocation en duel, en jurant que s'il gagnait ils se calmeraient, mais que sinon il risquait de passer sa vie dans un fauteuil roulant. Le combat commença alors sur le terrain de Base Ball, dans un cercle composé par tous les Frères de Sang. Le pouvoir de Steeven était de s'entourer d'une carapace de pierre orange indestructible, qui chauffait au contact de l'air. Il devenait très rapidement un véritable golem brulant d'une force brute immense. Vergil était dominé en force, mais il esquivait tous les coups grâce à sa grande agilité, sous les huées des spectateurs qui supportaient leur chef. Il remarqua alors que Steeven ne gardait jamais sa carapace trop longtemps sur lui, et qu'il reprenait forme humaine quelques instants assez régulièrement. L'explication était très simple: La pierre qui composait sa carapace chauffait énormément à l'extérieur, mais la température finissait par monter jusqu'à l'intérieur de celle-ci, jusqu'à devenir insupportable pour Steeven qui devait la laisser refroidir. Il ne tenait jamais plus de 30 secondes. Vergil conta alors jusqu'à 25 dans sa tête, et, à la surprise générale, il se jeta les deux pieds en avant, percutant son adversaire en pleine poitrine, et la plaquant au sol. Steeven se retrouva allongé au sol, avec vergil à genoux sur lui, pointant une griffe sur son front. La carapace commençait à lui brûler la peau, mais Vergil pouvait le tuer à tout moment si il l'enlevait. Il resta ainsi dix secondes à gémir, puis il hurla:
"C'est bon! J'abandonne! Tu a gagné mais je t'en supplie arrête!!!"
Vergil se releva alors, et le laissa reprendre ses esprits. Il avait la peau d'un rouge écarlate sur toute la surface de son corps, et ses poils de barbes étaient légèrement roussis.
Suite à l'affrontement, les frères de sang tinrent leur promesse, et jurèrent de ne plus lui poser de problèmes. Steeven lui expliqua cependant qu'ils agissaient dans l'intérêt de tous les habitants de Mutopia:

Steeven: Tu ne t'es jamais demandé pourquoi la ville était entourée par un mur? Personne n'aurait envie de rentrer dans une ville de mutants gardée par des soldats. C'est pour éviter que les habitants sortent. Et tu ne t'es jamais demandé pourquoi ceux qui déménageaient hors de la ville partaient sans prévenir et plus tôt que prévu? Je te conseille de te méfier de Jarod et de ses sbires. Un jour tu verra les choses comme nous et tu nous rejoindra.


Le soir même, Vergil reçut la visite de Jarod qui s'était déplacé en personne. Il avait la même classe et le même air amical qu'à la télévision, mais le voir face à face était vraiment impressionnant. Il commença par de plates excuses envers Mary, en lui promettant qu'il ferait de son possible pour l'aider à se remettre de ce traumatisme suite à l'agression, et qu'il ferait son possible pour augmenter la sécurité. Après avoir pris le café avec le couple, il demanda à parler à Vergil seul à seul...

Jarod: Il parait que tu a réussi à vaincre le chef de cette bande de gêneurs. Tu ne peut pas imaginer le bien que tu a fait. A peine la nouvelle m'était arrivée que j'ai voulu te rencontrer.

Vergil: Je n'ai rien fait d'extraordinaire.

Jarod: Tu te rendra compte plus tard que la valeur qu'on accorde à nos actes est loin de la réalité. Mais à vrai dire, j'ai voulu te rencontrer pour une autre raison. Quand j'ai appris que les enfants de la famille Anders avaient survécu, et qu'ils étaient à Mutopia, j'ai tout de suite voulu les rencontrer. Je sais que vous avez vécu un drame, et je voulais m'assurer de vous offrir la meilleure vie possible. Ta famille d'accueil m'a dit que tu vivait heureux, et je suis content de l'apprendre, mais je voulais que tu saches que si tu a des problèmes, je serai toujours à ta disposition.

Vergil: Vous n'êtes pas obligé de vous soucier de moi à ce point. J'ai fini par faire mon deuil.

Jarod: Tu fait partie de la prochaine génération, qui construira le monde de demain, donc il faut que la génération précédente fasse tout son possible pour vous tu ne crois pas? Et puis, je t'avouerai que tu est le fils de l'homme que j'ai le plus admiré sur cette fichue planète.

Vergil: Vous connaissiez mon père?

Jarod: Tout le monde le connaissait! Je me suis beaucoup intéressé à ses recherches, et ce sont elles qui m'ont amené à construire Mutopia. Je veux essayer de suivre ses traces pour finir le travail qu'il n'a hélas pas eu le temps de terminer. Un jour, j'ai eu la chance de le rencontrer. J'ai assisté à la conférence qui devait décider si ses recherches devaient être publiées. Après que celà ait été refusé, je suis allé le voir pour le soutenir, et il fut surpris de voir qu'un petit jeune comme moi comprenne ce qu'il avait écrit. On a discuté durant une heure ou deux, et puis il est parti en me disant que le monde n'était pas prêt à accepter ces idées. En bâtissant Mutopia, j'ai tenté d'apaiser les tensions entre homo sapiens et mutant, et nos recherches vont pouvoir profiter sans censure à la population, car elles proviennent de laboratoires sous contrôle gouvernemental.

Vergil: C'est donc à ça que servent les prises de sang?

Jarod: En effet. Nous nous servons d'un large échantillon de sang pour une étude globale de l'évolution du code génétique sur les mutants. Nous en prélevons régulièrement pour étudier cette évolution dans le temps.

Vergil: Je vois...

Jarod: Je ne vais pas te déranger plus longtemps car j'ai beaucoup à faire, mais je tiens vraiment à ce que tu saches que je suis à votre entière disposition. Je vais également voir ton frère pour qu'il soit au courant.

Vergil se rappela alors de ce que lui avait dit Steeven Harris : Se méfier de Jarod. Il ignorait complètement à qui faire confiance. Jarod salua alors ses hôtes, et s'en alla sous les regards de tous les voisins curieux.

Mary: Cet homme est très charmant! Il faudra qu'on l'invite à dîner.

Vergil: En tout cas une chose est sure... Il est capable de mentir. Il n'a jamais rencontré mon père après une conférence, car il se plaignait régulièrement d'avoir été interdit à la publication sans avoir le droit d'être présent pour se défendre.

Mais celà signifiait-il réellement que Jarod avait de mauvaises intentions? Il eut sa réponse 3 jours plus tard, alors qu'il passait devant le bureau des réclamations. Un homme se faisait embarquer en hurlant dans un fourgon blindé. Les soldats rassuraient les passants en leur disant qu'il s'agissait d'un fou furieux, mais Piers, dont la forme actuelle était celle de démon, avait entendu grâce à son ouie plus fine une tout autre version des faits. L'homme voulait déménager en dehors de la ville, et les soldats le lui avaient refusé car "ils n'avaient pas fini avec lui". Il s'était alors énervé, et les soldats l'avaient emmené. Pour tous les autres habitants, il avait déménagé un peu plus tôt sans prévenir personne car il voulait éviter une fête en l'honneur de son départ. A partir de ce moment, Les jumeaux comprirent que derrière la façade de Mutopia se cachait un tout autre visage... Alors que le bilan pour l'expansion du projet avait déjà été déclaré favorable, et que d'autres villes semblables étaient en construction, personne ne se doutait de ce qui s'y passait vraiment.

Les jumeaux rentrèrent chez en en courant, chacun de leur côté, pour prévenir leurs familles. Quand Vergil arriva devant chez lui, il vit un autre fourgon blindé dans lequel des soldats amenaient les Carter de force. Mary était en train de les supplier, et de leur en demander la raison, et les soldats répondirent froidement:
-On a plus besoin de vous.

Quand Vergil voulut intervenir, Tom Carter lui lança un regard qui disait: Va t'en! Ils ne doivent pas t'avoir!

Il était légèrement trop tard. Il s'était fait remarquer, et les soldats commençaient déjà à se demander si il ne vivait pas aussi dans cette maison. Il devait vite trouver quoi faire et ne pas rester planté là. Il ne pouvait absolument rien faire contre ces soldats, surtout qu'il était sous sa forme d'ange qui ne lui permettait actuellement que de voler, et il était obligé d'entrer à contre cœur dans une maison en laissant les Carter à leur sort si il ne voulait pas se faire embarquer aussi. Mais où?... Flore!
Il frappa alors à la porte de la maison d'en face comme si de rien n'était, en sueur car il sentait tous les regards des soldats braqués sur lui. Quand Flore ouvrit la porte, il la prit immédiatement dans ses bras et l'embrassa tendrement. Ce n'était pas les conditions idéales pour un premier baiser mais il n'avait pas le choix. Flore était très surprise mais elle l'enlaça à son tour. Le bruit du fourgon qui démarrait montra qu'ils avaient marché, et qu'ils avaient pensé qu'il vivait là avec sa petite amie. Vergil profita de cet instant de magie autant qu'il put, car il ne voulait plus penser à tout le reste... De son côté, Flore avait attendu ce moment depuis déjà bien longtemps, et elle l'entraîna chez elle avec son sourire radieux. Vergil ne voulut pas tout détruire en fondant en larmes tout de suite, mais ne réussit pas à se contenir suffisamment pour que Flore ne comprenne pas.

Flore: Est-ce que ça va?

Vergil: On en parlera après. Je ne veux pas gâcher ce moment.

Ce fut quand il dut rentrer chez lui qu'il se décida à lui annoncer la nouvelle. Elle fut foudroyée sur place, mais se remit vite sur pied, et proposa à Vergil de venir habiter avec elle. Elle fit alors tout pour lui faire oublier ce qu'il venait de vivre, mais elle savait que la plaie qui venait de se rouvrir n'allait plus se refermer.

Quant à Vergil, la rage commençait peu à peu à monter en lui, et il n'avait plus que deux idées en tête : la vengeance et la rébellion.

C'était le début de ce qui allait plus tard devenir sa fin.

Et pourtant, cette nuit là, il fit un rêve étrange. Il était un jeune homme martyrisé par tout son entourage, et il rêvait à nouveau de se venger, en hurlant qu'il les tuerait tous d'une manière ou d'une autre. En se regardant dans la glace, il reconnut son reflet avec horreur, et se réveilla en sursaut. Il était Jarod au même âge que lui.

A suivre...

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Dim 18 Mai - 22:30

Le lendemain matin, en se réveillant, il constata que Flore était déjà levée, et avait préparé le petit déjeuner. Il passa la matinée avec elle sans penser à autre chose, avant de réfléchir à ce qu'il allait faire maintenant. Même si le fait de vivre en couple avec Flore le rendait très heureux, il ne pouvait pas rester indifférent aux évènements de la veille. De plus, il savait maintenant que rester ici était dangereux. Cependant, fuir était impossible, et des milliers d'autres personnes méritaient d'être sauvées. Il appella alors Piers en lui demandant de les rejoindre chez Flore, et, après avoir lui avoir raconté ce qui était arrivé aux Carter, ils eurent une discussion très sérieuse tous les trois. De toute façon, il n'y avait plus qu'une seule solution : La rébellion. D'autres l'avaient déjà fait avant eux, donc il n'avaient plus qu'à s'allier. Steeven avait raison en disant que Vergil la rejoindrait rapidement. Il ne lui pardonna cependant jamais de ne pas lui avoir révélé la vérité clairement dès leur première rencontre, ce qui aurait pu permettre d'avertir et de sauver les Carter, dont il ignora toute sa vie ce qui leur était arrivé après leur disparition.

Ainsi, les frères se sang les accueillirent chaleureusement. Ils avaient presque tous l'air de délinquants, mais en fait ils étaient tous très aimables. Vergil demanda à ce que Flore ne rejoigne pas le groupe, car il ne voulait pas la mettre en danger, ou lui causer des problèmes. De plus, elle était un peu trop sensible pour ce qu'ils se préparaient à faire. Steeven était toujours le chef du groupe, mais comme promis, Vergil prenait la plupart des décisions. Ils étaient en tout 14, dont le bras droit de Steeven, un pyrokinésiste de 18 ans du nom de Brad, au look complètement négligé, Lisa, seule fille du groupe, Gothique et pouvant créer des illusions, Andrew, qui pouvait se dédoubler, et surtout Clément, le cadet qui avait 13 ans, qui connaissait la position exacte de tout être vivant à trois kilomètres à la ronde.

Ils commencèrent par des simples opérations de sabotage, puis rapidement ils virent les choses en grand en faisant littéralement sauter une caserne et un centre où les prises de sang étaient effectuées. Leurs actions étaient désormais connues dans tout Mutopia, mais personne ne connaissait leurs identités, ce qui rendait leur tâche très facile. A chaque fois, le frère sous la forme démoniaque protégeait celui sous sa forme d'ange, qui s'occupait de toutes les tâches aériennes.
Un jour, Steeven arriva devant eux très enthousiaste. Il avait apprit que le second de Jarod allait sortir de son trou pour faire un discours au public. Ils se doutèrent alors de ce qu'il allait leur demander. Si ils avaient participé à de la destruction matérielle, ou indirectement à la mort de soldats, ils n'avaient jamais assassiné quelqu'un de sang froid. Le massacre qui avait eu lieu à la mort de leurs parents ne comptait pas, car Vergil n'était pas conscient ce ce qui se passait. Tout avait été soigneusement préparé, et ils décidèrent de confier la lourde responsabilité de porter le coup fatal au jumeau qui possèderai sa forme démoniaque, l'autre devant le récupérer et fuir avec lui par la voie des airs juste après. Ce fut ainsi que Vergil fut désigné par le sort pour comettre son premier meurtre. Il écouta le discours depuis sa cachette, en jetant des coups d'oeils réguliers à Piers qui était perché sur un toit et attendait son signal. Son coeur battait la chamade. Il ignorait s'il alait réelement pouvoir le faire. Le discours se termina, et la cible disparut aux yeux du public, pour se rapprocher de lui sans se douter de ce qui l'attendait. Vergil sortit alors de sa cachette, regarda l'homme dans les yeux, et... changea de forme. Cet imprévu venait de mettre sa vie en grave danger, car il était repéré par sa cible sans moyen de la tuer. Si il fuyait, il serait identifié et les mèrerait tous à leur perte. Tant pis...
Les gardes du corps avaient déjà été alertés, et se jetaient déjà sur lui, l'un d'eux avec un couteau à la main. La seconde qui suivit, le garde était au sol, la gorge tranchée par son propre couteau qui était désormais entre les mains de Vergil. Il venait de découvrir que ses réflexes surhumains étaient conservés même sous cette forme. Il se jeta alors juste entre les deux autres gardes du corps, et planta son couteau entre les deux yeux de sa cible. Il n'avait plus qu'à s'envoler pour fuir, mais il devait tuer les deux autres personnes qui avaient vu son visage. Il parvint à en tuer un sur le coup, mais le second sortit un revolver et lui transperça l'aile droite de deux balles avant de mourir à son tour. Il lui était impossible de voler avec sa blessure, et il entendait les gardes arriver.

Piers: Vergil!

Il se sentit alors soulevé par les épaules, puis il vola au dessus du sol avant d'être déposé un peu plus loin par son frère, qui avait maintenant deux ailes semblables à des ailes de chauve souris dans le dos Ils avaient la possibilité de les faire apparaitre sous leurs deux formes, mais il a fallu qu'ils soient dans le feu de l'action pour s'en rendre compte. Décidément, leurs pouvoirs n'avaient pas fini d'évoluer...

Au moment du débriefing, Vergil n'écoutait même pas ce qui se disait. Il venait de tuer un homme qu'il ne connaissait pas, et qui ne faisait qu'obéir à celui qu'il voulait vraiment voir mourir, et il avait toujours du mal à le digérer. Il avait aussi failli faire un fiasco total à cause de l'instabilité de ses pouvoirs... Désormais, ils devaient apprendre à se servir d'armes pour pouvoir faire face à toute éventualité. Vergil s'étant avéré virtuose avec un poignard dans le feu de l'action, il s'entraina avec des couteaux, et apprit rapidement à se battre avec un dans chaque main. Piers, de son côté, préféré une méthode un peu moins orthodoxe et choisit d'uutiliser des pistolets, avec lesquels il pouvait tuer une puce sur le dos d'un chien grâce à sa vue améliorée par ses pouvoirs. En rentrant chez eux, les jumeaux eurent une petite discussion.

Piers: On a vraiment eu chaud aujourd'hui. Si je n'avais pas découvert qu'on avait des ailes en démon... Je préfère pas y penser.

Vergil: Tu es sur qu'on a prit la bonne décision?

Piers: De quoi tu parles?

Vergil: On est devenu des assassins! Je viens de tuer ce type! Il avait peut être une famille et des enfants qui attendent qu'il rentre pour le dîner. On ne sait même pas ce qui se passe vraiment ici, et même si c'est forcément mauvais, j'arrive pas à croire qu'on soit devenus comme ça rien que par vengeance.

Piers: Je te rappelle que c'est toi qui voulait tuer Jarod de tes propres mains pour te venger.

Vergil: Je sais... Mais tuer une personne pour se venger est différent d'assassiner des gens pour un groupe de résistance. Tu a vu Steeven? Il veut qu'on soit toujours armés. Ce veut dire qu'on est loin d'avoir fini!

Piers: Au fait! Il faut que je te montre quelque chose. tu peut passer chez moi?

Vergil suivit alors Piers jusqu'à sa chambre, et celui-ci sortit de son sac une vielle épée dans un fourreau étrange.

Vergil: C'est l'épée qui était dans la vitrine des parents!

Piers: Oui. Elle appartenait à Maman. Elle l'avait sur elle quand elle est morte, comme si elle s'était battue avec. Quand on l'a enterrée, j'ai pris l'épée avec moi sans t'en parler, et je l'ai dans mon sac depuis qu'on est partis. D'après ce que Maman nous disait, elle s'appelle Damoclès, et elle ne sort de son fourreau que pour celui qui la méritait. J'ai évidemment essayé, et je ne sais pas pourquoi, mais l'épée refuse de sortir, comme si elle était fixée au fourreau. J'ai passé pas mal de temps à essayer de l'ouvrir, et je voulais voir si tu y arrivais.

Vergil prit alors l'épée, et tira sur le manche, mais elle était bloquée comme par une force magnétique.

Vergil: Je n'y arrive pas. De toute façon qu'est-ce qu'on ferait d'une épée?

Piers: Maman avait elle aussi des pouvoirs d'ange. Et si tu te rappelle bien de ce qu'elle nous avait raconté sur les anges quand on était plus jeunes, elle disait que les anges avaient le pouvoir d'entrer en symbiose avec une épée tant qu'elle est utilisée pour une cause noble.

Vergil: Et tu crois qu'elle parlait de ses pouvoirs?

Piers: Je n'en sais rien, mais aux dernières nouvelles on a aucune preuve que les vrais anges existent. Ca ne coûte rien d'essayer?

Vergil: En attendant, il faudra déjà réussir à l'ouvrir. Ta famille est au courant que tu a ça dans ta chambre?

Piers: Ils ne sont pas au courant de grand chose. Ils ne savent pas non plus que j'ai arrêté d'étudier pour me lancer dans un groupe de résistants avec mon frère.

Vergil: Toi au moins ils ne se sont pas fait enlever par des soldats...

Vergil rentra chez Flore, qui se jeta immediatement dans ses bras.

Flore: Tu est rentré! Quand j'ai appris ce qu'ils voulaient que tu fasse, j'ai eu une peur bleue qu'il t'arrive quelque chose.

Vergil: Ca ne te choque pas que j'ai tué quelqu'un?...

Flore: Ils ont tué les Carters. Je n'aurai pas été capable de le faire, mais je ressens la même chose que toi envers eux.

Vergil: Je pense que je vais faire une pause et arrêter de partir en mission. Je me demande même si je repartirai un jour en mission avec eux après ça.

Flore: Pourquoi tu a des poignards à la ceinture?

Vergil: Quoi?

Flore: Ta ceinture. Tu a deux poignards accrochés à elle.

Vergil: Oh... C'est Steeven. Il y a eu un imprévu et c'est un miracle si ça n'a pas mal tourné. Ça permettra de pouvoir me défendre si jamais je n'ai pas ma forme de démon à disposition.

Flore resta alors silencieuse, et partit chercher quelque chose dans une autre pièce, avant de revenir avec un magnifique sabre japonais dans les mains.

Flore: Il aurait appartenu à un grand samouraï qui s'appelait Shiro Arogachi. Un solitaire qui a perdu l'amour de sa vie et a passé sa vie dans l'envie de se venger. Il aura voyagé en voulant aider ceux qui souffraient comme lui, et était considéré comme un samaritain. Il faisait fuir les brigands et était réputé pour être le défenseur des innocents et le vengeur des veuves et des orphelins.

Vergil: Et qu'est-ce qu'il lui est arrivé?

Flore: Sa vengeance l'a rendu fou. Il a arrêté sa quête de rendre les gens heureux pur se focaliser uniquement sur celle-ci. Il aura finalement réussi à tuer l'assassin de sa bien aimée, mais il s'est rendu compte que celà n'a rien changé à sa douleur. Il était persuadé que celà arrêterait sa souffrance, mais sa plaie n'en était que plus ouverte. Il s'est alors suicidé car il venait de mettre fin à la seule chose qui le poussait sans cesse à vivre malgré sa douleur.

Vergil: ...

Flore: Chaque sabre possède son histoire. Mon père a bien aimé écouter l'homme qui le lui présentait, alors il le lui a acheté. Le prix était immense, mais il a cédé à la tentation. C'est le seul cadeau d'anniversaire qu'il m'ait fait. Quand j'ai décidé de partir, il me l'a donné en s'excusant de ne pas avoir joué son rôle de père, et éspérait ainsi rattraper le temps perdu. J'y tient beaucoup car il me rappelle que j'ai bien un père et qu'au fond il m'aime. J'aimerais que ce soit toi qui le porte.

Vergil eut beau protester, il ne réussit pas à la convaincre, et finit par accepter.

"Pourquoi je ne me sépare jamais de ce sabre? A vrai dire, pour beaucoup une épée représente une arme, la justice, ou la guerre, mais pour d'autres elle représente une histoire. Au Japon, on raconte que l'épée du samouraï est en symbiose avec son âme, et qu'à sa mort, un fragment de celle-ci y demeure pour l'éternité, et guide la lame de celui qui la porte si celui-ci se bat pour la même cause. Celui qui a porté cette épée a connu la même histoire que moi, mais il y a plusieurs siècles.
De plus, quand on vous offre un objet, la valeur sentimentale que lui accordait son précédent propriétaire lui donne une valeur encore plus grande.
"

Vergil Anders

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Dim 18 Mai - 22:33

Les mois passèrent alors en se ressemblant. La vie avec Flore se passait admirablement bien, et leurs sentiments l'un pour l'autre s'étaient renforcés. Vergil finit par reprendre du service, car les habitants de Mutopia étaient de moins en moins dupes, et finissaient par encourager ces actes. Piers et lui avaient désormais deux styles bien démarqués. Piers se battait avec assurance, en restant assez statique, mais en portant des coups surs et en restant toujours sur ses gardes. Vergil quant à lui se battait beaucoup plus finement, en tirant partie de son agilité. Ils n'utilisaient pas non plus les mêmes armes : Piers conservait ses pistolets, et gardait Damoclès à sa ceinture même si il ne s'en servait pas, et Vergil utilisait uniquement le sabre d'Arogachi ainsi que ses couteaux. Ils continuèrent à effectuer des missions de plus en plus importante, jusqu'au jour où...

Vergil: Il est temps d'en finir. On a réuni tous les éléments nécessaires, donc il ne faut plus attendre. A chaque jour qui passe, il va devenir un peu plus paranoïaque et augmenter la sécurité. De plus, il a de gros problèmes avec l'ouverture des autres Mutopia car les rumeurs commencent à gagner l'extérieur, donc c'est le meilleur moment pour agir.

Piers: Je sais que tu est impatient de voir Jarod mourrir, mais il ne faut pas se précipiter.

Steeven: Je suis d'accord avec Vergil. Si on attend plus, les autres villes vont être inaugurées et on ne pourra plus rien pour eux.

Piers: Et qu'est-ce que tu propose?

Le plan était le suivant : Ils allaient causer une émeute générale, en manifestant devant la zone interdite au public où se trouvait le bureau de Jarod. Andrew allait se dédoubler de manière à créer un effet de foule le plus impressionnant possible. Lisa allait créer une illusion de manière à attirer tous les soldats à un autre point de la ville, afin d'éviter les répressions. Les autres doivent ensuite entrer discrètement dans la zone, et profiter que toute l'attention soit sur la foule pour pénétrer discrètement dans le bâtiment. Clément devait les guider pour éviter les gardes, et, une fois dans le batiment, Brad devait créer un incendie à un autre étage pour que tout le monde y descende afin de l'éteindre. Enfin, Steeven défoncera un mur du bureau de Jarod, laissant Piers s'occuper des gardes présents, et Vergil tuer Jarod. Steeven détruira alors un mur donnant sur la sortie, et ils partiront par la voie des airs.

Tout se passa comme prévu. Ils étaient désormais situés juste à côté du bureau de Jarod.

Clément: Il est seul avec deux gardes devant la porte, et regarde par la fenêtre. Si on rentra par là, On pourra tuer les deux gardes avant qu'ils ne réagissent, et Vergil finira le travail.

Vergil jubilait. Il y avais maintenant un an tout juste qu'il avait perdu les Carter. Il avait choisi ce jour en leur mémoire. Le hasard voulut que cette date soit la même que le jour de la mort de ses parents.

Vergil: Vous êtes tous prêts?

Piers: On est tous derrière toi.

Vergil: Alors on y va!

Lorque le mur s'écroula, il ne fallut que trois secondes à Piers pour loger une balle dans la tête de chaque garde. Vergil se jeta sur Jarod, et lui donna un coup rapide de son couteau au niveau de la gorge. Il l'avait pas frappé assez profond pour le tuer sur le coup, mais il mourrait de toute façon en se vidant de son sang. Il voulait lui parler à nouveau face à face avant de le tuer.

Vergil: C'en est fini pour vous Jarod!

Jarod: Alors c'est toi qu'on a envoyé. J'avais tant d'estime pour toi que tu m'en vois extrêmement déçu. Qu'est-ce qui t'a poussé à les rejoindre?

Vergil: Vous avez fait l'erreur de faire enlever la famille Carter. Quand on fait du mal à quelqu'un, il faut s'attendre à ce qu'elle vous fasse du mal en retour.

Jarod: Alors tu a cru que c'était moi qui avait commandité leur enlèvement? Je ne sais rien de toute ce qui se passe en bas. Seuls les rapports les plus importants me parviennent. Je ne commande pas un à un tous les soldats.

Piers: Tue-le! Qu'est-ce que tu attends?

Vergil: Mais c'est vous qui fixez les règles. Comme par exemple la règle de faire disparaitre tous ceux qui tentent de sortir de la ville. Je suis désolé, mais cette fois je ne suis pas dupe. Vous allez payer pour vos crimes.

Jarod: Mes crimes? Mais n'est-ce pas toi qui a tué mon représentant? N'est-ce pas vous qui avez semé la panique dans Mutopia?

Vergil: Ne jouez pas sur les mots. Il y a juste une chose que je voudrais savoir avant que vous ne vous soyez vidé de votre sang. Pourquoi avoir fait tout ça?

Jarod: Tu aura la réponse avant ma mort, c'est certain. Mais ce ne sera pas aujourd'hui.

Il appuya alors sur un bouton caché, et une porte secrète s'ouvrit dans le mur opposé à celui par lequel ils étaient entrés. Six soldats en sortirent, avec un tazer à la main.

Vergil: Crevez!

Il s'apprêta à lui planter son couteau entier dans la gorge, mais Piers lui saisit le poignet, et l'entraina en arrière pour fuir.

Piers: Trop tard! Il faut partir!

Ils sortirent alors tous par là où ils étaient entrés, la fenêtre étant devenue une sortie trop dangereuse car ils pourraient être descendus en l'air. Vergil enrageait car il y avais de fortes chances que Jarod survive à la seule plaie qu'il lui avait faite si il se faisait soigner assez vite. Clément ne pouvait détecter les êtres vivants entourés de plomb, et la salle cachée devait en être tapissée. Jarod avait prévu le coup, et devait connaître la faiblesse du jeune mutant. Mais si il savait que Clément les aidait, alors pourquoi ne l'a t'il pas tout simplement arrêté?

Ils arrivèrent finalement à la sortie, où Brad les attendait paniqué.

Brad: Alors?

Steeven: Ca a foiré. On se casse!

Les soldats les suivaient de près, et l'un d'eux réussit à toucher Vergil à la jambe avec une fléchette électrique qui le paralysa partiellement, l'empêchant de marcher. Il tomba à genoux, mais les autres ne s'arrêtèrent pas car ils ne l'avaient pas remarqué.

Vergil: Piers!

Son frère se retourna, et commença à venir vers lui pour l'aider, mais les soldats se rapprochaient. Il lui tourna alors le dos, et s'enfuit en le laissant là. Vergil n'en croyait pas ses yeux. Son propre frère l'avait abandonné. Les soldats se mirent en cercle autour de lui en le tenant en joug. Il s'était fait avoir et personne n'étais plus là pour l'aider. Il vit alors Jarod arriver en marchant lentement, en plaquant un mouchoir ensanglanté contre sa gorge. Il se plaça alors juste en face de lui, en faisant signe à tous les soldats de le maintenir le prisonnier tranquille.

Jarod: On dirait que le jeu a finalement tourné en ma faveur. Tout ce qui va rester de vos actes sera une cicatrice sur ma gorge, et le souvenir de la période de terreur qui a suivi la tentative d'assassinat de l'inventeur de Mutopia. Il était clairement écrit dans les règles que mes soldats pourraient agir brutalement en cas de menace de la sécurité. Or, je trouve que l'émeute que vous avez déclenché menace la sécurité. Nous verrons s'ils sont toujours aussi révoltés quand je donnerai l'ordre de faire feu. Quant à vous, je vais vous trouver un traitement spécial pour vous faire souffrir autant que possible jusqu'à ce que nous n'ayons plus besoin de vous. Vous trouviez que nous étions cruels à la surface de Mutopia? Vous n'avez pas encore vu la partie cachée. Bienvenue en enfer Monsieur Anders!

Vergil fut alors trainé jusqu'au centre de détention, où on enfermait les gêneurs. Il passa devant toutes les cellules, voyant les regards désespérés de ses semblables enfermés, puis il prit un ascenseur qui descendit durant une éternité avant de s'ouvrir sur la section réservée aux cas extrèmes. Il fut trainé jusqu'à une cellule où il fut enchainé par tous les membres, ce qui ne lui laissait presque aucune mobilité.

Gardien: N'essaye même pas de briser ces chaînes, elles sont reliées à un appareil qui t'enverra un courant électrique si tu tente de les briser. Tu va rester là le temps qu'il faudra pour le caporal pour décider du sort qu'il te réserve. J'espère que tu n'a pas peur du noir car sinon tu risques de ne pas aimer.

Le gardien eut un rire gras, et ferma la porte, le laissant dans les ténèbres les plus complets. Qu'allait-il arriver au reste des frères de sang? Et à Piers? Il pensa alors à Flore, et pria pour que ce soit un mauvais rêve, pour qu'il se réveille à ses côtés, et qu'elle ne le pleure pas toute la nuit. C'en était fini de la rage, ou de la vengeance, du moins pour le moment. Il ne ressentait plus que de la peur.


"Car c'est dans l'ombre que l'on perd tout ce que l'on est, et que l'on trouve les pires vérités"
(Nom de la personne citée manquant)

A suivre...


(Je m'aperçois que je commence à aller de plus en plus dans les détails, et à ce rythme je vais faire un truc un peu trop long Laughing Je vais faire plus court pour la fin de la partie 2 qui se finira la prochaine suite, ainsi que la partie 3, sachant que la partie 4 sera la partie principale de l'histoire)

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Jeu 12 Juin - 0:44

(Je vais faire un petit truc assez court avant de passer à la conclusion de cette partie)

Il passa 2 longues heures dans l'isolement le plus complet, avant que la porte de sa cellule ne s'ouvre avec une lumière qui, même si elle était faible, l'éblouit complètement. Il entendit des voix, et compta 5 personnes autour de lui. Il y en avait 4 qui l'entouraient pour l'empêcher de faire quoi que ce soit, et le cinquième... Jarod!

Jarod: J'ai un peu réfléchi à ce que j'allais vous réserver comme châtiment, mais je pense l'avoir déjà trouvé. Vous semblez particulièrement souffrir de cette cellule insonorisée, sans la moindre lumière, et sans le droit de bouger sous peine de ressentir d'atroces souffrances. Je vais également vous préparer un emploi du temps qui risque de vous plaire. En attendant, occupez vous de lui.

Il fut alors trainé, toujours aveugle, jusqu'à une salle où on marquait les nouveaux venus dans cette partie de Mutopia. On lui rasa le crâne, et, au lieu de lui tatouer le symbole des prisonniers sur la nuque, on utilisa un fer à souder pour lui bruler la peau le plus profondément possible, et dessiner un "X" dans un cercle. Il gardera toute sa vie la marque de son passage ici, sans que la marque ne disparaisse, même si à côté de toutes les autres elle passe désormais inaperçu. On lui mit également un bracelet sur lequel figurait le numéro 256. Il n'était pas le 256e à entrer dans cette section, mais il avait déjà été ajouté depuis longtemps par Jarod sur la liste de ceux qui posaient problème. C'était la preuve qu'il avait déjà été remarqué avant même qu'il ne fasse partie des frères de sang. Dans tous les cas, là où il se trouvait, ce numéro était le seul nom qu'il possèderai jamais. On lui plaça ensuite une puce dans le crâne qui l'empêchait de se transformer.

On l'amena alors dans une salle où il fut suspendu en l'air, maintenu par les poignets et les chevilles par des chaines qui lui étiraient les membres. Il commençait à peu près à retrouver la vue, et vit Jarod, avec un gros pansement au niveau de la gorge, debout près de la console de ce qui ressemblait à une machine de torture, à côté d'un bourreau local.


------
L'extrait suivant provient d'un flash back de la fic "Shinde", et a été écrit avant le début de l'écriture de cette fic. Ce sera pas tout à fait synchro, mais autant respecter le texte tel qu'il était à la base.
------

Jarod: Sujet 256. Vous êtes véritablement un problème pour nous. Mais d'ici un moment, vous serez devenu aussi docile qu'un agneau. Celà prendra le temps qu'il faudra.

Il appuya alors sur un bouton de sa console, et les chaines que Vergil portait aux poignets et aux chevilles commencèrent à l'écarteler.

Vergil: Allez crever!

???: Nous allons repousser vos pouvoirs jusqu'à leurs limites... Tout comme votre souffrance. Nous allons voir de quoi vous êtes faits, à commencer par les propriétés bénéfiques de votre sang. Mais pour celà il va falloir que vous preniez votre forme d'ange. Et si vous ne coopérez pas...

Il appuya alors sur un autre bouton, ce qui eut pour effet de relâcher un courant très puisant dans les chaines. Vergil hurla alors comme jamais, mais son bourreau laissa le bouton enfoncé durant vingt longues secondes. Vergil releva alors la tête avec un sourire en coin, et du sang qui coulait dans le coin de sa lèvre.

Vergil: Finalement, vous, les humains, vous êtes tous pareils. Le seul qui n'était pas raciste au possible n'était là que pour mieux nous piéger.

Jarod: En effet. Mais d'ici peu, nous aurons totalement exterminé la race mutante. Ce camp de concentration n'est que le premier de son type. Une loi concernant sa reproduction de masse a déjà été votée. On va enfin pouvoir exterminer cette race de parasites dont le premier crime a été d'exister!

Il relança alors le courant, en prenant un malin plaisir à voir Vergil hurler en se débattant.

Vergil: Allez crever!!!

Jarod: Mais vous avez décidé de resister. Nous savons comment mater les cas comme vous. Habituez vous à celà, car désormais, ce sera votre quotidien!

Il fit alors chauffer une barre de métal au rogue, et la plaqua contre la peau de Vergil, lui créant de nombreuses brûlures.

Jarod: Amenez moi un scalpel! Si il ne veut pas nous donner du sang d'ange, alors nous verrons ce qu'il y à a faire avec du sang de démon!


------
Fin de la partie extraite de Shinde (retour au nouveau texte)
-----


Ils l'avaient a moitié vidé de son sang. Ils voulaient semble t'il tester des vertus curatives du sang qu'il possédait sous sa forme d'ange, mais il était déjà mourant quand il avait enfin quitté sa forme de démon. Ils lui avaient alors seulement fait une entaille au niveau du ventre, et, après s'être légèrement mutilé le doigt, Jarod appliqua le sang, ce qui fit disparaitre la plaie dans une douce lumière. Vergil avait alors ressenti un enorme choc à ce moment là, comme si la guérison d'un autre lui pompait beaucoup de son énergie, et il perdit connaissance. Il venait de découvrir les deux côtés de la pièce d'un de ses pouvoirs les plus utiles : Le sacrifice sanguin. Sous sa forme d'ange, son sang était capable de guérir n'importe quelle blessure physique ou maladie, mais chaque fois, il devait payer par une faiblesse brutale, qui, pour les cas de blessures graves, amenaient souvent à la perte de connaissance.

Il se réveilla dans sa cellule, et son premier mouvement brusque lui envoya à nouveau du courant qui le paralysa. Il trouva une position dans laquelle il pouvait rester assis et bouger les membres autour de lui sans tirer trop brutalement sur les chaines, mais celà n'allait pas l'aider à garder la raison. Le temps passé dans l'isolation complète de certains sens eut pour effet de les aiguiser à l'extrême, et ce même sous sa forme d'ange. Quand les murs autour de lui n'étaient pas insonorisés, il pouvait entendre les conversations des salles voisines, et entendait une pierre tomber à trois kilomètres à la ronde. Il allait également devenir peu à peu nyctalope, et voir parfaitement dans le noir. Ces capacités de démon avaient complètement déteint sur sa forme d'ange.

Après une semaine passée sans contact avec l'extérieur autres que les tortures régulières de Jarod (celà lui sembla durer un mois), il finit par se faire oublier du dirigeant de Mutopia, qui devait avoir d'autres chat à fouetter à l'extérieur. Les gardes commencèrent alors, pour être sur de le maintenir en vie, à le nourrir comme les autres détenus, et à lui autoriser quelques "promenades" en même temps que les autres.

Tous les autres détenus étaient des violents, qui fonctionnaient par gangs. Soit on était dans un gang respecté, soit on était la victime locale. Comme il avait juste 17 ans, il était trop jeune pour être respecté, et faisant partie de cette seconde catégorie. Peut être que Jarod avait finalement préféré le faire souffrir ainsi en lui autorisant les sorties, car il savait quel traitement lui serait réservé. Tous ceux qui n'étaient pas des archétypes du taulard moyen ne tenaient pas le coup, et finissaient généralement leurs jours dans le centre médical dans un état végétatif pour ne pas être perdus (car on avait besoin d'eux pour une raison inconnue). Du coup, seuls les plus brutaux restaient. Un jour, alors que Vergil avait été totalement épargné de torture pendant 3 jours, et tenait à peu près sur ses jambes, il vit un des derniers arrivés se faire tabasser, et le plus choquant est que c'était un gamin de 13 ans...

Il ne savait pas pourquoi, mais il devait l'aider. Il se fit tabasser tout comme lui, mais un lien venait de se créer entre ces deux martyrs.

Vergil: Ça va?

Gamin: Oui. Merci d'être venu te faire casser la gueule avec moi.

Vergil: Il n'y a pas de quoi. De toute façon j'aurai été leur prochaine cible.

Gamin: C'est un cauchemard... je vais me réveiller.

Vergil: Pourquoi tu a été envoyé ici? Et surtout qu'est-ce que tu fais à Mutopia alors que tu es trop jeune pour que tes pouvoirs se déclarent?

Gamin: Mes parents ont été tués... Je sais pas ce que je vais faire... Pourquoi il a fallu qu'il y ait cette émeute...

Vergil: Tes parents ont participé à une émeute?

Gamin: Le jour de l'attentat contre Jarod. Une bande de types, ceux qui avaient lancé l'émeute, sont arrivés en hurlant de tout arrêter, mais il était trop tard. Les soldats sont arrivés, et ont tiré dans la foule. J'étais parti voir ce qui se passait, et mes parents me cherchaient dans la foule. On était pas venu se plaindre, et ils ont reçu des balles perdues. Papa... Maman...

Vergil: ...

Gamin: Tous ces types doivent payer! Je me suis fait avoir la dernière fois, mais ils vont payer un jour! Je leur promet!

Vergil: On est là pour la même chose. La seule chose à faire dans ces cas là est de se serrer les coudes. Moi c'est Vergil. Comment tu t'appelles?

Gamin: Linus.


A suivre...

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Mer 18 Juin - 0:26

(Toujours pas finie cette fichue partie 2! Et dire que la partie intéressante est la 4 Laughing Bon de toute façon après cette suite la partie 2 se résumé à presque rien, et c'est déjà presque complètement écrit (c'était trop long pour un seul post). La partie 3 sera hyper condensée, et sert de toute façon uniquement de transition et à présenter les personnages importants pour la suite. J'espère en tout cas que ça vous plait toujours si des gens la lisent, mais j'arrêterai pas de l'écrire de toute façon car je m'étais promis de le faire)


Durant les 3 mois qui suivirent, Jarod reprit ses séances de torture régulières. Visiblement, il passait ses nerfs à cause de choses qui se passaient à l'extérieur. Le fait de ne pas avoir la moindre idée de la situation extérieure était probablement le plus frustrant. Il avait déjà exploré profondément le domaine de la douleur physique, jusqu'à la limite du supportable : Il avait à un moment passé trois jours entiers à être torturé sans relâche, jusqu'à ce qu'il fasse un arrêt cardiaque, pour se réveiller une semaine plus tard en salle de réanimation. Il commençait à devenir complètement cinglé, et toute trace de conscience avait disparu de son esprit. Il n'était plus qu'une bête qu'on amenait à l'abattoir chaque jour, puis qu'on ranimait ensuite pour pouvoir recommencer le lendemain.

On lui avait découvert par des analyses sanguines de nombreuses capacités qu'il n'avait pas soupçonnées, mais qui n'avaient plus d'importance. Il semblerait qu'il puisse reproduire une sorte de magie blanche, et créer des rayons de lumière énergétiques sous sa forme d'ange, mais la puce dans son crâne n'était désactivée que lorsqu'on voulait lui prélever du sang, donc il ne pouvait pas s'en servir.

Son amitié avec Linus était son dernier lien avec la réalité. Il ne le voyait presque plus, car il ne sortait presque plus de sa cellule, mais ils continuaient de se serrer les coudes malgré tout, et Linus avait réussi à convaincre le garde de le laisser entrer dans la "cage" de Vergil quelques minutes en échange de billets volés à d'autres soldats. Toute l'histoire de Linus tenait en quelques lignes : Il avait déménagé assez jeune à Mutopia avec ses parents, qui s'étaient fait tuer par des balles perdues le jour de l'attentat contre Jarod, et on l'avait enlevé et mi dans la prison pour éviter qu'un orphelin hurle sur tous les toits à quel point les soldats sont des monstres. Il n'avait toujours pas de pouvoirs, et survivait en se faisant discret. Sa vie bascula également le jour où Jarod le surprit alors qu'il venait chercher Vergil. A partir de ce jour, ils eurent tous les deux le droit au même traitement. C'était abominable, mais Jarod jouait du scalpel et de la machine de torture sur... un gosse. Ses hurlements atteignirent toute la prison, et tous les autres détenus jurèrent dès le lendemain de ne plus lui faire de mal après ça.

Etrangement, ce fut le jour du 7e anniversaire de la mort de ses parents, alors que Vergil avait 19 ans, que l'alerte retentit. Il avait réussi à briser ses chaînes, avait défoncé la porte, et tué une dizaine de gardes avant d'être neutralisé. Il fut immédiatement examiné, et les résultats étaient stupéfiants.

Jarod: Que s'est-il passé?

Garde: C'était impossible... C'était comme une sorte d'explosion de rage à l'état pur. J'ai jamais rien vu de pareil.

Jarod: Auriez vous une meilleure explication docteur?

Médecin: Il semblerait qu'il ait développé un pouvoir que l'on attendait pas. On avait retrouvé les gènes qui lui donnaient ses pouvoirs d'ange et de démon, qui ont été activés prématurément par une intervention extérieure alors qu'ils auraient du rester inactifs, mais il semblerait qu'il possédait un autre gène mutant resté inactif jusqu'à présent.

Jarod: Ca voudrait dire que son véritable pouvoir n'est pas la transformation en ange ou en démon?

Médecin: Il n'y a pas d'explication pour le fait qu'il puisse se transformer. Il y avais une chance sur plusieurs millions qu'il hérite parfaitement des gènes nécéssaires, et ils n'auraient normalement pas du s'activer. Mais ce nouveau gène lui, est totalement naturel.

Jarod: Et quel pouvoir lui donne t'il?

Médecin: La furie. Une sorte d'état second dans lequel il devient complètement incontrôlable.

Jarod: Et quels sont les symptômes?

Médecin: Des lignes noires apparaissent sur son corps, ses yeux deviennent rouges comme sous sa forme démoniaque, sa force et son agilité augmentent exponentiellement, et surtout, il est dans un état de rage extrême.

Jarod: Et il y a un moyen de le canaliser?

Médecin: Aucun. Il semblerait que lui même ne contrôle pas parfaitement ses faits et gestes dans cet état.

Jarod: Mettez le sous calmants en permanence, et tenez moi au courant. Je ne veux plus que ses crises de colère nous posent à nouveau problème.

Vergil se réveilla quelques minutes plus tard, complètement paniqué. Il avait vu ce qu'il faisait, il ne l'avait pas fait contre son gré, il avait même pris un plaisir fou à le faire, mais il avait perdu toute sa capacité à se canaliser, et ne pouvait plus se résister à lui même. C'était comme si son inconscient dans lequel il avait refoulé toute sa haine prenait subitement le dessus. La seule réaction qu'il avait à ce moment était la peur.

Quand il se regarda dans le miroir de la salle dans laquelle il s'était réveillée, ce ne fut pas son reflet réel qu'il put voir. Il avait les yeux rouges, et des lignes noires larges d'environ un centimètre qui se dessinaient sur son corps, comme des vaisseaux sanguins qui se dirigeaient tous vers son visage, plus précisément ses yeux. Ce reflet lui souriait d'un air narquois, comme pour le narguer. Quand il fut de retour dans sa cellule, avec des chaines renforcées, il compris ce que celà signifiait. Sa propre voix résonnait dans sa tête.

???: Ils l'ont bien mérité. Ils doivent payer pour ce qu'ils ont fait!

Vergil: Je dois me calmer... Je ne dois pas devenir fou!

Il savait pertinemment que ce "nouveau personnage", n'était autre que l'incarnation de sa peur de ne plus se contrôler et de devenir dangereux. Il était le fruit de son imagination, mais il ne réussissait pas à s'en débarrasser.

???: Tu ne deviens pas fou. La voix que tu entends est la tienne. Tout ce que tu entend est ce que ton inconscient retient au fond de toi, et que tu pense sans oser l'admettre. Avoue que tu a pris un pied monumental quand tu les a tous tués!

Vergil: Ces gens ne le méritaient pas. Ils ne font que travailler pour Jarod. Pour eux je suis un délinquant dangereux qui doit être mi en prison, et ils pensent faire ça pour assurer la sécurité. Les vrais dangers sont ceux qui donnent les ordres.

???: Tous dans le même sac! Qu'est-ce que les humains t'ont fait à part t'attirer les pires souffrances que tu puisse imaginer? Tu crois vraiment qu'il y a des exceptions à considérer?

Vergil: Il y a toujours les bons et les mauvais, chez les mutants comme les les humains.

???: Tu t'acharnes à te contredire toi même... Mais en ne contredisant que ceux qui t'ont fait du mal... Ne doivent t'ils pas payer pour ce qu'ils t'ont fait?

Vergil: C'est vrai. J'ai réussi à m'évader une fois, je pourrai recommencer. Sauf que la prochaine fois, je les ferait payer.

???: Tue les tous!

Vergil: LA FERME!

Il venait de déceler le début du passage en état de furie : Des lignes noires naissaient dans ses poignets et remontaient le long de ses avants bras.

Vergil: Il faut que je me calme... Ignorer tout ça... Penser à autre chose... Piers... Flore... Ils sont en vie. Ils vont bien. Si il leur était arrivé quelquechose, alors Jarod se serait fait un plaisir de me le dire. Mais où sont-ils?...


Son cauchemard resta le même jusque 8 mois plus tard. Il avait alors tout juste 20 ans, et Linus en avait bientôt 16. Leur quotidien était rythmé par deux types de souffrance : Physique (torture), et mentale (isolement et folie naissante). Vergil devait en plus lutter pour ne pas écouter cette nouvelle voix intérieure qui ne cessait de le tourmenter. Leur haine envers tout ce qui touchait à Jarod était immense, et Vergil commençait même à se faire une opinion de plus en plus mauvaise sur les humains en général. Ils devaient mettre un terme à tout ça. Du jour au lendemain, alors que par hasard ils furent laissé seuls une minute dans la salle de torture, ils décidèrent de programmer leur évasion. Celà était absolument impossible vu la sécurité massive autour d'eux, mais quand deux esprits commencent à devenir suffisamment féllés, tout devient possible.

-Linus: Le medecin a dit que mes gènes mutant s'étaient activés. Mes pouvoirs vont se déclarer très prochainement.

-Vergil: Si ils peuvent nous être utiles, on pourrait profiter de l'effet de surprise. Si je réussis à pousser ma furie assez loin au même moment, on pourra provoquer une cohue générale et en profiter.

-Linus: Si tu reçoit une décharge électrique sans raison ce soir, c'est que j'aurai découvert mes pouvoirs, et que j'aurai réussi à m'en servir pour m'enfuir et activer tes chaines. Désolé si c'est le seul signal qu'on puisse t'envoyer de l'extérieur.

-Vergil: Je ne souffre même plus de mes chaines. Il n'y a pas de problèmes.

-Linus: Ils rentrent!

Le soir même, Vergil reçut effectivement la décharge promise. Il s'était préparé mentalement, et, par un exercice de Yoga que Flore lui avait appri, il avait réussi à canaliser tous ses pires souvenirs et toute sa haine hors de ses pensées, en espérant pouvoir les rappeller brutalement au moment voulu. La déchargé causa une douleur assez grande pour commencer à l'énerver, et, tel un Bruce Banner se transformant en Hulk, la furie commença à prendre son contrôle. Il hurla à la mort, ses yeux à l'iris déjà rouge complètement injectés de sang, et des lignes noires y plongeant complètement.

Garde: Quelqu'un a activé les chaines du prisonnier dans la cellule de haute sécurité. Il entre en furie! Prévenez la sécurité!

Médecin: Envoyez lui la charge maximale. On ne peut pas prendre de risques. Si il y survit, alors il sera dans le coma pour quelques jours. De plus, avec le renforcement des chaines, il ne risque pas de les briser.

Il fut alors foudroyé sur place par un courant visiblement très important. La rage bouillait en lui, et celà ne suffit qu'à augmenter encore plus les effets de la furie, qui atteignait son paroxysme.

Médecin: Impossible...

Il broya alors littéralement tous les liens qui le maintenaient comme si celà avait été des simples cordes. L'explosion de rage avait également eu pour effet de faire griller la puce dans son crâne. Il pouvait désormais se transformer.

Il fut juste témoin de ce qui arriva ensuite. Il avait pri sa forme de démon, et tout détruit ou tué sur son passage jusqu'à ce qu'il se retrouve seul, et finisse par se calmer et reprendre ses moyens. Il vit alors Linus arriver, visiblement après avoir attendu de pouvoir l'approcher sans danger.

Linus: Vergil!

Vergil: On l'a fait! Alors? Ce pouvoir?

Linus: On en parlera après! Ils appellent des renforts de la ville, et on est toujours plusieurs étages sous la surface. Je vais pouvoir faire diversion au niveau de la grande porte, et fuir par le système d'aération pendant que tu prend une autre sortie.

Vergil: Il va falloir que je te couvre en les prenant par derrière. Je devrais pouvoir voler par la cage d'ascenceur après avoir coupé les câbles pour ne pas être suivi. Si on les laisse descendre, alors ils seront bloqués et devront prendre les escaliers, ce qui nous laissera de l'avance. On doit pas perdre de temps! Au cas où on arriverait pas à se retrouver là haut...

Linus: J'ai été ravi de te rencontrer. J'aurai toujours une dette envers toi.

Vergil: Adieu Linus. Désolé de t'avoir embarqué là dedans.

Ils partirent alors chacun de leur côté pour l'ultime étape de l'évasion. Vergil repensa alors à la vie de ce jeune homme. C'était à cause de l'émeute qu'il avait provoqué que ses parents étaient morts, et qu'il avait fini ici. C'était à cause de leur amitié qu'il avait subi le même châtiment que lui. Ce traumatisme qu'il gardera à jamais en lui était purement sa faute... NON! Ce n'était pas sa faute! Tout était arrive à cause de Jarod!

Le plan fonctionna comme prévu. Vergil arriva par derrière sans difficultés, et attaqua le premier soldat venu dans le dos, obligeant tous les autres à se retourner, laissant Linus s'enfuir. Il réussit alors à fuire par la cage d'ascenceur, qui était miraculeusement en dessous de lui à ce moment là. Il sortit par le toit du batiment, et respira l'air libre pour la première fois depuis 3 ans.

Vergil: La liberté!

Il regarda alors autour de lui, et se rendit compte qu'il venait de revenir à la case départ. Il n'était pas libre... Il était toujours à Mutopia.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Jeu 19 Juin - 1:22

Il ne retrouva pas Linus, mais il savait qu'il avait réussi à s'enfuir lui aussi. Pour le moment, il n'avait qu'une seule idée en tête : Retrouver ses proches. Les frères de sang le virent débarquer en plein milieu d'une de leurs réunions. Ils le regardèrent alors avec des yeux ébahis, sans oser le reconnaitre. Il s'écroula alors devant eux, subissant la faiblesse accumulée depuis ces 3 ans qu'il n'aurai pas du être capable de supporter.

Vergil: Je suis revenu.

Il sentit alors immédiatement Flore, qui était devenue très active depuis sa disparition pour essayer de le libérer, le prendre dans ses bras et l'embrasser durant un temps qui lui sembla éternel. Après ce qu'il venait de vivre, cela semblait être le plus grand moment de bonheur de sa vie, mais en même temps, il était presque devenu imperméable à toute émotion. Il lui faudrait beaucoup de temps pour s'en remettre. Il vit alors Piers le regarder de loin, sans oser croiser le regard, mais ne pouvant dissimuler des larmes de joie.

Steven: Re-bienvenue mec!

Il eut le droit à l'acceuil qu'il méritait, mais tout celà n'avait plus le même gout qu'à l'époque. Il s'approcha alors d'un miroir, et se regarda pour la première fois en faisant vraiment attention à son apparence. Il avait profondément changé. Il était atrocement maigre, avait pri quelques centimètres, avait de nombreuses cicatrices, ses yeux autrefois mauves vifs avaient foncé et étaient à mi chemin vers le gris, et surtout, ses cheveux qu'on lui avait rasé à son entrée en prison étaient maintenant très longs et raides, et formaient un rideau noir qui atteignait le bas de son dos. Lui même ne se reconnaissait plus, et il ne ressemblait presque plus à Piers qui n'avait pas tellement changé. Il n'osa d'ailleurs pas lui parler pour le moment, ne lui ayant toujours pas pardonné de l'avoir laissé tomber au moment où il avait été capturé.

Il se dirigea vers la table au centre de la salle de réunion, et fit un bref briefing improvisé.

Vergil: Il faut faire évacuer la ville dès maintenant. Créer une évasion générale tout de suite. Avec ce qui s'est passé à l'intérieur de la prison, les gardes sont perturbés, et il doit rester à peine 10% des troupes actives pour nous empêcher de le faire. Il faut créer une rébellion! Que tout le monde se serve de ses pouvoirs! Ils ne pourront pas nous arrêter, et on en aura enfin fini. Si on prévient le gouvernement et la population, alors on pourra définitivement mettre fin aux plans de Jarod.

Tout le monde était surpris qu'il se remette aussi vite, et qu'il débarque en donnant ce plan directement, mais tout le monde était exténué de lutter, et il fallait en finir. Avant de lancer l'opération, Flore vint une nouvelle fois le serrer contre elle.

Flore: Qu'est-ce qu'ils t'ont fait...

Vergil préféré changer de sujet pour éviter de revenir sur ce qu'il venait de vivre.

Vergil: Je suis désolé... Je crois que j'ai égaré ton sabre.

Flore: Non. Jarod l'avait entreposé comme trophée dans son bureau, et on a payé celui qui s'occupait du ménage pour qu'il le prenne et nous le rende.

Elle alla alors le chercher, et le lui tendit.

Vergil: Je... Gardes-le. Il faut que je te parles.

Flore: Qu'est-ce qui se passe?

Vergil: Ils m'ont fait des choses que même le diable n'aurait pas imaginé. Je ne suis même pas sur de me retrouver moi même. J'ai accumulé tellement de colère que j'en suis ressorti transformé. Tant qu'ils n'auront pas payé, et tant qu'on aura pas sauvé tous ces gens, ma vie sera un véritable calvaire. Je ne veux pas t'imposer cette vie là. Je ne veux pas t'imposer ce qu'ils ont fait de moi. Je continue de t'aimer, et c'est pour ça que je veux que tu vive ta vie de ton côté. Tu ne pourra plus être heureuse avec moi.

Flore: Je...

Vergil: C'est pour toi que je le fais...

Il la serra une dernière fois dans ses bras. Elle réussissait à se retenir de pleurer, mais celà était aussi dur pour elle que pour lui. Elle avait passé 3 ans à souffrir de son absence et d'inquiétude pour lui, et il la larguait dès son retour. Vergil était conscient de la cruauté de cette séparation, mais il n'avait pas le choix. Il voulait la voir heureuse, et celà ne pouvait se produire si elle vivait avec lui.

Flore: Garde quand même ce sabre. Je n'ai pas envie de le voire entre d'autres mains que les tiennes. Comme ça tu pourra me promettre une chose : Une fois que tu te sera débarrassé de tous tes démons, tu sera obligé de venir me le rendre.

Vergil: D'accord, mais ne m'attend pas. Ne gâches pas ta vie pour moi. Tu a déjà gâché 3 ans de ta vie pour retrouver une épave, alors que retrouvera tu si tu attends 5 ans de plus? Je n'en vaux plus la peine.

Il s'éloigna alors d'elle, sabre à la main. Il se jura alors qu'il ne s'en séparerait pas tant qu'il n'aurait pas accompli sa vengeance. Il avait sacrifié une vie avec Flore, alors il ferait en sorte de s'en servir et de tenir sa promesse. Il s'isola pour réfléchir un peu, et Piers se décida à venir lui parler.

---------- (Une partie du dialogue qui suit est extraite d'un flash back de Shinde original)

Piers: Ça fait du bien de te revoir. Je suis désolé pour tout ce qu'ils t'ont fait subir.

Vergil: J'ai survécu.

Piers: Pourquoi tu es si distant avec moi depuis que tu t'en es sorti?

Vergil: Pourquoi? Tu te rappelles pas pourquoi je me suis fait prendre?

Piers: Tu m'en veux parce que tu t'es fait toucher pendant la poursuite?

Vergil: Non Je t'en veux pour une raison simple : Tu m'a abandonné!

Piers: Je suis désolé... Ils t'ont pri sans qu'on puisse t'aider et...

Vergil: Mais tu n'a rien fait pour venir me chercher! J'ai passé 3 ans là bas! Trois ans de torture permanente!

Piers: Mais c'était une véritable forteresse! Nous n'étions pas assez nombreux!

Vergil: Et pourtant, nous leur avons tenu tête de l'intérieur. Et nous n'étions que deux. Et tu n'étais pas le deuxième!

Piers: Vergil...

Vergil: Le Vergil que tu connais n'existe plus. Tout ce que j'ai subi... Plus rien ne sera jamais comme avant Piers! Tu m'entends? Plus jamais!

---------- (retour au texte original)

Vergil se calma alors, sentant que la furie pourrait prendre le dessus si il continuait de s'énerver.

Vergil: Désolé... Je vais avoir besoin de temps pour récupérer, mais saches que je suis marqué à vie. Maintenant ne revenons plus jamais là dessus. A part ça, ça fait plaisir de te revoir frérot.

Piers: Bon retour parmi nous.

L'opération pour l'évasion globale commença vingt minutes plus tard. L'incident de la prison avait causé une émeute sur place, et la bataille avait toujours lieu là bas, occupant la plupart des soldats. La frappe fut fatale. Au bout d'une heure, la totalité de la ville avait rassemblé ses affaires, et se ruait sur la porte principale de la ville. Les murs avaient presque tous été détruits, mais un champ de force invisible protégeait la ville pour plus de sécurité. Ils devaient passer la la seule brèche, qui était la mieux gardée. Ils se retrouvèrent face à un mur de soldats prêts à faire feu, Jarod se trouvant derrière eux.

Jarod: Je vois que l'exemple d'il y a trois ans ne vous a pas suffi. Je vous laisse une dernière fois le choix avant de donner l'ordre à mes hommes de tirer : Acceptez ma protection, et rentrez dans le rang, ou alors continuez à vous rebeller, et je donne l'ordre à mes hommes de tirer.

Steven: On sait tous que ta protection n'est qu'un mensonge, et qu'on est dans un camp de concentration!

Jarod: Tout ça te dépasse. Tu ne peut rien comprendre.

Steven: Réglons lui son compte!

Jarod: Très bien... Je vous aurait donc laissé le choix. Feu à volonté.

Il semblait cette fois donner l'ordre à contre coeur. Quand il ne s'agissait pas de criminels à ses yeux, il avait l'air de ne pas apprécier tant que ça de tuer ces gens. Il avait cédé il y a 3 ans pour se venger de l'attentat, mais c'étaient les frères de sang qu'il visait vraiment pour les convaincre d'arrêter. Cette réticence à faire couler le sang était au moins le signe qu'il avait un intérêt à garder ces mutants en vie au lieu de juste les massacrer.

Les soldats firent alors feu dans la masse. Il y eut des pertes, mais un mutant au pouvoir de champ de force put sauver la mise assez vite. La lutte dura un moment, avant que la porte ne cède. Vergil avait contourné discrètement la bataille pour se retrouver juste derrière son ennemi.

Vergil: Etrange comme l'histoire se répète. Votre plaie à la gorge à bien cicatrisé?

Jarod: J'en garderait toujours la cicatrice. Je vois que tu a dégainé le même couteau que la dernière fois.

Vergil: Cette fois, je ne vous raterai pas.

Jarod: Dommage... Vous aviez un si grand potentiel. Vous auriez pu devenir comme votre père.

Vergil: Vous ne l'avez jamais connu.

Jarod: Celà ne m'a pas empêché de l'admirer.

Vergil: Et vous pensez que je crois encore que vous servez la même cause que lui?

Jarod: Non. Mais sachez que je vous admire également, et pourtant je vous déteste. Haïr quelqu'un n'empêche pas d'admettre qu'il a de nombreuses qualités. Dans tous les cas, cette ville aura été un échec. J'espère que les autres rattraperont les dégâts.

Vergil: Tant que je serai en vie, je ferai tout pour qu'il arrive la même chose dans toutes vos fichues villes.

Jarod: Et je ferai tout pour vous arrêter.

Steven: Repliez vous!

Vergil se retourna, et eut une vision d'horreur. La foule avait mit les pieds dehors, mais elle était en train se de faire accueillir par un régiment entier et une division blindée. Les troupes de Jarod étaient hors jeu, et le gouvernement prenait le relai.

Jarod: Le cauchemard vient de commencer pour vous.

Cette fois, il ne reproduirait pas la même erreur. Il n'allait pas prendre le risque d'en finir avec Jarod et de se faire prendre encore une fois. Chaque seconde comptait. Il se contenta de lui jeter un regard de haine, et se rua en direction de Piers pour le trainer sur le côté.

Vergil: On peut plus rien faire si on reste une masse. Seuls ceux qui se séparent ont une chance de s'en sortir!

Des véhicules volés à la garde de Jarod partaient en flèche dans toutes les directions. Un fourgon blindé contenait toutes les affaires mises de côté par les frères de sang, et s'apprétait à percer et à fuir.

Piers: On passe avec un de ces fourgons?

Steven: Je vais vous couvrir en faisant diversion. Je suis intouchable avec ma carapace, donc ça ira vous en faites pas.

Vergil aperçut Flore perdue dans la foule, sortit ses ailes, et vola pour aller la chercher, et la mettre dans le fourgon des Frères de sang, conduit par un nouveau qu'il ne connaissait pas. Il voulait s'assurer qu'elle puisse fuir. Il retourna alors avec Piers, et cria.

Vergil: On y va! On suit ces véhicules par la voie des airs!

Ils foncèrent alors tout droit vers une zone à l'abri, en traversant ce qui ressemblait maintenant de moins en moins à un champ de bataille vu l'avantage que prenaient les soldats de l'armée. Ils s'en sortirent par miracle, et seuls 3 des véhicules dont celui de Flore, plus quelques mutants chanceux avaient réussi à fuir. Steven avait réussi sa diversion, et les suivait désormais de loin, au pas de course. La foule avait été ramenée à Mutopia de force, et on commençait déjà à arrêter les principaux responsables de la rébellion. Une course poursuite allait maintenant avoir lieu pour capturer les fugitifs, qui fonçaient sans s'arrêter dans une forêt. Ils devaient se séparer pour avoir plus de chances de s'en sortir. Flore était désormais en sécurité, et était la seule à être restée dans le fourgon, les autres étant restés se battre dehors. Il était désormais sur qu'elle serait en sécurité, et il ne la reverrai probablement plus avant longtemps. tant mieux pour elle...

Il était désormais seul avec Piers et Steven. Les deux jumeaux durent à un moment se séparer de leur ami chef des frères de sang en croisant un groupe de soldats ennemis, et ils ne purent qu'entendre le son des mitrailleuse lorsque celui-ci fut tué. Ils venaient de perdre leur chef, mais ils ne pouvaient plus revenir en arrière...

Pendant ce temps, Jarod faisait un discours retransmis dans tout Mutopia. Tous les frères de sang avaient été arrêtés, et étaient mennotés en file indienne, marchant lentement vers la sentence qui leur avait été promise. Les autres étaient enfermés chez eux par l'armée du gouvernement, qui tuait immédiatement face à tout acte de désobéissance.

Jarod: La rébellion a été écrasée. Les derniers organisateurs de la guerilla à Mutopia ont tous été arrêtés ou tués. Les derniers survivants vont être fusillés aujourd'hui pour donner l'exemple de ce qui arrive à ceux qui ne respectent pas les règles.

Le premier de la file, Brad, le bras droit de Steven, se positionna dos au mur, et sourit d'un air forcé à la caméra. Une seule rafale suffit à le foudroyer sur place.

Jarod: Je vous avais offert le droit de ne plus vivre avec la cruauté du monde extérieur, et vous avez voulu y retourner. Sachez que le monde a bien changé. Aujourd'hui, la loi concernant la légalisation de la ségrégation mutante vient d'être votée. Etre mutant est désormais officiellement passible de discrimination, et peut être considéré comme un crime. Une nouvelle ère commence, où les mutants n'auront pas leur place!

Un à un, les anciens frères de sang furent fusillés, sous le regard horrifié de tous ceux qui les avaient soutenus. Vergil et Piers continuaient de fuir sans s'arrêter, à travers des villes en ruines laissées par les nouvelles rafles de l'armée, et ne parvenaient pas à semer leurs poursuivants.

Jarod: Maintenant, Mutopia ne sera plus le symbole du renouveau des mutants. Toutes ces villes vont devenir des camps de concentration à part entière. Vous n'avez plus le choix. Rendez vous, coopérez, ou mourrez. Mon nouveau grade de général me donne l'autorité sur la totalité de l'armée du pays, et sur les services secrets, donc vous ne pourrez plus vous cacher nulle part. Il est temps que ce crime contre l'existence depuis longtemps impuni arrive à son terme. Je le répète une dernière fois : Obéissez, ou mourrez. Je vous souhaite une bonne fin de journée, au nom du bien de l'humanité.

(fin de la transmission du discours)

Vergil et Piers fuyaient depuis plusieurs jours déjà, sans trouver un seul endroit qui ne soit pas touché par les interventions de l'armée, qui commençait déjà à traquer les mutants où qu'ils soient. La discrimination mutante venait d'atteindre son paroxysme historique. Ils finirent par trouver une zone isolée, où personne ne les suivit. A force d'errer dans la forêt, ils finirent par tomber sur une route, sur laquelle personne n'était passé depuis des lustres, et ils la suivirent sans savoir où elle les mènerait. Ils n'avaient de toute façon nulle part où aller, et ils étaient à plusieures dizaines de kilomètres de toute civilisation. Ce fut alors qu'ils se retrouvèrent devant un portail rouillé, qui donnait sur un manoir en ruines. Ils y entrèrent pour s'abriter de la pluie, et trouvèrent une inscription qui avait survécu au temps : "Tout mutant trouvera sa place en ces lieux". Cette inscription se trouvait sous un immense portrait recouvert de poussière. Les jumeaux le reconnurent immédiatement... Charles Xavier.

Ils venaient de découvrir une des ancienne résidence des X-men, que la vie avait quitté depuis bien longtemps...

FIN DE LA PARTIE 2

(ENFIN!!!)

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 1 Sep - 22:09

PARTIE 3 : RÉSISTANCE


"On ne peut pas se laisser faire! Si ce n'est pas pour nous, alors faisons le pour la génération à venir! Peu importe si nous devons nous sacrifier pour que vivent nos enfants!"

Steeven Harris


"Ce qu'ils font ne mérite tout simplement pas d'exister"

Flore Shellis


Si nous ne luttons pas, personne ne le fera à notre place.

Piers Anders


Tant que le sang n'aura pas été rendu, nous ne pourrons abandonner.

Vergil Anders


Le lieu qu'ils venaient de découvrir représentait plus qu'un nouveau toit : C'était une histoire. Le mythique manoir des X-mens avait été détruit plusieures fois mais chaque fois on le reconstruisait en conservant sa légende. Il n'était pas fait de briques ou de béton, mais d'une cause. Et Charles Xavier aura vécu toute sa vie pour cette cause sans jamais la voir se réaliser vraiment. Son enseignement aura été conservé à l'identique par ses élèves, qui fondèrent eux mêmes leurs propres centres d'accueil pour mutants quand ils avaient assez d'expérience. Ils avaient disparu depuis déjà très longtemps, mais ils avaient suffisamment diffusé leur morale pour que personne ne les oublie jamais. De nombreux groupes se prétendants leurs successeurs s'étaient présentés, mais les temps étaient devenus de plus en plus durs pour les mutants avec un gouvernement qui encourageait de plus en plus la ségrégation. Jamais un tel niveau d'inhumanité aurait pu être imaginé à l'époque du grand Charles Xavier...

Ce Manoir en ruines n'était évidemment pas le manoir original. Il y avait une période où les X-mens et toutes leurs "annexes" tenues par les plus anciens se déplaçaient beaucoup, et laissaient vides leurs lieux de vie. Dans tous les cas, celui-ci avait l'air assez important, car il contenait une bibliothèque de très grande valeur ayant survécu aux âges, de nombreuses chambres et salles de vie commune, et, dans le sous sol "sercret", se trouvaient une sorte de cérébro-ordinateur central improvisé dans une immense sphère de verre qui donnait sur la salle des dangers qui était en très mauvais état. Globalement, le sous sol était presque comme neuf si on ne considérais pas la poussière, le rez de chaussée était en plutôt bon état, mais le premier étage était à moitié détruit, voire même uniquement à moitié présent, comme touché par un bombardement. Se sachant en sécurité, ils s'allongèrent sur les premiers matelas qu'ils trouvèrent, sans se soucier qu'ils étaient crevés et plein de mites, et s'endormirent immédiatement pour leur premier vrai sommeil depuis leur évasion.

Le lendemain fut principalement consacré à l'exploration du bâtiment, et à la récupération de tout ce qui pouvait l'être. Par Miracle, ils trouvèrent des uniformes intacts dans un placard scellé au sous sol, et purent ainsi changer de vêtements, ce qui n'était pas du luxe car ils n'avaient pris aucune affaire avec eux dans leur fuite. Comme ils n'étaient pas sur que la surface de la maison soit encore très solide, ils décidèrent de descendre tout ce qu'ils trouvaient d'intéressant, sans exception, dans la salle des dangers, créant un immense tas de vieilleries laissées par les anciens habitants qui étaient partis précipitamment. Ils vidèrent une salle de 18 mètres carré qui devait être une réserve d'équipement, et y installèrent leur "chambre", composée des deux meilleurs matelas posés à même le sol avec quelques vieilles couvertures, une commode à laquelle il manquait la moitié des tiroirs, un bureau en métal ramené depuis le laboratoire, et un coffre ancien dont ils avaient du casser le cadenas pour l'ouvrir et découvrir avec joie la modique somme de 2000 dollars à l'intérieur. Ils découvrirent également un garage qui contenait un jet, un hélicoptère, deux voitures de sport, et trois motos en parfait état, et une réserve de carburant suffisante. Vergil appris rapidement à conduire les motos en s'exerçant dans la cour et dans le long chemin qui menait à l'extérieur à travers la forêt. Il fut alors capable d'aller chercher de la nourriture et de l'eau potable pour survivre, mais leur petite fortune ne tiendrais pas longtemps à ce rythme. Ils n'avaient pas d'eau courante, et de l'électricité que pour quelques jours depuis que Vergil avait réussi à rebrancher des grosses batteries de secours.

Piers: Et maintenant? On a trouvé un endroit qui pourrait nous permettre de rester en vie une semaine tout au plus, mais bientôt on ne pourra même plus sortir sans croiser des soldats qui veulent notre peau.

Vergil: Je pense qu'il faudra remettre à plus tard nos plans de rébellion. Pour le moment il faut survivre, et je crois que c'est le seul endroit où on pourra rester tranquilles. Tout ce qu'il nous faut, c'est un peu d'argent pour s'acheter de l'eau et de la nourriture, et de quoi réparer ce qu'on pourra ici.

Piers: On pourrait vendre quelques vieilleries qu'on a trouvé ici, mais ça ne va pas voler bien haut.

Vergil: Tu pense qu'on pourra s'en sortir tous seuls?

Piers: Ca fait déjà 8 ans qu'on est seuls. On va bien trouver un moyen de s'en tirer.

Vergil: Si tu le dis...

Les jours passaient, et leurs réserves se vidaient petit à petit sans qu'aucun évènement majeur ne se produise. Ce fut au bout d'une semaine qu'un évènement perturbateur se produisit.

Piers: Tu a entendu?

Ils pouvaient entendre des bruits de pas provenant du couloir, et se levèrent d'un bond pour être sur leurs gardes. Ils ouvrirent lentement la porte de leur "chambre", et aperçurent une silhouette entrer lentement dans la salle des dangers en ruines. Ils suivirent l'intrus discrètement, jusqu'à la porte qui menait à l'ordinateur principal. La porte était verrouillée et codée, et ils n'avaient jamais réussi à l'ouvrir même en y mettant toutes leurs forces. Etrangement, l'inconnu ouvrit la porte d'un claquement de doigt.

Piers: Il doit connaitre la combinaison.

Ils entrèrent alors avec lui, et se retrouvèrent sur une longue plate forme suspendue dans une bulle de verre donnant sur la salle des dangers, à l'exeption que la plate forme n'était plus tellement suspendue, et était penchée à 30 degrés vers le bas, ne tenant en place que par miracle. L'inconnu se laissa alors glisser doucement pour accéder à l'ordinateur qui était au bout, l'alluma, et resta immobile devant le petit écran.

Vergil: On y va!

Ils s'envolèrent alors tous deux, et se stoppèrent à sa hauteur juste devant lui. C'était un adolescent à peine plus jeune qu'eux, aux cheveux chatains en bataille, et aux yeux noisette. Il était complètement ahuri de voir un ange et un démon apparaitre de nulle part, mais il n'était pas paniqué.

Piers: Qu'est-ce que tu fais ici?

???: Euh... Je suis désolé je ne pensais pas trouver quelqu'un. Mais vous êtes qui au fait?

Vergil: On peut te retourner la question.

???: Je m'appelle Matt. Je pense que je suis ici pour la même raison que vous vu que vous avez l'air d'être vous aussi des mutants. Vous avez fui les villes à cause des soldats non?

Les deux jumeaux se posèrent alors à côté de lui, et reprirent forme humaine.

Piers: Oui. On est des évadés de Mutopia. Tu es donc un mutant?

Matt: Oui. J'ai le pouvoir de contrôler tout système binaire par la pensée. C'est un peu comme si je pouvais parler aux ordinateurs. Attendez une minute... Vous vous êtes évadés de Mutopia? Le camp de concentration anti-mutants? Alors vous êtes les leaders des frères de sang!

Vergil: Comment tu sais ça?

Matt: Les informations. Ils ont diffusé l'exécution de tous les membres du groupe rebelle, et ont mentionné que seuls deux d'entre eux, des jumeaux, ont réussi à s'enfuir. Il y avait même vos photos avec une jolie somme en dessous pour celui qui vous abattrais.

Vergil eut alors un pincement au cœur. "Seuls deux d'entre eux" s'étaient échappés. Il ne pouvais qu'imaginer le pire pour Flore, mais étant donnée qu'elle n'avait jamais participé à leurs actions, il ignorait si elle faisait partie de leur liste.

Piers: Notre tête est mise à prix, et ils connaissent nos visages?

Matt: Ils n'avaient que sa photo à lui.

Il montra alors Vergil du doigt. Il avait été pris en photo peu après sa première expérience de furie, et c'était la seule image récente qui puisse permettre de les identifier. Heureusement, après 2 ans passés sans aller chez le coiffeur, la photo ne devait pas ressembler à Piers. Il savait ce qu'il lui restait à faire. Il sortit une griffe, et se trancha les cheveux d'un coup sec au niveau de la nuque, ne gardant que quelques mèches sur l'avant.

Vergil: Les cheveux longs ne m'allaient pas de toute façon.

Piers: Au fait euh... Matt, tu disais pouvoir entrer mentalement dans n'importe quel système informatique?

Matt: C'est ça. Je peut pirater n'importe quoi.

Piers: Même cet ordinateur?

En guise de réponse, Matt se concentra une seconde, et une voix sortit d'un haut parleur situé dans l'ordinateur.

Voix: Bonjour professeur Xavier.

Vergil: Impressionnant. Au fait tu n'a toujours pas répondu à notre première question : Qu'est-ce que tu fais là?

Matt: Je vous l'ai dit : La même chose que vous. J'ai fui quand ma ville a été attaquée, et je me suis retrouvé ici par hasard en suivant la route. Je suis descendu en trouvant l'entrée du sous sol, et j'ai cherché un ordinateur en état de marche pour voir où j'avais atterri avant de voir deux types ailés me tomber dessus. Au fait, ça vous gêne si je reste un peu avec vous?

Vergil: Cet endroit a été construit dans le rêve de Charles Xavier, alors notre devoir est de le respecter. L'inscription à l'entrée dit "Tout mutant trouvera sa place en ces lieux", alors bienvenue parmi nous.

Piers: Je te préviens tout de suite, on vit vraiment avec les moyens du bord...

Matt: Au moins vous vivez. Maintenant que les présentations sont faites, je propose de voir ce que cet ordinateur a dans le ventre!

Piers et Vergil réussirent à remettre la plate forme en place à la force de leurs bras, de leurs ailes, et par un peu de bricolage. L'ordinateur se servait de la bulle de verre comme écran en plus de celui incrusté dans la plate forme, et y affichais l'image par des projecteurs. Il contenait toute la base de données laissée par les X-mens après leur départ de nombreuses années auparavant, mais aucune information récente. Ils bénéficiaient dans tous les cas d'une connexion à internet, ce qui leur permettait de rester en contact avec le monde. Matt avait aménagé une chambre à son tour en récupérant des meubles des étages supérieurs, qui contenaient heureusement un très grand nombre de pièces. Le seul inconvénient était qu'ils avaient des besoins en vivres encore plus grand, et que Piers et Vergil couraient le risque d'être reconnus s'ils sortaient trop loin. Ils réussirent alors un coup de maître pour gagner du temps : Matt pirata les ordinateurs d'une entreprise de livraison, et modifia la destination pour la remplacer par un hangar abandonné à une cinquantaine de kilomètres du manoir. Ils se retrouvèrent alors avec une pile immense de cartons remplis de boîtes de conserves qu'ils ne purent même pas ramener en plusieurs voyages. Ce qui les inquiétais le plus n'était pas tellement leur survie, mais les informations qui montraient des mutants qui fuyaient en tous sens avant d'être tués par l'armée.

Vergil: Tous ces mutants qui ne savent pas où aller... Il faudrait qu'ils aient des lieux où se réunir et survivre ensemble.

Piers: C'est ce que Jarod disait à propos de Mutopia à l'époque.

Les informations parlèrent alors de la réactions des personnalités suite à cette nouvelle déclaration de la guerre contre les mutants. Visiblement, cette décision du président ne faisait pas l'unanimité, et son vice président, Victor Lanzer, condamnait cette décision inhumaine, menaçant de démissionner, et affichant ouvertement son soutien au mutants. De même, les portes voix des deux entreprises associées Stark Industries et Primetech ont déclaré que leur coopération avec le gouvernement était terminée, et qu'ils ne les fourniraient plus en armement de pointe. Il était également rappelé que les recherches sur la mutation menées par Primetech continuaient malgré la mort tragique de son fondateur Neihlo Anders. Le nom de leur père attira un instant la curiosité des deux jumeaux, mais ils reprirent leur conversation en voyant que le reportage était terminé.

Vergil: Si Matt a réussi à nous trouver, alors pourquoi pas les autres?

Piers: Je vois où tu veux en venir, et c'est non. On ne survit ici que parce que nous sommes peu nombreux, et discrets. On a couru un risque en faisant venir des camions de livraisons dans la région, alors imagine si nous lancions une campagne publicitaire "Venez dans notre Manoir, nous vous y accueillerons". De plus cet endroit est en ruines et ne peut accueillir personne.

Vergil: Nous pourrions le remettre à neuf avec suffisamment de bras pour nous aider. Mais c'est vrai qu'avant de protéger les mutants ici, il faudrais les protéger dehors.

Piers: Et tu penses à quoi?

Vergil: On monte une nouvelle équipe et on se bat!


A suivre...

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 8 Sep - 19:56

Quelques jours plus tard, l'annonce était sur internet, parmi les centaines de messages d'un forum populaire où les mutants oppressés parlaient de leurs problèmes. Le site était surveillé, mais le message se fondrait surement dans la masse vu sa faible ampleur. Il disait "Un concours est organisé dans un lieu secret pour les mutants tête brulées et avides d'action. Le vainqueur repartira avec 5000$. Pour plus de renseignements, et pour toute participation, prendre contact avec les organisateurs".

Ils ne s'attendaient pas à grand chose, mais ils reçurent tout de même 12 réponses. Au final, seules 5 personnes se présentèrent au lieu de rendez vous à l'heure donnée. Visiblement, ils étaient habitués à se rendre dans des lieux en ruines, mais l'état des lieux n'avait pas l'air de les ravir. Une personne s'en alla même en se demandant ce qu'elle faisait là. Matt vint alors les accueillir, et leur expliqua le principe du concours.

Matt: Je suis désolé pour l'état des lieux, mais il devient de plus en plus difficile pour des mutants de s'abriter autre part que dans des taudis si on ne veut pas attirer l'attention. Le concours aura lieu dans le sous sol, dans une salle de simulation où vous serez confrontés à un parcours qui fera appel à votre instinct de survie, et à vos capacités de combat. Ne vous en faites pas, il ne s'agit que d'une simulation. Le premier qui atteindra l'arrivée gagnera la récompense.

Il les amena alors à la salle des dangers, légèrement rafistolée pour l'évènement. Matt avait récupéré un vieux programme d'entrainement, et avait réussi à le faire marcher malgré le mauvais état du système.

Matt: La zone d'arrivée vous sera indiquée par une lumière rouge au début de la simulation. A vous de l'atteindre par vos propres moyens. Quelqu'un sera sur place pour vous y accueillir. Maintenant, si vous le voulez bien, que la simulation commence.

Il marmonna alors tout bas un petit "Et pourvu que ça ne plante pas sinon on va vraiment passer pour des abrutis...", et sortit de la salle. Celle-ci se transforma alors, pour prendre l'apparence d'une ville en ruine, qui faisait office de champ de bataille. Une grande lumière rouge se fit voir au loin, et chacun prit un chemin différent afin de l'atteindre, en croisant multiples adversaires virtuels tels que des robots ou des soldats. Piers, qui était entré discrètement pour se placer à l'arrivée, regardait les candidats depuis un écran de contrôle.

Piers: Vergil, le numero 2 arrive sur toi. Fais attention, ils sont plus doués qu'on ne l'imaginait. Je n'arrive même pas à retrouver le numéro 3.

Vergil: Entendu.

Vergil prit alors sa forme démoniaque, afin d'accueillir le numéro 2 de la meilleure façon possible. Il vit alors apparaitre une sorte de Ninja dont seuls les yeux étaient visibles. Il tenait des sortes de fléchettes d'énergie dans les mains, et les envoyait tels des Shurikens sur ses adversaires, en en générant des nouvelles continuellement. Il traita Vergil comme tout autre adversaire virtuel, et le bombarda immédiatement. Vergil en para quelques unes avec ses griffes, mais en reçut une ou deux qui furent arrêtées par sa peau démoniaque.

2: Tu es plus coriace que les autres on dirait.

Vergil: Peut être parce que je ne suis pas un programme informatique.

Vergil sortit alors ses griffes, et se jeta sur lui. Le numéro 2 fit un salto avant pour passer au dessus de lui, et fit à son tour apparaitre deux lames énergétiques qui sortaient de ses avant bras. Il lui lança quelques fléchettes, et le frappa plusieurs fois de ses nouvelles lames, que Vergil eut plus de mal à parer. Son corps s'illumina alors pour passer sous sa forme d'ange, le forçant à dégainer son sabre.

2: Un sabre japonais dans les mains d'un ange? Je vois que tu es aussi plein de ressources.

Vergil: Je t'aurai bien fait une démonstration, mais je n'ai plus qu'une peau fine, et j'y tiens!

Il s'envola alors vers le toit d'un bâtiment, laissant le numéro 2 reprendre sa course. Il parla alors à Piers par son oreillette.

Vergil: T'en a d'autres comme ça? On aurait du leur dire que si ils voyaient un ange ou un démon, il fallait éviter de le tuer.

Piers: Tu veux t'amuser encore un peu? Alors si tu va sur la deuxième ruelle à droite, tu va tomber sur le numéro 4! Et ça vaut le détour crois moi!

Vergil plongea alors dans les airs, et aperçut le, ou plutôt la numéro 4. C'était exactement ce qu'on pouvais imaginer en parlant de femme fatale. Tout ce qu'on pouvait remarquer à propos d'elle inspirait une sensualité extrême. Ses cheveux blonds très clairs assez courts qui retombaient en mèches devant ses magnifiques yeux verts d'une très grande profondeur, et son maquillage appuyé la rendaient irrésistible. Et c'était bien sur sans parler de son corps de rêve aux formes généreuses qui pouvait faire hurler n'importe quel homme, et, pour conclure le tout, elle portait un costume de cuir bordeaux très moulant qui laissait entrevoir beaucoup de peau nue. Elle se battait avec une sorte de fouet à neuf queues qu'elle contrôlait à la perfection (et il valait mieux ne pas penser au fait que c'était encore une fois très évocateur). Vergil se posa devant elle, et essaya de ne pas dévier son regard de ses yeux.

4: Salut mon ange! Tu es très mignon mais tu es sur mon chemin.

C'était presque insoutenable... Sa voix était à l'image du reste. Elle fouetta alors l'air de son arme, et étrangement, les neuf queues se dirigèrent toutes seules vers lui.

Vergil: C'est quoi ce truc?

Il vit une queue s'enrouler autour de son épée, et les autres saisir ses membres pour le paralyser. Les 4 autres le griffèrent alors légèrement avec les pointes qui ornaient leurs bouts, comme une main qui lui aurait griffé le visage. C'était comme si le fouet était... Vivant.

4: Je me serai bien amusée un peu plus avec toi, mais il serait dommage d'abîmer un si joli visage. A plus mon ange!

Elle le jeta alors contre un mur, et avança avec une démarche que Vergil préféra ne pas observer.

Piers: Alors? Qu'est-ce que je t'avais dit?

Vergil: C'est complètement déstabilisant.

Piers: Dans le cas où ton plan fonctionne, et si ils marchent avec nous...

Vergil: Quoi?

Piers: Je l'ai vue en premier!

Vergil éclata de rire, et tenta de rejoindre l'arrivée, car il avait compris qu'il était l'obstacle le moins utile du parcours. La voix de Matt vint alors rejoindre celle de Piers dans l'oreillette.

Matt: Alors Vergil, toi qui est en plein milieu de l'action, ça donne quoi?

Vergil: Je regrette pas l'investissement pour réparer tout ça et pour avoir le nouveau matériel.

Matt: Il reste quand même un problèmes assez important. Comment on va les payer sachant qu'il ne nous reste plus que 57 dollars et 35 cents dans notre cagnotte?

Vergil: Ça leur donnera une raison de plus de rester. Sinon où en est le numéro 1?

Piers: Il s'est défilé et il est parti. Il s'attendait à une promenade de santé et il est pas capable de tenir le coup. Tu peut venir me retrouver, il n'y a plus personne à attendre.

Il traversa les ruelles, et arriva sur la place d'arrivée, où la sentinelles qui était la "surprise" qu'ils devaient affronter à la fin du parcours gisait décapités sur le sol. Piers était en train de réfléchir pour départager les numéros 2 et 4 qui l'avaient détruite ensemble.

Vergil: Qu'est-ce qu'il s'est passé?

Piers: La numéro 4 est arrivée en première, mais c'est le numéro 2 qui a détruit la sentinelle, alors on ne sait pas comment faire.

4: Il a profité que je me batte contre le tas de ferraille pour la décapiter par derrière. Il n'a aucun mérite.

2: Peut être, mais je l'ai détruit et c'est ce qui compte.

Vergil: De toute façon c'était pas le premier à arriver ici qui devait gagner?

4: Voilà quelqu'un que j'aime bien! Merci mon ange.

2: Alors j'ai détruit ce robot pour rien?

Piers: Vous savez quoi? vous avez qu'à vous battre en duel et le gagnant repart avec les 5000 dollars, qu'on en parle pas pendant des heures.

Numéro 3: Ce ne sera pas la peine.

La nouvelle intrusion fit sursauter tout le monde. Il était apparu de nulle part derrière eux. C'était un type châtain à l'air assez sournois, les cheveux retombant sur les yeux, et fumant une cigarette. Il portait des vieux vêtements plutôt discrets. Il devait avoir un peu moins de la trentaine.

3: J'étais là le premier. Je restais juste caché le temps que quelqu'un vienne me récompenser.

Matt: Alors pourquoi ne pas être réapparu plus tôt?

3: Je suis de nature assez discrète. Alors où est l'argent?

Piers: J'étais moi aussi caché avant que la sentinelle ne soit détruite, et je ne vous ai pas vu arriver.

3: Personne ne me vois jamais arriver.

Il disparut alors d'un coup, et réapparut quelques secondes plus tard derrière Piers, en lui mettant un couteau sous la gorge.

Vergil: Si vous reculez pas tout de suite dites adieu à votre récompense.

3: On reparle d'argent. Ça me plait.

4: Vous allez quand même pas lui donner la récompense rien que sur sa parole?

Vergil: De toute façon, il n'y a pas de récompense prévue.

La réaction fut très brève. Vergil avait déjà un couteau, une lame énergétique, et un fouet en triangle autour de la gorge.

Vergil: A vrai dire, j'ai mieux à vous offrir. Si vous marchez avec nous, je vous promet à tous de toucher dix fois la somme promise, et ce n'est qu'une offre temporaire.

2: Et j'imagine que vous voudrez quelque chose en échange?

Vergil: Les mutants sont tous en danger dehors, et il en meure des milliers chaque jour. Si on ne fait rien, alors ce sera bientôt notre tour. On essaye de donner une chance à tous ceux qui survivent dehors en se battant pour eux, et en trouvant des endroits pour les protéger. Mais pour ça on a besoin d'alliés. De toute façon, on arrive dans une période où pour survivre il faut s'unir, alors autant rassembler le plus de personnes possibles.

4: En gros vous organisez un mouvement de résistance?

Vergil: C'est ça.

3: 100 dollars par jour.

Piers: Combien?

3: Et croyez moi que vous partirez pas sans m'avoir remboursé mes 5000 dollars. Et si vous voulez mes services, alors il faudra payer.

Vergil: D'autres amateurs ont de meilleures propositions?

2: Je suis avec vous. Gardez votre argent c'est ridicule de nous payer pour ça.

4: Alors on va jouer les têtes brulées? J'aime ça. Je marche aussi, mais on va discuter pour les conditions.

Vergil: Dans ce cas, des présentations s'imposent. Je suis Vergil, et voici mon frère Piers. Tous les deux 20 ans, on est des rescapés de Mutopia, anciens du groupe de résistants sur place, et on a à peu près tout perdu depuis l'âge de 12 ans. On est des Unimétamoprhes qui pouvons prendre la forme d'un ange ou d'un démon de façon aléatoire. Là bas, c'est Matt, 18 ans, qui a le pouvoir de pirater les systèmes informatique par la pensée.

4: Moi c'est Vicky Harper, 22 ans, capable de donner vie aux objets inanimés, notamment mon fouet fétiche, qui m'obéissent au doigt et à l'œil. A part ça y'a rien à dire de bien intéressant sur mon passé, mais si vous voulez mieux me connaitre, vous saurez où me trouver.

3: J'ai le pouvoir de créer un champ de discrétion autour de moi, ce qui me rend physiquement, et virtuellement indétectable visuellement, auditivement, et même olfactivement.

Matt: Et on doit t'appeller comment?

3: Fox.

Piers: Tu pourrais être un peu plus précis?

Fox: 200 dollars par information complémentaire.

Vergil: Bien entendu. Et toi?

Le ninja retira sa cagoule, ne révélant pas un visage asiatique comme tous l'attendaient, mais un jeune homme qui ressemblait beaucoup à Vergil avant qu'il ne se coupe les cheveux. Il avait les yeux verts, et un sourire amical.

2: Comme tu l'a déjà vu, je peut créer à volonté des couteaux de lancer énergétiques, et je peut faire apparaitre deux grandes lames au niveau de mes avant bras. Je suis aussi un expert en arts martiaux et dans le maniement des armes blanches. Je m'appelle Ethan.

Piers: Très bien. Maintenant que les présentations sont faites, si vous retiriez vos armes du cou de mon frère, et si on allait discuter plus en détails?

Ils partirent alors tous en direction de la salle voisine, où une bouteille de champagne volée pour l'occasion dans un magasin était préparée. Lloyd se dirigea alors vers Ethan.

Vergil: Je peut te poser une question? Pourquoi a tu accepté de bosser avec nous gratuitement?

Ethan: A vrai dire, c'est l'occasion que je cherchais depuis un moment, et j'avoue que je ne pouvais pas attendre mieux que de tomber sur vous.

Vergil: Pourquoi?

Ethan: Ma famille est à Mutopia. Elle a déménagé là bas il y a deux ans, alors que j'en avais 19. J'ai préféré rester dehors parce que je considérais qu'on avais pas à s'isoler des autres. Quand tout à dégénéré juste avant que l'armée ne se mette à pourchasser les mutants, j'ai vu aux informations ce qui se passait à l'intérieur. J'ai compris que chaque jour qui passait, ma famille pouvait y être tuée. J'ai aussi entendu parler des rebelles qui tentaient d'empêcher ça à l'intérieur, et quand j'ai du fuir mon appartement pour survivre, j'ai décidé que je trouverai un peu d'argent, et que je me joindrai à des rebelles comme eux. Je ne me douterai pas que je tomberai sur les deux derniers frères de sang en personne. Ce que vous faites est admirable, même si actuellement on risque de ne pas aller très loin vu nos moyens. Les autres aussi doivent être heureux de participer à la résistance, mais ils ont surement besoin d'argent.

Vergil: Le plaisir est réciproque. Tes talents vont nous être très utiles.

Ethan: Au fait, j'ai vu que tu te servais d'un sabre. Tu es très maladroit, mais agile et vif, donc avec un peu de technique je suis sur que tu pourrai bien te battre avec. Ça te dirais que je t'apprenne quelques petits trucs?

Vergil: Euh... Pourquoi pas... Ethan c'est ça?

Ethan: Oui, Ethan Wolf alias Black Wolf.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Mer 5 Nov - 20:53

15 Jours plus tard, les 6 nouveaux colocataires étaient devant l'écran géant dernier cri qu'ils avaient acquis récemment, à regarder les informations. Le ton avait complètement changé depuis peu.

Journaliste: Nous avons assisté en début d'après midi à un nouvel affrontement entre les forces armées et un groupe de rebelles. Nous dénombrons un peu moins de 30 soldats morts alors qu'ils escortaient un convoi de mutants vers la 8e Mutopia qui vient d'ouvrir ses portes. Il semblerait que 48 mutants soient désormais en fuite, venant s'ajouter aux 234 autres depuis le début de la semaine. Evasion ou libération? Ces évènements ont relancé la polémique concernant la récente décision du gouvernement de retirer aux mutants le droit de vivre dans notre communauté. Le président Orson Pincher reste sur ses positions, tandis que son ex vice président Victor Lanzer, qui compte de plus en plus de partisans, est désormais à la tête du mouvement pro mutants.

L'image montrait désormais un homme plutôt jeune, en costume bleu marine, les cheveux châtains plaqués en arrière, et portant des petites lunettes carrées. Derrière-lui, on pouvait voir une foule de militants qui manifestaient contre le gouvernement, et portaient des banderoles à l'effigie du président avec le mot "assassin". Certains le comparaient même au nouveau Hitler. Lanzer apparaissait ici comme une sorte de libérateur.

Ethan: Vous pensez qu'on peut lui faire confiance?

Piers: Il a l'air réglo. A mon avis c'est l'homme de la situation. Et puis nos actes ne suffiront pas si nous ne sommes pas soutenus par un visage politique.

Journaliste: Mais qu'en est-il de ce groupe de résistants? D'après les rumeurs, ils agissent en nombre très réduit, et ne seraient qu'une demi douzaine de personnes. Leurs principales cibles sont les convois qui acheminent les mutants vers leurs lieux de regroupement, mais on leur doit également le vol de 20 millions de dollars en liquide dans plusieurs distributeurs automatiques piratés. Un message ironique était laissé sur les lieux des différents vols, disant "Nous savons que cette somme ne représente pas grand chose à côté de ce que vous vole l'état pour financer son génocide, mais nous nous excusons pour la gêne occasionnée". Leurs actes ont engendré la naissance de nombreux autres mouvements parallèles, mais moins efficaces face à la répression. Etant donné que deux de leurs membres, visiblement leurs leaders, possèdent parfois des apparences angéliques, on les appelle déjà les "Anges Gardiens".

Vergil: Les anges gardiens... Ça aurait pu être pire. Je lève donc un toast aux débuts de notre équipe qui porte désormais un nom, et qui a depuis peu les moyens de se payer du vrai champagne!

Ils burent tous leur verre d'une traite, et retournèrent à leur activité principale qui était de remettre leur QG en état. Leur nouvelle fortune, gérée par les Jumeaux, leur permettait de ne plus être dans le besoin, et d'acheter le matériel pour réaliser certains travaux. Vicky leur était d'une grande aide avec son pouvoir, car il lui suffisait d'animer une poignée de marteaux et de clous pour les voir travailler comme s'ils étaient tenus par des mains invisibles. Ils avaient également utilisé les talents de Matt pour être à nouveau fournis en eau et en électricité sans apparaître dans la moindre base de données. Cela était sans compter l'aide de quelques liasses de billets de 500 dollars qui étaient fortes utiles. Le manoir était devenu vivable, et ils purent enfin déménager des sous-sols.

Le seul à ne pas se mêler aux travaux était Fox. Si tous les autres s'étaient sociabilisés, ils ignoraient tout de cet étrange personnage qui restait toujours isolé et introuvable. Il ne réapparaissait de nulle part que pour négocier ses services moyennant paiement, et faisait toujours sursauter l'équipe entière. L'une des seules choses qu'ils voyaient de lui était ses victimes tomber une à une en mission. Un jour, Vergil avait tenté de venir lui parler, mais il s'était immédiatement refroidi lorsque Fox lui avait annoncé "Ca fera 50 000 dollars pour discuter". Ils en avaient les moyens, mais sur le coup, il avait pensé à une meilleure utilisation de 50 000 dollars que de parler avec une personne qui semblait ne pas en avoir envie. La question qu'ils se posaient tous était : Mais que veut-il faire avec tout cet argent? Etant donné qu'il était logé, nourri (même si il mangeait toujours séparément), et qu'il disposait de tout ce qu'il y avait à désirer au manoir, aucune réponse logique ne leur était venue à l'esprit.

Quant à Ethan, il s'était immédiatement lié d'une amitié très forte avec Vergil, qui le voyait en même temps comme son formateur. Il apprenait très vite l'art du combat rapproché avec lui, mais Ethan finissait toujours par le désarmer. Piers quant à lui restait sur ses positions, et préférait utiliser les armes à feu qu'il rendait dévastatrices avec ses sens décuplés. Il gardait cependant avec lui Damoclès, l'épée de sa mère, même si il n'avait pas encore trouvé comment l'ouvrir. Il s'était de son côté lié d'amitié avec Matt, et tentait de se rapprocher le plus possible de Vicky.

Elle avait beau être la seule figure féminine du groupe, elle ne se laissant pas faire par ces 5 types qui l'entouraient. Elle était au courant des regards que les autres portaient souvent sur elle, mais elle ne se laissait pas déstabiliser. Elle exerçait son petit jeu de séduction sur tous, mais sans jamais aller plus loin que le jeu avec quiconque. Visiblement, elle voulait montrer sa domination dans ce domaine, et elle savait comment s'y prendre.

Au bout de d'un mois de vie commune et d'actes de faible envergure, ils décidèrent de passer au niveau supérieur. Pendant que les autres s'entrainaient sur le dernier programme de Matt, les jumeaux discutaient de la suite de leurs projets.

Piers: A mon avis, on ira pas plus loin si on continue à tuer des soldats pour libérer nos semblables. Ils ont pris les mesures pour les recapturer immédiatement, et nous allons finir par passer pour les méchants. Ce qu'il faut, c'est diffuser un message pour réduire le sentiment de racisme.

Vergil: Il faudrait déjà trouver d'où vient ce racisme.

Piers: A mon avis, il est né dans la peur. Un homme qui a le pouvoir de faire bruler une forêt ou de soulever un building par la pensée, ça fait peur. Et depuis toujours, l'homme a combattu la peur en éliminant sa source. Il faut leur montrer que nous ne leur voulons pas de mal, et également que nous pouvons utiliser nos capacités pour les aider.

Vergil: Je pense justement que c'est le contraire. Ils n'agissent pas par peur, mais par jalousie. Quant ton voisin achète une voiture magnifique, tu es jaloux, et tu finis par acheter une voiture encore plus belle que la sienne. Mais imagine que ton voisin fasse voler des objets par la pensée, et que tu saches que tu ne pourra jamais le faire. C'est comme ça que nait le sentiment de haine envers le voisin : Il est supérieur en un point, et on ne peut l'admettre. On déverse alors sa haine sur son voisin, et on finit par l'éliminer. Et si on leur proposait de les aider, alors ils prendraient ça pour de la pitié, et dieu sait qu'avoir pitié de quelqu'un est pire que de lui piétiner le visage...

Piers: Tu es peut être un peu extrémiste dans ton raisonnement. Je sais ce qu'ils t'ont fait subir, mais n'en fait pas une généralité. Attends une seconde, qu'est-ce que tu a sur les avant-bras? J'ai déjà vu ça quand tu te battais en mission.

Vergil regarda alors ses bras, et constata que des lignes noires se dessinaient lentement, remontant de ses poignets jusqu'à ses épaules. Il se calma alors immédiatement, et elles disparurent.

Vergil: Tu n'a pas les mêmes? Elles apparaissent quand je suis en état de stress ou en colère. Je sais que tu es moins impulsif et plus raisonnable que moi, mais tu a du les faire apparaitre aussi non?

Piers: Je n'ai jamais eu ça...

Vergil: Les médecins de Mutopia appelaient ça la furie. Il parait que c'est du à une mutation séparée de celle qui nous donne nos pouvoirs d'anges et de démons. Ces lignes indiquent que la colère monte en moi, et quand elle explose... C'était comme si elle contrôlait mon corps à ma place, mais dans une version beaucoup plus puissante et innarétable...

Piers: Il faudra t'en méfier, car tu a tendance à te laisser un peu trop dominer par tes émotions. Cela explique sans doute pourquoi tu n'a jamais réussi à influencer l'esprit des autres, comme moi. Nous devons avoir certains gènes ayant muté différemment.

Vergil: Influencer l'esprit des autres? Tu peut carrément les posséder!

Piers: C'est une façon de voir les choses... Je pourrai d'ailleurs m'en servir pour canaliser tes émotions, car tu semble avoir du mal à les contenir toi même, et cela pourrait devenir dangereux. Il faudra que je fasse le ménage de temps en temps.

Vergil: ...

Matt entra alors en trombe dans la pièce.

Matt: Il faut que vous veniez voir!

Ils se précipitèrent alors devant la télévision, où même Fox s'était pris la peine de venir. Ils étaient tous tous pâles, et regardaient l'interview d'un mutant qui leur était familier, mais que Vergil ne reconnut pas tout de suite.

Journaliste: Pourquoi vous êtes vous livrés aux autorités?

Homme: Parce que je voulais échanger ma liberté en tant que mutant contre une information qui allait les intéresser. Je sais où se cachent les rebelles qui se font appeler les Anges Gardiens.

Ethan: C'est pas vrai il va tous nous faire tuer!

Journaliste: Et d'où tenez vous cette information?

Homme: De moi même. Je me suis retrouvé dans leur quartier général par hasard alors que j'avais besoin d'argent, et qu'une épreuve pour en gagner s'y déroulait.

Vergil se rappela alors où il l'avait vu. C'était le candidat numéro 1 qui avait abandonné immédiatement lorsqu'ils tentaient de former l'équipe. Le plus frustrant dans cette situation, c'est qu'ils ne pouvaient rien faire pour l'empêcher de les dénoncer.

----------

Au même moment, à proximité du bâtiment où avait lieu l'interview, un homme envoyait un message par communicateur:

"Raven à OP : Je l'ai dans ma ligne de mire. J'agis ou je le laisse faire?"

Il reçut immédiatement la réponse:

"OP à Raven : Ils pourront nous être très utiles. Empêchez-le de parler."

Raven sortit alors son fusil à lunette, ajusta son tir, et pressa la détente. Les 6 membres de l'équipe assistèrent alors ahuris à l'explosion de la tête de cet homme en plein direct. La chaine enchaine alors immédiatement sur une page de publicités. Raven rangea alors son fusil, monta sur une grosse moto, fit tourner le moteur, et s'enfuit par les toits. Quand les témoins regardèrent dans sa direction, il était déjà trop tard, car sa fuite, qui aurait pris plus de 15 secondes à n'importe quel humain normal, venait d'avoir lieu en 2 secondes.

----------

Quelques minutes plus tard, dans le bureau du président des Etats Unis Orson Pincher.

Secrétaire: Monsieur le président, le ministre de l'intérieur demande à vous voir.

Pincher: Faites-le entrer.

Le ministre entra dans le bureau ovale, se retrouvant face à l'homme qui avait ordonné le génocide mutant. Pincher avait été élu parce qu'il représentait la nouvelle génération par sa jeunesse (il avait tout juste une quarantaine d'années), et parce qu'il était le seul à s'être intéressé au problème mutant dans sa campagne. Le sujet intéressant beaucoup, et il avait présenté son objectif comme étant de régler les problèmes autour de l'intégration des mutants. Evidemment, personne ne s'attendait à un projet aussi extrémiste. Mais comme tout président qui se respecte, tenir ses promesses ne fait pas partie du contrat.

Ministre: Monsieur le président, on vient d'assassiner...

Pincher: Notre seul espoir de mettre la main sur nos principaux gêneurs, je le sais. Je regarde également les informations monsieur Crow.

Alexander Crow était tout l'inverse de Pincher. C'était un homme juste, droit, et qui avait un immense sens de l'honneur. Il avait grimpé les échelons un à un à la sueur de son front, sans jamais recourir à toutes les tricheries qu'avaient utilisés tous les hommes importants. Il s'était présenté comme le candidat idéal pour être ministre de l'intérieur, car il était capable d'apporter de la crédibilité même aux plus sadiques idées si il les défendait. Il était évidemment contre les idées de Pincher, et avait faili démissionner, mais il savait que s'il le faisait, un truand raciste prendrait sa place, et la situation serait encore pire. De plus, il pouvait avoir un certain contrôle sur la situation en la rendant "le moins pire possible". Il restait cependant discrètement un partisan de Lanzer, qu'il soutenait quand il n'étais pas surveillé.

Crow: Pourquoi vous intéressez-vous autant à ce groupe de rebelles? Ils sont ridiculement peu nombreux, et de nombreux autres mouvements représentent une menace plus grande!

???: Vous ne les connaissez pas. Ils sont peut être ridicules à l'heure actuelle, mais laissez leur un peu de temps, et ils retourneront le monde contre vous. Ils sont beaucoup plus dangereux qu'ils n'en ont l'air, plus particulièrement leurs deux leaders.

Un troisième homme venait d'entrer dans la salle.

Pincher: Vous ne connaissiez pas mon nouveau Vice président? Je vous présente le général Lewis Jarod.

Crow: Nous nous connaissons déjà... Alors comment vont les choses aux différentes Mutopia? Vous ne vous faites plus trancher la gorge depuis que vos habitants sont officiellement des prisonniers?

Jarod: Je vois que tu a toujours le sens de l'humour Alexander. Figure toi que j'ai une dette personnelle envers ces résistants. Je ferai en sorte qu'ils soient traqués sans relâche, et j'utiliserai tous les moyens mis à ma disposition pour arriver à cette fin.

Pincher: Il sera votre nouveau supérieur hiérarchique. Vous êtes réputés pour votre efficacité, alors il sera temps de prouver ces dires. Vous avez du pain sur la planche.

Crow: Très bien... Dans ce cas permettez moi de me retirer.

Il sortit alors du bureau en serrant les poings.

Pincher: Il vous hait. J'ignore ce que vous lui avez fait par le passé, mais il semblerait qu'il vous en veuille énormément.

Jarod: Et dire que nous étions si bons amis à l'université. Il était le plus brillant de nous deux, mais finalement j'ai mieux réussi que lui. Mais peu importe le passé. Quand il verra ce que je lui réserve pour le futur, il va probablement me détester encore plus.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 1 Déc - 21:48

La vie de l'équipe changea radicalement lorsqu'ils reçurent une visite inattendue. Une personne était arrivée à pieds devant leur manoir presque entièrement refait, en se cachant dans un manteau à moitié déchiré. Ils s'étaient immédiatement mis en alerte, mais le visiteur ne semblait pas agressif. Il eut même l'air soulagé de les voir se présenter devant lui.

Visiteur: Dieu soit loué, je suis arrivé au bon endroit.

Piers: Qui êtes-vous et comment nous avez vous trouvé?

Visiteur: J'ai pu obtenir l'information de votre location de la bouche de l'homme qui a tenté de vous dénoncer juste avant qu'il ne soit abattu au cours de son interview, à l'abri des regards indiscrets. J'ai failli y laisser ma vie mais le jeu en valait la chandelle.

Ethan: Pourquoi vouliez vous nous trouver? Et vous n'avez pas répondu concernant votre identité.

Visiteur: On veut ma mort. Le gouvernement a décidé mon arrestation et mon exécution. Le seul endroit où je pouvais continuer mes actions en restant caché était ici. Je suis Victor Lanzer.

Ils restèrent tous bouche bée devant la vision de l'ancien vice président défenseur de la cause mutante, méconnaissable derrière sa barbe non rasée depuis plusieurs jours, ses lunettes cassées, et avec sa tenue déchirée. Il fut immédiatement invité dans le nouveau salon où on lui donna à boire et à manger, ce qu'il apprécia grandement après plusieurs jours de fuite.

Lanzer: Je vous remercie infiniment.

Vergil: Comment a t'on pu en arriver là? Un homme comme vous obligé de se cacher comme un criminel... Mais où va t'on?

Lanzer: Les choses se sont quelque peu accélérées ces derniers jours. Pincher semble vouloir mettre tous les moyens à sa disposition pour éliminer toute résistance, jusqu'à nommer Jarod pour me succéder.

Vergil: QUOI?

Il eut envie d'exploser de rage. En l'espace de deux secondes, les lignes noires étaient apparues sur sa peau, et sa respiration s'était grandement accélérée. Piers réagit au quart de tour, et entra dans son esprit pour faire le vide, en renvoyant la colère et la haine dans l'inconscient de son frère qui se calma lentement.

Piers: Excusez-le. Jarod lui a laissé un traumatisme que vous ne pouvez même pas imaginer, et ses pouvoirs le rendent très... émotif. Vergil, je pense que tu devrais nous laisser pour le moment.

Vergil hésita un instant, puis sortit un instant car il ne voulait pas tout gâcher devant cet invité de marque. Il se dirigea vers la salle des dangers pour mettre en pratique les cours d'Ethan, pendant que les autres (sauf Fox) continuaient de discuter avec Lanzer.

Lanzer: Celà n'est rien. Quand je ne suis pas sous les projecteurs, il m'arrive d'être dans le même état que lui. En tout cas, cette nomination a fait doubler la violence de l'armée, à croire que c'était encore possible.

Ethan: Comment se fait-il que la population ne réagisse pas? Ils ont élu cet homme, donc ils ont le droit de le faire tomber!

Lanzer: C'est plus compliqué. Il faut déjà compter sur le fait qu'un citoyen sur 5 est d'accord avec lui. Il y a ensuite plus la moitié du pays qui garde les traces de certaines catastrophes passées dues aux mutants, et qui ont tout simplement peur. Trop peur pour se rendre compte que Pincher est en train de causer une catastrophe d'une ampleur encore plus grande, ou alors trop peur du gouvernement et de l'armée pour réagir. Si on veut réussir à le renverser, il faut réussir à convaincre toutes ces personnes.

Vicky: Et concernant le reste du monde? L'ONU aurait déjà du réagir!

Lanzer: Le problème de l'ONU, c'est qu'elle ne peut pas attaquer les Etats Unis. C'est ce pays qui représente la majorité du pouvoir décisionnel et surtout du pouvoir militaire et économique. Elle affirme son opposition à ces agissements, mais, et excusez moi du terme, Pincher les tiens tous par les couilles!

Piers: Alors qu'est-ce qu'on fait? On avancera pas avec des simples actes de sauvetage ou de sabotage.

Lanzer: Je peut vous fournir deux atouts qui vous permettront d'aller beaucoup plus loin. Le premier, c'est que je suis juste devant vous le premier symbole de la cause pro-mutante, et qu'ensemble nous rallierons mieux la population. Le second, c'est que j'ai travaillé à la maison blanche, et que j'ai gardé quelques contacts aux services secrets, par conséquent j'ai de nombreux renseignements qui vous serons d'une grande valeur.

Piers: Toute aide sera la bienvenue. Qu'est-ce que vous proposez?

Lanzer réfléchit un instant, et sortit des feuilles de la poche de son manteau. Il les avait visiblement arrachées d'un dossier confidentiel.

Lanzer: Ils ont beau chasser les mutants, ils savent aussi en profiter. Certains peuvent leur fournir une aide très précieuse, et une fois corrompus, ils sont un vrai danger pour nous. Ils ont toujours possédé un mutant qui peut donner sur demande les noms et pouvoirs de tous les mutants situés à plusieurs centaines de kilomètres. Il est encore plus performant que Google parait-il, et peut même trier par nom, par pouvoir, et chercher un mutant en particulier en donnant toutes ses informations officielles. Autrement dit, ils savent déjà tout sur vous et sur tous les mutants du pays, et n'ont plus qu'à les trouver.

Piers: Et qu'est-ce qu'on pourrait faire contre ça?

Lanzer: Tout est répertorié dans une liste contenue dans un ordinateur unique, lui même situé dans une base hautement sécurisée. Si on peut le détruire, on leur volerait un avantage énorme.

Ethan: Sauf que leur mutant pourrait refaire la liste.

Lanzer: C'est le second point. Pour éviter les fuites, ils gardent tout au même endroit. Il sera donc à proximité de l'ordinateur.

Piers: Et vous voulez qu'on le tue?

Lanzer: Ou que vous le rameniez ici. Si on peut profiter de ses renseignements, autant ne pas nous priver.

Vicky: A mon avis, on ne va pas nous laisser rentrer, détruire l'ordinateur, et repartir avec leur poule aux œufs d'or sans rien dire.

Lanzer: C'est là que mes contacts, et les quelques feuilles que j'ai réussi à amener avec moi vont vous être utiles.

Il leur montra alors ce qui s'avérait être les plans de la base, et pointa du doigt la position de l'ordinateur.

Lanzer: Tout est stocké ici. Ce plan date de la construction des lieux et indique toutes les failles de l'époque qui n'ont pas été réparées, et qui n'apparaissent pas sur les plans officiels. Vous avez là de quoi entrer sans rencontrer la moindre opposition.

Ethan: Et pour sortir?

Lanzer: C'est là que vous allez prouver que vous êtes des professionnels.


-----

Pendant ce temps, Vergil s'entrainait à l'arme blanche contre un mannequin rembourré qui était déjà en sale état. Il avait vidé toute sa colère sur lui, et avait réussi à retrouver son calme. Une voix familière, qu'il n'avait pas entendue depuis son évasion de Mutopia résonna alors dans sa tête.

Voix: Pourquoi t'es-tu laissé exclure de la réunion? Tu es l'un des leurs!

Vergil: Parce que je ne voulais pas faire mauvaise impression devant Lanzer.

Voix: Inutile de mentir, je te rappelle que je ne suis que le fantôme de tes émotions refoulées, et tu ne peut te mentir à toi même.

Vergil: Justement, tu n'existe pas. Tu es né de mon imagination quand j'avais besoin de parler de mes émotions négatives à quelqu'un, mais maintenant je n'ai plus besoin de toi alors va t'en!

Voix: Au contraire, tu a toujours besoin de moi pour te rappeler quels sont tes désirs, et qui sont tes ennemis : Les humains! Tu ne dois pas oublier ce qu'ils t'ont fait! Depuis la mort de tes parents...

Vergil: On ne sait pas qui a commandité leur assassinat. Dans tous les cas c'était une personne en particulier et pas la totalité d'entre eux.

Voix: On verra bien... Mais n'oublie jamais ce qu'on t'a fait, et ne leur fait jamais oublier.

Vergil: Ça suffit!

Vicky: Vergil? A qui tu parles?

Le jeune homme n'avait pas vu entrer sa coéquipière. Elle rit devant son air "pris sur le fait".

Vergil: Personne. Je me défoulais juste contre ce mannequin.

Il eut envie de penser très fort "Je me défoulerai bien avec l'autre mannequin dans cette salle", mais il préféra se retenir.

Vicky: La réunion est terminée. Lanzer va rester se cacher ici un moment donc il va devoir s'habituer à tes dérapages d'humeur éventuels.

Vergil: Si seulement je pouvais les contenir...

Vicky: Tu sais ce qu'il te faut?

Elle se plaça dans son dos et commença un doux massage.

Vicky: Un peu de détente. Tu passe ton temps à t'entrainer et à penser à tes histoires de vengeance et de justice. Pourquoi ne peut-tu pas t'évader un instant et vivre dans l'instant présent sans penser à ce qui se passe autour de toi?

Vergil était en train de se demander si elle était en train de lui faire une proposition d'un autre ordre. Il se retourna pour lui faire face, voulut dire quelque chose, mais se contenta d'un simple "Merci". Vicky lui fit alors un clin d'oeil, et s'en alla en roulant des hanches.

Vicky: A plus mon ange!

Elle avait soulevé un bon point : Il fallait qu'il se vide l'esprit. Le soir même, ils firent une soirée Poker en conviant Lanzer qui appréciait de pouvoir jouer autrement que contre des personnes de la haute société au caractère insupportable. Le lendemain, ils tenteraient l'opération dangereuse qui, même si ils l'ignoraient encore, allait marquer un tournant dans leur quête de résistance.

-----

Tout s'était passé comme prévu. Ils avaient réussi à infiltrer la base en évitant toute rencontre humaine, mais en ayant le droit à toutes sortes de rats et de cafards qui avaient élu domicile dans ces anciens conduits d'aérations qui n'étaient plus reliés à la base récente. Ils n'eurent qu'à percer le bon mur pour se retrouver au 8e sous sol, dans un hangar de stockage d'armes.

Piers: Fox, tu peut partir en éclaireur?

Fox: Pas besoin de demander.

Fox se volatilisa alors aux yeux de tous, pendant que les autres cherchaient le chemin sur les plans de Lanzer.

Matt: Il doit y avoir un système anti incendie dans cette pièce. Si je parviens à m'y connecter, je devrais pouvoir remonter jusqu'à l'ordinateur qui le gère, et avec un peu de chance pirater pas mal du système informatique de la base.

Après l'avoir trouvé, il lui suffit de toucher le boitier de commande, puis, au bout de trente secondes, il leur annonça:

Matt: C'est bon. J'ai réussi à remonter jusqu'à l'ordinateur qui gère les systèmes de sécurité, et je l'ai bloqué à distance. Tout est encore fonctionnel, donc ils ne se douteront de rien, mais il n'y a plus rien pour recevoir les signaux de danger.

Ethan: Tu a réussi à déterminer la position du mutant qu'on cherche?

Matt: J'ai déjà réussi à mettre la sécurité d'une base secrète de l'armée HS avec un détecteur de fumée alors ne m'en demande pas trop.

Piers: C'est parfait. Maintenant on attend Fox et on part à l'action. Logiquement, on est à au bon étage pour atteindre les cellules où sont détenus les prisonniers importants, et on a deux étages à descendre pour arriver à l'ordinateur. Le plus simple serait de se diviser en deux groupes.

Vergil: Je m'occupe de l'ordinateur avec Ethan et Vicky.

Piers: Je pense que tu devrais prendre Matt avec toi pour entrer dans l'ordinateur si tu peux. De plus j'aurai besoin d'un peu d'aide au combat si ça dégénère ici.

Fox: Et ça va dégénérer très vite.

Ethan: Te revoilà. Alors les nouvelles?

Fox: Mauvaises. Jarod est ici.

Piers: Et merde!

Vergil avait déjà dégainé son couteau. Si il avait l'occasion, il lui planterait dans la gorge là où il l'avait déjà frappé.

Vicky: Qu'est-ce qu'il fait ici?

Fox: Apparemment, il a rendu visite à un prisonnier. Cependant, sa présence va monopoliser pas mal de soldats donc si on reste loin de lui on évitera l'effet de groupe. En attendant, j'ai assommé cinq gardes et j'ai pris leurs uniformes pour qu'on passe inaperçu. Je resterai invisible à côté de vous.

Il leur tendit alors les vêtements de soldats qu'ils enfilèrent par dessus leurs costumes de mission qu'ils avaient crées eux même.

Piers: Si on déclenche l'alarme, on sort pas tant que les deux groupes ne se sont pas rejoints. Bonne chance.

Il partit alors avec Vicky et Fox en direction des cellules, laissant Vergil avec les deux autres s'occuper de détruire la liste. Ils s'attendaient à être discrets avec leurs costumes, mais c'était tout le contraire. Piers avait récupéré sans le savoir un uniforme de Capitaine, ce qui lui valait le salut de la moitié des soldats qu'il croisait. De plus, même en costume de militaire, Vicky ne passait vraiment pas inaperçu et tous les hommes se retournaient pour la voir passer. Fox n'avait même pas besoin de voler un passe de sécurité pour qu'on leur ouvre les portes.

Ils arrivèrent devant les cellules, et constatèrent qu'elles étaient toutes vides à l'exception d'une. Un homme d'une carrure assez forte y était immobilisé sur une chaise, et semblait très affaibli par son séjour. C'était peut être lui qu'ils cherchaient. Piers interpella le premier soldat venu, et lui demanda:

Piers: C'est le seul détenu?

Soldat: Tous les autres sont en transfert par ordre de Jarod. Vous n'avez pas été mis au courant?

Piers: Et pourquoi celui-là reste t'il ici?

Soldat: Parce qu'il n'a aucune utilité, et parce qu'il pense que quelqu'un d'autre viendra le chercher.

Piers: Quel est son nom?

Soldat: Steeven Haaris.

Piers: C'est pas vrai!

Il s'approcha alors de l'homme dans la cellule, et reconnut difficilement l'ancien chef des Frères de sang qu'ils croyaient pourtant mort au cours de leur fuite de Mutopia. Sa carapace avait du le protéger partiellement des balles quand il aurait du être abattu par les soldats. Piers réalisa alors un peu trop tard ce qui était en train de se passer. Ils avaient transféré les autres prisonniers pour la simple raison qu'ils savaient qu'ils étaient là. Il jeta un regard à Vicky qui signifiait qu'ils étaient en danger, et au même moment, le soldat tomba au sol la gorge tranchée par une lame invisible.

Fox: Une bonne centaine de soldats arrive sur nous

Piers: C'est pas possible... Comment ils ont pu le voir venir?

Fox: Soit ils ont une taupe chez nous, soit leur mutant radar nous a vu venir.

Piers détacha alors son ancien ami, et le secoua pour le mettre debout.

Piers: Steeven! C'est Piers! On est venu te chercher mec!

Steeven: F... Frères de Sang...

Piers: Oui. On va te sortir de là.

Vicky: Je voudrais pas casser cette scène d'émotion mais ils arrivent!

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Mer 24 Déc - 2:46

Au même moment, Vergil, Ethan et Matt étaient devant l'ascenseur qui permettait de descendre jusqu'à l'étage le plus bas. Deux soldats étaient postés devant, et leur barraient la route.

Soldat: Désolé, l'accès est interdit pour le moment.

Ethan: On viens pour vous relever.

Soldat: Vous vous payez pas tête? On est là depuis cinq minutes.

Ethan: Et puis zut!

Il dégaina ses lames d'énergie, coupa l'arme de celui qui était le plus proche de lui, et lui décocha un coup de pied retourné en pleine tête qui l'assomma immédiatement. Vergil tenait déjà l'autre plaqué contre le mur par la gorge, toutes griffes dehors. C'est alors qu'ils entendirent le signal de l'ascenseur qui montait.

Matt: Avec notre chance il va s'arrêter ici.

Ils pensèrent tous à la même chose : "Qu'est-ce qu'on fait des deux soldats?". Comme si l'idée leur avait tous traversé l'esprit en même temps, ils réagirent au quart de tour afin de les faire disparaître en quelques secondes. Vergil attrapa les deux soldats par les jambes, les projeta contre le plafond avec sa force démoniaque, et Ethan s'assura qu'ils restent accrochés ainsi en envoyant des fléchettes énergétiques se planter autour d'eux pour les retenir. Avec un peu de chance personne ne penserait à lever les yeux. Lorsque le signal de l'ascenseur retentit à leur étage, ils comprirent qu'ils avaient bien fait de prendre cette précaution. Les portes s'ouvrirent, laissant voir 4 soldats d'élite suréquipés escortant une cinquième personne. Vergil abaissa immédiatement son casque pour ne pas être reconnu, car il savait pertinemment que c'était lui... Depuis le temps qu'il voulait en finir, il se trouvait pour la troisième fois en face de lui, en sachant qu'il ne pouvait décemment pas le tuer sans causer sa perte et celle des autres. Il avait commis cette erreur une fois sans trancher d'entaille assez profonde, et cela lui avait valu plusieurs années de souffrances, mais cette fois il entrainerait aussi ses coéquipiers avec lui. Il se contenta de s'écarter comme ses compagnons et de se mettre au garde à vous en abaissant autant que possible son casque sur son visage. Il posa l'autre main sur un poignard, hésitant, mais se résolut à contre coeur à laisser passer cette occasion. Quand Jarod passa à cinquante centimètres de lui, il croisa son regard, et ne put retenir un air de défi qui signifiait "la prochaine fois je ne te rates pas".
Jarod le fixa une seconde dans ses yeux mauves, d'une couleur très rare qui allait surement le trahir, afficha un sourire en coin, et passa comme si de rien n'était. Vergil était sur qu'il l'avait reconnu, mais ne comprenais pas pourquoi il n'avait pas réagi. Quand Jarod disparut au bout du couloir avec sa garde personnelle, ils poussèrent tous un soupir de soulagement. Vergil donna quant à lui un violent coup de poing dans le mur afin de libérer la furie qui était montée avec le stress.

Ethan: Tu aurais voulu le tuer hein?

Vergil: Je pouvais pas me le permettre. On aurait forcément déclenché l'alarme et ça aurait mis tout le monde en grave danger. De plus... Je crois que je préfèrerai lui donner le temps de me voir arriver pour sentir la peur dans ses yeux.

Ethan: Rappelles toi ce que Piers t'a dit : évite de te laisser dominer par tes émotions.

Matt: A votre avis qu'est-ce qu'il faisait en bas?

Vergil: Il devait chercher quelque chose dans la liste Je propose qu'on descende et qu'on vérifie par nous même.

Ils descendirent alors jusqu'au plus profond sous-sol, dans lequel se trouvaient de nombreuses caméras et tourelles automatiques qui n'étaient plus reliés au centre de sécurité grâce au traitement de Matt. Cependant, aucun soldat n'était autorisé à accéder à cette section, ce qui leur laissait le champ totalement libre. Matt pirata la porte, et ils entrèrent sans difficulté dans une salle qui contenait des immenses blocs d'unités centrales reliées entre elles. Il y en avait pour plusieurs tonnes de disques durs reliées à un écran géant.

Vergil: Je crois qu'on va avoir du mal à ramener ça au QG...

Matt: C'est du vieux matériel qui n'a pas encore les dernières technologies de miniaturisation. Il y a également énormément de matériel qui est destiné à accélérer les recherches dans la liste, donc à mon avis on doit pouvoir faire rentrer une partie de la liste sur un disque dur externe haut de gamme actuel.

Il sortit alors un disque dur qui tenait dans la paume de la main, sur lequel était affiché 200 Tétra Octet (200 000 Gigas). Matt posa alors sa main sur le clavier de l'ordinateur, en tenant le disque dur dans l'autre main.

Vergil: Qu'est-ce que tu fais?

Matt: Ça ira plus vite qu'avec un câble si je sers d'intermédiaire.

Vergil laissa alors le pirate faire son travail, et s'approcha de l'ordinateur.

Vergil: Alors d'ici, on peut accéder à toutes les informations sur tous les mutants du pays?

Matt: Apparemment pas que du pays. Le monde entier est fiché.

Vergil: Je peux?

Matt: Vas-y je t'en prie, les sécurités sont toutes brisées.

Vergil entra alors les noms de toutes les personnes qu'il connaissait afin de voir ce qu'ils avaient sur elles.

----

Ethan Wolf
21 ans
1m79
Américain de mère Eurasienne.
yeux verts
cheveux noirs (dernière coiffure connue : Longs et raides)
Pouvoirs: Création de projectiles énergétiques, ainsi que de lames fixées à ses avants bras.
Niveau de puissance: 2.5/5
Casier Judiciaire: Membre d'un groupe de résistants.
Points forts: Expert en arts martiaux.
Point faible: Aucun connu.
Pour plus d'informations, consultez la fiche complète.

----

Matt Nemrod
18 ans
1m71
Américain
yeux marrons
cheveux blonds (dernière coiffure connue : en bataille)
Pouvoir: Technopathie/Piratage absolu.
Niveau de puissance: 3/5
Casier Judiciaire: Membre d'un groupe de résistants, Hackeur recherché par les services secrets.
Points Forts: Impossible à traquer ou arrêter par les moyens informatiques.
Point faible: Recherché dans la moitié du monde bien avant ses débuts dans la résistance.
Pour plus d'informations, consultez la fiche complète.

----

Vicky Harper
22 ans
1m78
Née en Irlande, Naturalisée Américaine.
Yeux verts
Cheveux Blonds (dernière coiffure connue : Mi-longs)
Pouvoir: Animation et contrôle des objets par la pensée.
Niveau de puissance: 3.5/5
Casier Judiciaire: Membre d'un groupe de résistance.
Point fort: Peut user de son physique avantageux pour arriver facilement à ses fins.
Point Faible: Trop portée sur la sensualité.
Pour plus d'informations, consultez la fiche complète.

----

Fox
Merci de donner plus de précisions lors de vos critères de recherche.
N'ayant pas de vrai nom à fournir, il passa à la personne suivante. Il eut presque honte de ne pas avoir commencer par là.


Flore Shellis
21 ans
1m72
Américaine, de père Français (Voir Robert Shellis)
Yeux bleus
cheveux blonds (dernière coiffure connue : Longs/queue de cheval)
Pouvoir: Contrôle des végétaux
Niveau de Puissance: 3/5
Casier Judiciaire: Vide. Aurait eu une liaison avec un criminel de la résistance hautement recherché.
Point fort: Indépendance.
Point Faible: Trop grande sensibilité.

----

Linus
Vergil ne connaissant pas le nom de famille de son ancien compagnon de cellule, il se retrouva avec une liste trop grande pour le retrouver. Il resserra cependant les mailles du filet en filtrant les âges, et la nationalité, et se retrouva avec 3 personnes pouvant correspondre. Tous les trois avaient un niveau de puissance égal à 4.

Matt: J'en suis bientôt à 10%.

Vergil entra cette fois le nom "Anders". Il passa rapidement devant les fiches de ses parents, avant de tomber sur celle de son frère.

----

Piers Anders
20 ans
1m85
Américain
Yeux Mauves
Cheveux Noirs (dernière coiffure connue : en bataille)
Pouvoir: -Contrôle mental faible pouvant potentiellement se renforcer.
-Unimétamorphie aléatoire pouvant prendre la forme d'un Démon ou d'un ange.
La forme de démon augmente considérablement ses capacités physiques, ses réflexes, ainsi que ses sens. Il possède également une sorte de seconde peau très résistante qui peut aller jusqu'à le protéger des balles à distance raisonnable. Il est également doté de griffes et d'une queue qui sont des armes meurtrières. Des ailes semblables à celles des chauves-souris sont également apparues avec le temps.
La forme d'ange confère moins d'avantages physiques (uniquement des ailes), mais elle permet de soigner n'importe quelle blessure ou maladie par sacrifice sanguin (ce qui a des effets secondaires qui provoquent souvent l'évanouissement pour le donneur), ou alors les blessures légères par simple concentration. Il est également possible de contrôler ce qui s'apparente à de la "magie blanche", qui consiste à générer des rayons d'énergies lumineuse, ou à concentrer de l'énergie dans les objets comme des armes blanches. Si la mutation suit le chemin de celle de la mère, on pourrait voir apparaitre la création de champs de force, et des pouvoirs mentaux légers.
-Conséquence des pouvoirs précédents: Immortalité (pas de vieillissement). Ce pouvoir sera stable plus tôt que pour les parents (à cause d'une activation plus précoce des pouvoirs, et par le mélange de deux sangs immortels), autrement dit une dizaine d'années après les premières manifestations de la mutation.

Vergil fit presque un bond en arrière en lisant ces dernières lignes. Il ignorait complètement qu'il allait posséder cette caractéristique tant rechercher par tous les hommes depuis des millénaires : La vie éternelle. Il découvrit également en lisant leurs fiches avec attention que l'âge de ses parents était estimé à plusieurs siècles.

Vergil: Mon dieu...

Il ignorait complètement quoi ressentir. Il hésitait entre euphorie et peur. Ethan et Matt avaient également lu de quoi il s'agissait, et le regardaient désormais avec un air autant surpris qu'effrayé.

Ethan: J'y crois pas... Tu te rends compte de ce que ça veut dire?

Vergil n'écouta pas, et voulut vérifier sa propre fiche qui était plutôt semblable:

Vergil Anders
20 ans
1m85
Américain
Yeux mauves
Cheveux noirs (Dernière coupe connue : Mi longs)
Pouvoirs: -Furie: Relâchement brutal de la colère et de la rage contenue dans l'inconscient, ce qui devient visible par l'apparition de lignes noirs le long de son corps. Dans cet état, il ne contrôle plus ses gestes, mais ses capacités physiques sont tellement décuplées qu'il est innarêtable.
-Unimétamorphie aléatoire [...] voir Piers.
-Immortalité [...] Voir Piers.

Niveau de puissance: 4.5/5
Casier Judiciaire: Leader charismatique d'un groupe de résistant, assassinats multiples, auteur de l'attentat contre le vice président Jarod, cas extrèmement dangereux.
Point fort: Extrêmement difficile à arrêter.
Point Faible: Se laisse trop facilement dominer par ses émotions.

Il avait désormais la confirmation qu'il allait bientôt conserver éternellement son âge, ou du moins jusqu'à ce qu'il meure d'une cause non naturelle. Il se voyait déjà vivre dans 200 ans, et cette idée lui faisait finalement presque peur. Le fait de voir que son niveau de puissance était défini comme aussi élevé l'étonnait tout autant. Il eut un dernier choc en distinguant une 5e fiche au nom de Anders.

Vergil: Qu'est-ce que...

Elle était au nom de Seth. Seth Anders. Vergil n'avait absolument JAMAIS entendu ce nom. Il s'apprêta a cliquer sur la fiche, mais l'alarme retentit. Un message annonça que les intrus étaient dans la salle de l'ordinateur central et dans les cellules de détention.

Ethan: Oh non... Les autres ont du se faire repérer.

Matt: J'en suis à 11%! Vergil tu voulais pas voir les dernières consultations?

Vergil se résolut à répondre à ses questions concernant ce Seth plus tard. Il regarda l'historique des recherches, et vit que Jarod avait ajouté deux adresses avec la mention "Cas d'importance majeure en cours de capture".

Vergil: Apparemment il a envoyé des soldats pour récupérer deux mutants qui l'intéressent énormément. Je sais pas vous mais je pense qu'on devrait se débrouiller pour arriver avant eux.

Ethan: Sans vouloir te presser, l'ascenseur est en train de descendre vers nous et à mon avis il est plein. Sachant qu'il n'ont pas mis d'escaliers pour limiter les accès, on va être obligé de passer à travers.

Matt: Je suis à 12%. Je débranche. Dans 5 secondes je balance un virus qui détruira tous les disques durs.

Vergil: Attends. Je veux juste voir qui il veut enlever.

Il cliqua sur la première fiche, et eut juste le temps de voir le nom "A. Crow" s'afficher avant qu'une balle ne lui frôle l'oreille pour aller exploser l'écran. Il avait cependant eu le temps de trouver qui était la cible grâce à sa célébrité : Le Ministre de l'intérieur Alexander Crow.

Matt: J'efface tout!

Toutes les unités centrales se mirent alors à fumer, et Ethan dégaina ses lames en même temps que Vergil prit sa forme de démon. Une douzaine de soldats étaient déjà face à eux. Matt tenta de se connecter à distance aux systèmes de sécurité pour retourner les tourelles automatiques contre eux, mais les deux autres étaient déjà partis en avant. Ils n'avaient pas le choix : Tuer ou être tués. Ethan lançait des projectiles à tout va en restant au maximum couvert pour éviter les tirs, tandis que Vergil était en première ligne, et fit un immense bond vrillé en avant en empalant les deux soldats qui étaient les plus proches. Un véritable carnage de dix seconde commença alors, qui se conclut par la mort tragique des 12 soldats qui n'avaient rien pu faire.

Ethan: Je vois que mes cours ont porté leurs fruits.

Vergil: C'est pas le moment. Un autre ascenseur arrive! Mais quelle idée d'en mettre un sans mettre d'escaliers...

Ethan: Je crois qu'on a pas le choix.

Il découpa alors les portes d'un seul coup de ses lames, et observa les câbles qui maintenaient la cage d'ascenseur en place.

Ethan: Je devrais pouvoir escalader par là, et tu devrais pouvoir porter Matt en volant.

Vergil: Pourquoi on monterait pas normalement?

Ethan coupa alors les câbles d'un coup sec, et les cris des soldats en pleine chute libre ne se firent pas attendre.

Ethan: Maintenant on recule parce que le choc va être dur.

En effet, il ne fallut pas longtemps pour que la cage de métal ne s'écrase au sol, réduisant ses occupants à l'état de viande hachée (MIAM!).

Vergil: Bon... Maintenant on monte et on retrouve les autres.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 23 Mar - 0:45

(j'ai retrouvé ça par hasard sur mon ordi alors je le poste)

Piers, Vicky, et Fox étaient coincés dans un couloir entouré de cellules, dont la seule issue était une porte par laquelle arrivaient des soldats innombrables. L'avantage était que cette entrée faisait le même effet qu'un entonnoir, et que peu d'ennemis pouvaient entrer en même temps tandis que les autres poussaient derrière. Piers envoya un fusil d'assaut à ses deux coéquipiers, concentra de l'énergie lumineuse dans ses mains, et tira un rayon de lumière dans le tas avant que les feux adverses ne commencent. L'effet fut de courte durée, et les balles fusaient déjà dans leur direction, les forçant à se jeter dans les cellules qui les entouraient.

Fox: Je vais rien pouvoir tenter pour le moment. Vu qu'ils tirent à l'aveuglette, l'invisibilité ne me protègera pas. Je vais devoir vous demander une augmentation pour cette prise de risques supplémentaires.

Vicky n'avait pas attendu de signal, et avait déjà pointé son arme dans le vide. Elle n'étais pas en face des soldats, mais elle semblait savoir ce qu'elle faisait. Quand elle tira une rafale, toute les balles partirent une, et, comme douées de conscience et de capacité de mouvement, firent d'elles mêmes un virage à 90 degrés, pour aller se placer dans la tête d'un soldat comme un projectile téléguidé. Pour les 30 balles que contenaient son chargeur, 17 soldats tombèrent sur le coup. Le chiffre aurait été bien plus grand si le fusil ne s'était pas enrayé avant de tirer les 13 autres balles.

Vicky: Ça devrait nous laisser un peu de temps.

Piers: A mon avis ce n'est pas une question de temps.

Vicky: Et pourquoi ça?

Piers: Parce que si ils voulaient nous tuer tout de suite on aurait pas le temps d'en discuter. Une autre vague devrait déjà être entrée, et ça m'étonnerait qu'un tas de cadavre les ralentisse vraiment. Et puis il leur suffirait de quelques grenades pour nous éliminer sans risques.

Fox: Les tirs ont cessé, et ils restent plantés au niveau de l'entrée. Tu a raison, ils ne semblent pas avoir envie de venir nous chercher.

Piers: Jarod doit nous vouloir vivants. Il n'a donc pas compris la leçon.

Fox: Ou alors ils ont compris qu'ils se feront tuer plus vite que nous si ils ne peuvent pas se battre à plus d'une petite poignée en même temps, mais qu'ils ne pourront plus rien faire une fois nos munitions épuisées.

Piers: On peut pas faire de sortie sans se faire descendre, mais si l'esprit est à l'épreuve des balles je devrais pouvoir tenter quelque chose.

Il sépara alors son esprit de son corps un instant, et se déplaça tel un fantôme pour voir où en était la situation. Il y avait 6 soldats qui attendaient devant la porte, et une bonne cinquantaine de l'autre côté. Une idée germa alors dans son esprit.
-----

Franck Ryan faisait partie de ceux qu'on appelait les "bleus". Il avait fini garde dans ce trou perdu sans avoir le moindre contact avec sa famille, et avait pour seule ambition de monter en grade pour sortir d'ici. Il était entré dans l'armée pour suivre ses rêves illusoires et servir sa nation et ses idéaux. Il était contre toutes ces persécutions contre les mutants, mais en bon soldat il avait toujours obéit parce qu'on ne lui avait jamais demandé de les tuer, mais juste de garder une porte dans une base que personne ne tenterait de pénétrer. Cette fois, il avait l'ordre de tuer des intrus mutants à vue, et il espérait ne pas avoir à se retrouver en première ligne pour ne pas être acteur de cet acte qu'il trouvait inhumain. Il entendit alors une voix dans sa tête, sans savoir d'où elle provenait.

???: Pourquoi continuer de servir une cause si tu ne l'approuves pas?

Il tenta de chasser cette voix, mais il se sentait peu à peu envouté par elle comme les marins par les chants des sirènes.

???: Pourquoi ne pas servir tes propres idéaux? Tu pourrais être un héros!

Franck: Etre... un héros.

Il leva alors son arme, et regardait son voisin avec une soudaine envie de sang.

???: Sois un héros Franck!

Franck: Je serai un héros!

Franck appuya alors sur la détente, et commença à fusiller tous ses alliés comme s'il était possédé par le démon, sauf que le démon était actuellement sous sa forme d'ange. L'effet se surprise fut grandiose, et sur le moment personne ne comprit ce qui se passait. Le massacre fut cependant de courte durée, et Franck fut rapidement transpercé par de nombreuses balles en pleine poitrine.
Piers s'en voulait énormément pour ce qu'il avait fait, mais c'était à la guerre comme à la guerre. Ce qui le traumatisait le plus, c'est qu'après avoir répété l'opération sur deux autres personnes, il se rendit compte qu'aucun n'avait vraiment envie de les combattre, et aucun n'avait vraiment de haine envers les mutants. Il réintégra son corps avec un regard nouveau sur ses ennemis.

Vicky; Te revoilà! Je ne sais pas ce que tu a fait mais c'était...

Piers: Je ne le referai plus. Si on a rien pour résister à leurs tirs, même mes pouvoirs de lumière ne serviront à rien, surtout que je ne peut pas déployer mes ailes avec toutes ces balles pour les blesser. En revanche... Je sais comment nous faire sortir d'ici. Steeven peut se rendre invulnérable assez longtemps pour libérer la voie, et il sera plus utile que moi.

Vicky: Tu va quand même pas te sacrifier?

Piers: Il faudra me couvrir. Je compte sur toi Vicky.

Il n'attendit pas de réponse, et se jeta vers la cellule voisine sans attirer les foudres des soldats qui attendaient plutôt un autre traitre dans leurs rangs. Il s'avança alors vers Steeven à moitié inconscient, et, après avoir vainement tenté de sortir l'épée Damoclès de son fourreau, se résolut à utiliser un moyen plus brutal de faire couler son sang pour le sacrifice sanguin.

Piers: Finalement, Vergil fait bien de toujours garder des poignards sur lui.

Il pointa alors un de ses pistolets sur son avant-bras, se prépara un garrot, serra les dents, et tira dans un râle étouffé. Il avait visé de manière à ce que la balle ne touche que le bord du bras, mais il n'avait pas prévu que la faible distance de tir augmente autant sa puissance, lui explosant la moitié de l'os.

Piers: Saloperie!

Le sang coulait sur sa main, qui commençait déjà à briller d'une lumière blanche. Il n'eut plus qu'à l'appliquer sur le corps de Steeven pour que le miracle s'accomplisse. Le colosse se leva alors d'un bond, plein d'énergie, avec un Piers grandement affaibli à ses pieds. Il n'avait pas utilisé assez d'énergie pour perdre connaissance, mais il allait avoir besoin d'aide pour marcher.

Steeven: Piers! T'aurai pas du faire ça. Tu pouvais me laisser pourrir ici.

Piers: Pas le temps pour ça. Faut d'abord qu'un sorte d'ici.

Steeven: Je pourrai jamais rembourser cette dette envers vous les gars.

Sans ajouter un mot, il se recouvrit de sa carapace, et fonça tel un bulldozer contre les troupes restantes et arrivantes qui valsèrent comme des quilles sur une piste de bowling. Vu qu'ils étaient presque tous disposés en ligne, l'effet fut plutôt impressionnant. Fox put se frayer un passage, et s'occupa de ceux qui restaient à neutraliser. Vicky aidait Piers à avancer en le soutenant par l'épaule.

Vicky: Qu'est-ce qui t'a pri de faire ça? Et si ça n'avais pas marché?

Piers: Attends. J'aimerais faire quelque chose avant de partir.

Il regarda alors le cadavre de Franck Ryan, puis l'entaille sur son poignet. Vicky l'entraîna alors vers la sortie.

Vicky: J'ai compris ce que tu veux faire, et c'est hors de question. Tu va te tuer, et tes dons de guérisseur ne peuvent pas grand chose sur un mort.

Piers: Il ne l'avait pas mérité. D'ailleurs, je crois qu'aucun ne l'avais mérité.

Vicky: Tu ne peut pas sauver tout le monde.

Elle le traina alors vers la sortie jusqu'à ce qu'ils croisent Matt, Ethan, et Vergil qui venaient par l'autre chemin. L'ambiance fut à la fête pendant les quelques secondes de retrouvailles entre Steeven et Vergil, mais quand ce dernier aperçut son frère dans un sale état, sa bonne humeur retomba.

Vergil: Oh non...

Piers: T'en fais pas, c'est juste les effets du sacrifice. Ils vont s'estomper d'ici quelques minutes.

Vergil: Et tu a une aussi grande blessure au bras juste pour un sacrifice?

Piers: Je propose qu'on passe les détails et qu'on sorte d'ici parce que même après l'hécatombe de tout à l'heure il doit rester par mal de gardes ici. Sinon vous avez récupéré les données?

Matt: Une partie. On a fait exploser l'ordinateur mais comme visiblement vous n'avez pas trouvé leur mutant détecteur ils vont pouvoir en refaire un autre.

Piers: Ils avaient évacué tous les prisonniers sauf Steeven. Je sais pas comment, mais ils savaient qu'on arrivait.

Steeven: Je sais pas exactement ce que vous veniez chercher, mais j'ai eu l'occasion de voir défiler pas mal de prisonniers ici, et croyez moi il n'y en avait aucun qui se rapprochait d'un "détecteur".

Ethan: Lanzer s'est peut être trompé. Il ne s'agit peut être pas d'une personne. Le gouvernement doit bien avoir les moyens de faire une machine de ce genre.

Vergil: Dans tous les cas Jarod a quelque chose qui lui permet d'avoir toujours une longueur d'avance sur nous. Ce n'est pas la première fois qu'il nous voit venir et qu'on tombe dans un piège. La dernière fois ne m'a pas laissé un très bon souvenir d'ailleurs.

Vicky: Alors tout ce qu'on a réussi à faire c'est leur faire perdre des soldats et du matériel informatique?

Matt: Pas exactement. En fouillant dans les fichiers on a trouvé quelles étaient les deux prochaine cibles de Jarod. Et devinez qui en fait partie? Monsieur Crow, ministre de l'intérieur en personne!

Piers: C'est un mutant?

Matt: Il faut croire.

Piers: Alors il faut y arriver avant lui.

Vergil: Dans ce cas il faudra partir dès maintenant car la cavalerie sera envoyée aujourd'hui.

Vicky: T'es pas sérieux j'espère?

Vergil: Pourquoi je sens que je vais y aller tout seul...

Ethan: Il y a deux cibles, donc si on va assez vite deux personnes suffiront. Va t'occuper de Crow, je ramène la deuxième personne. Les autres, rentrez et attendez nous. Vergil aura surement pri forme d'ange en rentrant donc il pourra arranger le bras de Piers.

Piers: Et comment vous voulez aller sur place?

Vergil: Je pense qu'on a plus besoin de démontrer notre talent pour l'improvisation. On rentrera rapidement je vous promet.


Il y a des promesses qu'on ne peut malheureusement pas tenir. Rentrer rapidement après cette mission de sauvetage en faisait partie, du moins pour l'un d'entre nous. Vergil Anders

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Ven 27 Mar - 0:36

La surprise des deux pilotes de l'hélicoptère fut totale lorsqu'ils virent embarquer en plein vol deux mutants dont un qui avait une apparence démoniaque, et l'autre qui avait deux lames d'énergies qui partaient de ses bras. Une fléchette d'énergie vint exploser la radio avant même qu'ils ne pensent à appeler à l'aide, et le temps qu'ils comprennent ce qui leur arrivait, ils étaient en train de faire une chute libre accrochés à un parachute.

Vergil: Ils vont bien penser à l'ouvrir avant d'arriver en bas. Tu es sur que tu pourra t'en tirer tout seul?

Ethan: Le Pilotage automatique est enclenché, donc je n'ai plus qu'à profiter d'un vol gratuit jusqu'au point d'extraction de leur cible. On a déjà survécu à pire. Par contre si tu pouvais me débarasser des soldats à l'arrière de l'hélico avant de partir ça m'éviterai des problèmes à l'atterrissage.

Vergil: Aucun problème. Fais attention à toi quand même.

Il se laissa alors tomber en arrière, et déploya ses ailes pour prendre son envol. Il appréciait vraiment cette liberté du déplacement aérien, mais il préférait largement le faire avec sa forme d'ange qui lui permettait d'aller bien plus vite. Il se posa alors sur la porte de la soute du véhicule, dans laquelle une vingtaine de soldats d'élite étaient assis avec leurs ceintures de sécurité et leurs parachutes, attendant patiemment l'arrivée. Ethan lui ouvrit alors la porte depuis le tableau de bord, et il fit irruption parmi eux.

Vergil: Salut!

Il profita du fait qu'ils soient attachés pour avancer au bout de la soute, puis saisir les deux banquettes en même temps pour les arracher d'un coup afin de les pousser dans le vide. La vidéo filmée juste après par la patrouille au sol montrant les 2 rangées de 10 soldats confortablement assis en chute libre ralentie par leurs parachutes devint plus tard un des grands classiques d'internet. Vergil resta alors à l'arrière de l'hélicoptère pendant une heure et demie, jusqu'à ce que leurs deux trajectoires divergent. Il sauta alors à nouveau dans le vide afin de voler jusqu'à son objectif, et enlever le ministre avant les hommes de Jarod.

Il arriva sur place après un vol long et pénible de plusieurs heures, et était à bout de forces. Les Crow vivaient dans une luxueuse résidence comme celles qu'on pouvait trouver à Beverly Hills.

Vergil: Heureusement qu'ils n'habitent pas en Californie, parce que je n'aurai pas traversé tout le pays même à vol d'oiseau.

Il reprit alors forme humaine pour éviter de se faire remarquer, et marcha entre les différentes villas à la recherche de celle qu'habitait Alexander Crow. Il était visiblement arrivé avant les soldats, car tout le monde vaquait à ses occupations habituelles, et on ne l'avait même pas vu se poser. Il finit par voir le nom de Crow écrit sur leur boîte aux lettres.

Vergil: C'est ici.

Il s'avança alors jusqu'à la porte, et frappa. Ce fut une ravissante jeune femme brune qui lui ouvrit la porte.

Vergil: Bonjour, je suis bien chez Alexander Crow?

Vergil entendit alors la voix du ministre venir de la pièce à côté.

Crow: Alicia? si c'est encore des types de la maison blanche envoie les se faire cuire un oeuf! C'est mon premier jour de congé depuis 2 mois et je compte bien en profiter!

Elle se tourna alors vers lui, et lui dit tout doucement "Désolé".

Vergil: C'est vraiment très important. Je peux entrer et lui expliquer moi même?

Alicia: Je ne pense pas qu'il vous écoute. Il a même rejeté un appel du vice président ce matin.

Vergil: Je pense qu'il sera intéressé.

Il se dirigea alors vers la fenêtre qui donnait sur le salon, dans lequel Alexander Crow était en train de lire son journal. Il frappa alors au carreau pour attirer son attention, et 10 secondes plus tard, il était dans son salon.

Crow: Bon sang mais qu'est-ce que vous venez foutre ici? Vous savez que vous êtes recherché dans tout le pays?

Vergil: Je sais aussi que si vous n'avez pas appelé à l'aide, c'est parce que vous êtes contre cet avis de recherche je me trompe?

Crow: Je suis contre vos méthodes, mais si vous pouviez égorger Pincher et son acolyte Jarod pour moi, ça me ferait le plus grand bien.

Il avait prononcé le nom de Jarod avec au moins autant de Dégout qu'il l'aurait fait lui même. Vergil n'était visiblement pas le seul à avoir une raison de le haïr.

Vergil: A vrai dire, si je viens, c'était pour vous avertir que Jarod en a après vous. Des soldats sont en route pour venir vous chercher.

Un bruit de fracas retentit alors dans la pièce. Madame Crow venait de faire tomber les tasse de thé qu'elle avait pensé bon d'amener. Vergil la suspectait d'ailleurs d'avoir mi des somnifères dans celle qui lui était destinée vu la manière dont elle le regardait depuis qu'il était arrivé. Crow quant à lui était livide, mais gardait son calme.

Crow: Je... J'ai du mal à vous croire. Il ne peut le faire sans une raison valable, ou alors le scandale lui vaudrait une destitution.

Vergil: Même s'il sait que vous êtes un mutant?

Il y eut un long silence. Crow était blanc comme un linge, et il lui fallut bien 10 secondes avant d'arriver à articuler sa réponse:

Crow: Je... Quoi???

Vergil: Vous êtes dans ses fichiers. Vous avez été identifiés par un mutant détecteur, êtes l'une de ses deux cibles principales. Maintenant si vous ne tenez pas à finir vos jours à l'une des dernières Mutopia je vais vous amener en lieu sur.

Crow se leva, prit un revolver posé sur une table, et le pointa sur lui.

Crow: Sortez de chez moi avant que je n'appelle les soldats pour s'occuper de vous. J'avais un certain espoir envers vous, mais cette tentative d'enlèvement montre que j'ai eu tort. Je pense que des pouvoirs de seraient déjà déclarés si j'avais été un mutant!

Vergil ne bougea pas d'un pouce, et répondit calmement.

Vergil: Certains pouvoirs ne sont pas visibles, ou alors très faibles. Vous avez peut être simplement un talent particulier pour le calcul mental et ia suffira à Crow pour vous mettre au trou alors soit vous me faites confiance, soit vous vous direz ça au char d'assaut qui se pointe dans votre rue en ce moment.

Crow regarda alors par la fenêtre, et vit effectivement le blindé à l'autre bout de la rue, et que Vergil avait entendu de loin grâce à son ouïe perçante.

Crow: Il y a une salle cachée dans la cave qui résiste aux bombardements et qui isole la chaleur et le son. Ils ne nous trouveront pas là bas.

Vergil: C'est un choix judicieux.

Il n,'avait pas la moindre idée de ce qui serait arrivé si le char était arrivé 2 minutes plus tard, mais la situation n'était de toute façon pas beaucoup plus engageante.

Crow: Ils savent que la maison est habitée, donc quelqu'un doit leur ouvrir et leur faire visiter la maison pour écarter les soupçons.

Vergil; Ils n'ont rien après votre femme et votre fille. Elles pourront rester dehors.

Alicia: Et si ils te trouvent?

Vergil: Je serai capable de gérer la situation du moment qu'ils ne font pas entrer le tank dans la cave. Ton père est en sécurité tant qu'il est avec moi. C'est pour ça qu'il y a des chances pour qu'il reparte avec moi, car rester ici sera trop dangereux désormais.

Madame Crow: Vous voulez dire que vous allez vraiment l'enlever?

Vergil: Vous préférez que ce soient eux qui le fassent?

Madame Crow: Et si ils venaient simplement pour vous arrêter vous?

Vergil: Dans ce cas il sera plus facile pour eux de le faire dans une cave fermée que dans votre salon où j'aurai déjà pu faire une prise d'otage depuis longtemps si je l'avais voulu. Maintenant si ça ne vous gêne pas ils sont devant la porte.

Crow: Chérie, fais lui confiance pour le moment. N'essayez pas de m'appeler car ils vous mettrons sur écoute. Je trouverai un moyen de vous envoyer des nouvelles. Quant à toi Alicia...

Il se tourna vers sa fille, l'embrassa sur le front, et la serra dans ses bras.

Crow: Sois forte.

Il s'éloigna alors de sa famille, et accompagna Vergil dans la cave. Il entrèrent par une sorte de passage secret dans une sorte de bunker souterrain dans lequel on pouvait survivre à un siège.

Vergil: Vous avez tout prévu on dirait.

Crow: Et j'ai eu raison apparemment. Avec des types pareil au pouvoir...

Juste avant de fermer la porte, ils purent entendre les soldats parler avec Madame Crow et leur fille. Une fois la porte hermétiquement fermée, tout bruit disparut. Ils attendirent ainsi pendant une bonne minute, sans entendre aucun bruit autre que celui de leur cœur, espérant qu'ils ne les trouvent pas. Vergil tendait l'oreille, afin d'essayer de profiter de son ouïe pour déceler quelquechose au travers de la paroi insonorisante.

Crow: Ne paniquez pas, je passe ma vie au travail, alors ce sera crédible si on leur raconte que j'y suis retourné en catastrophe.

Vergil: Ce n'est pas ça qui me fait le plus peur, mais plutôt le fait qu'on ait pas envisagé le cas où ils vous attendent ici en prenant votre famille en otage.

Crow se mordit alors les lèvres, n'y ayant visiblement pas pensé non plus.

Crow: Espérons que non. Mais quand même ce que vous me dites est dur à avaler. Je serais vraiment un mutant?

Vergil: Voyez vous, je ne suis pas sur qu'il existe beaucoup d' A. Crow dans les fiches prioritaires du gouvernement. Attendez je crois qu'il se passe quelque chose.

Il avait entendu un infime bruit, donc au travers de cette paroi, celà avait du être en réalité très bruyant. Il entrouvrit la porte, et entendit ce qui était un appel au secours. Il venait de comprendre ce qui se passait, et quel détail très important venait de lui passer sous le nez.

Vergil: Comment s'appelle votre fille déjà?

Ils se regardèrent une seconde, décelant chacun la panique dans le regard de l'autre.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Ven 27 Mar - 0:37

Vergil: Oh non...

Il ouvrit la porte d'un coup sec, entra dans la cave, regarda le plafond, et décida qu'il n'avait pas de temps à perde par l'escalier. Il sauta littéralement au travers du plancher, et arriva directement un étage au dessus, dans le salon. Madame Crow venait de recevoir un coup de crosse et se débattait par terre, tandis qu'Alicia était trainée à l'extérieur par des soldats armés jusqu'aux dents. Vergil se transforma alors complètement en démon, et empala les deux soldats les plus proches sur ses griffes. De nombreuses balles fusèrent dans sa direction, mais il en arrêta la plupart avec ces mêmes griffes qui n'avaient pas grand chose à envier à de l'andamantium. Les quelques autres balles qui passaient rencontraient sa carapace, et ne lui causaient pas vraiment de mal. Il devait cependant faire attention car cette protection lui demandait énormément d'énergie, et finissait par disparaitre, laissant sa peau nue et beaucoup plus sensibles aux blessures en tout genre. Il se jeta sur un autre soldat qui surgissait par un couloir, lui planta ses deux griffes dans le thorax, et s'appuya sur lui pour sauter en arrière et infliger le même traitement à son voisin. Des renforts arrivaient de toutes part, et il se retrouvait maintenant encerclé. Il sauta alors en tournant sur lui même, et sa queue d'os terminée en pointe frappa tout le monde en pleine tête. Quand il reposa pied à terre, il vit un immense canon pointé sur lui au travers de la fenêtre.

Vergil: Tout, mais pas ça...

Le Tank lui tira alors dessus à à peine 4 mètres de distance. Vergil sentit alors un flash dans sa tête, comme si un 6e sens lui indiquait un danger imminent. L'obus fut catapulté à une vitesse folle, et explosa littéralement la fenêtre avant d'arriver sur lui. Il eut un réflexe qu'il ne put lui même pas expliquer, et attrapa le projectile au vol. Il fit alors un pivot, son bras étant entrainé par la puissance de l'obus, et, après un tour complet, il le renvoya littéralement sur le tank, à la grande surprise du pilote. l'explosion suffit à beaucoup secouer les occupants du véhicule, mais pas à détruire le lourd blindage du véhicule.

Vergil: C'était génial, mais je sais pas si je serai capable de le refaire.

A sa surprise, le char ne tira pas une seconde fois, mais accéléra d'un coup, traversant la façade de la villa afin de venir écraser Vergil à l'intérieur. Il réalisa alors au dernier moment un autre saut pour monter à l'étage supérieur au travers du plancher, laissant derrière lui un salon complètement dévasté par un blindé qui aurait du mal à sortir de là. Il regarda alors par la fenêtre, et vit qu'on emmenait Alicia dans un hélicoptère. Il prit alors son élan, et bondit au travers du mur pour atterrir dehors sur deux pauvres soldats qui furent tués sur le coup lors de l'atterrissage, qui provoqua un léger cratère dans le bitume. Après un rapide coup d'oeil autour de lui, il vit que la panique régnait dans le quartier, et que les habitants tentaient de fuir par tous les moyens. Il put également compter 8 soldats au sol, en plus de ceux présents dans l'hélicoptère. Il eut brièvement l'intention de foncer dans le tas, mais quelque chose d'imprévu se produisit : Il passa d'un coup sous sa forme d'ange.

Vergil: Non pas maintenant!

Il fut presque immédiatement pris pour cible, et dut foncer vers la couverture la plus proche qui n'était autre que le 4x4 de la famille Crow. L'engin devait valoir une fortune, mais cela ne dissuada pas les militaires de tirer dessus. Après une longue salve, Vergil compta 8 sons quasi-consécutifs de chien de fusil d'assaut frappant dans le vide. Il comprit alors que l'occasion de tous ses adversaires rechargeant en même temps ne se présenterait plus, et se mit immédiatement à l'action. Il détacha alors quelques plumes de ses ailes de façon à concentrer de l'énergie lumineuse dans ses mais, puis sortit de sa cachette en créant une petite boule lumineuse incroyablement intense qu'il lança à la manière d'une grenade. Celle-ci brillait de manière si intense qu'elle rendit temporairement tout le monde aveugle dans le périmètre. Vergil dégaina alors son sabre qu'il avait gardé dans son dos, prit une dague dans l'autre main, et fonça vers eux alors qu'ils se cachaient tous le visage. Sous cette forme, sa vitesse était fulgurante, et il eut le temps d'en égorger 4 avant même qu'ils ne se rendent compte qu'il avait bougé. Comme les autres retrouvaient peu à peu la vue, il dut les abattre à distance en utilisant des rayons d'énergie lumineuse. Son attention se focalisa alors sur l'hélicoptère, qui venait d'entamer son décollage. Il voulut voler dans sa direction, c'était sans compter sur un détail qu'il avait oublié.

???: Cette fois tu va crever sale monstre!

Il pensait en avoir fini avec le char depuis qu'il s'était encastré dans le salon des Crow, mais le pilote était sorti et s'apprêtait à lui tirer dessus. Il n'aurait jamais le temps de le tuer avant qu'il tire, mais avec un peu de chance, il ne serait pas trop gravement touché. Alors qu'il s'apprêtait à lancer son couteau vers la gorge du pilote, un coup de feu retentit, mais à sa surprise, ce fut la tête de celui-ci qui explosa. Crow se tenait à deux mètres derrière lui, et tenait son revolver encore fumant.

Vergil: Merci.

Crow: Maintenant filez sauver ma fille!

Il ne se fit pas prier, et vola en direction de l'hélicoptère, même si il en avait marre de courir après des véhicules sans arrêt. Après quelques esquives aériennes, il parvint à s'accrocher en dessous du véhicule, et planta tout simplement son épée dans le réservoir, duquel le carburant coulait désormais à flot. Il ne fallut pas plus de vingt secondes avant que l'hélicoptère ne commence à perdre de l'altitude, forçant le pilote à atterrir. L'ange profita alors de la panique générale pour entrer par la porte à gauche de l'appareil, bousculer les soldats qui maintenaient Alicia, et la saisir par le bras au passage, et sauter avec elle par la porte de droite. Après avoir réussi en pleine chute libre à stabiliser sa "passagère", qui était morte de peur, il déploya à nouveau ses ailes et entreprit de stabiliser son vol.

Vergil: Ça va aller. Accroches toi bien à moi et tout ira bien.

Alicia: Où est-ce que vous m'emmenez?

Vergil: En lieu sur.

Alicia: Êtes vous... mon ange gardien?

Vergil: En quelque sorte oui.

Elle perdit alors connaissance, et il dut la maintenir d'autant plus fort pour l'empêcher de tomber. Elle venait de vivre une expérience traumatisante, et allait être séparée de sa famille après avoir vu sa maison ravagée, donc elle allait avoir besoin de temps pour s'en remettre. Ils avaient encore une longue route à faire, donc il allait devoir s'arrêter dans un motel discret pour se reposer. Mais plus il regardait la jeune femme qu'il tenait dans les bras, plus il se demandait pourquoi Jarod pouvait en avoir après elle.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Lun 18 Mai - 23:58

Quand Alicia Crow se réveilla, elle était allongée dans un lit qui rentrait difficilement dans une pièce minuscule. Elle pouvait voir par la fenêtre que l'orage grondait dehors. Elle ignorait totalement où elle se trouvait, et essaya de se remémorer ce qui s'était produit récemment. Tout avait commencé quand ce mutant recherché par l'état avait sonné chez elle pour parler à son père, et le prévenir qu'on tenterait de s'en prendre à lui. Tout était alors allé très vite. Des soldats étaient effectivement venus les chercher, mais au lieu de capturer son père les soldats s'en étaient pri à elle. Ils l'avaient trainé jusqu'à un hélicoptère après avoir battu sa mère, et un ange était apparu pour l'emmener avec elle.

Vergil: Est-ce que ça va?

Elle aperçut alors le jeune homme assis sur une chaise dans un coin de l'étroite chambre.

Alicia: Je crois... Où sommes nous?

Vergil: On est dans un motel perdu au bord de l'autoroute, à peu près à mi chemin entre votre maison et notre destination. J'ai du m'arrêter pour me reposer et parce que l'orage menaçait. Il n'y a personne d'autre à part le réceptionniste qui n'a pas posé de questions en échange de quelques billets. Personne ne viendra nous chercher ici.

Alicia: Et qui êtes vos exactement?

Vergl: Je m'appelle Vergil Anders, mais je suis plutôt connu en tant que "L'Ange Gardien" depuis que la ligue pour les droits des mutants m'a donné ce surnom. Je suis l'un des dirigeants du mouvement de résistance des mutants qui se bat pour leur liberté. Ne t'en fais pas, je n'ai pas l'intention de te faire de mal. Au contraire je suis là pour te protéger.

Alicia: Mais pourquoi ont-ils envoyé ces soldats pour me récupérer? Je ne suis que la fille d'un ministre.

Vergil: Il semblerait que tu figures sur la liste des mutants importants aux yeux de Jarod. Il a du t'arriver des choses étranges depuis ton adolescence je me trompe?

Alicia: Je n'ai jamais osé en parler à mon père, mais oui. Comme on a aucun antécédent dans la famille j'ai pensé que j'étais comme ces autre médium, mais il est possible que ça vienne d'une mutation. Ça a commencé par des rêves prémonitoires assez flou, et puis j'ai eu des flash lorsque j'étais éveillée. Maintenant, il m'arrive de voir des choses qui se déroulent dans le futur en me concentrant, et qui concernent des personnes qui me sont chères.

Vergil: Le don de prophétie... Mon père le voyait comme une malédiction. Une prédiction absurde a réussi à le rendre paranoïaque toute sa vie. C'est sans doute ce que cherchait Jarod. Celui qui connait l'avenir a toujours une longueur d'avance. Mais tu n'a pas eu de prémonition à propos de tout ce qui se passe actuellement?

Alicia: Non. Les choses changent quand un évènement qui n'était pas prévu se produit. Quelque chose a du arriver récemment.

Vergil: Et que vois tu pour le futur actuellement?

Alicia se concentra alors, et ses yeux devinrent blancs. Il n'y avait aucun doute, c'était bien une mutante. Cinq secondes plus tard, elle reprit ses esprits avec un air surpris.

Alicia: Les mutants regagnent la confiance de la population, qui se rebelle contre le gouvernement, le président est assassiné par un inconnu, et le monde connait à nouveau la paix.

Vergil: Alors Piers avait raison.

Alicia: Qui ça?

Vergil: Mon frère jumeau. Il a dit que nous ne gagnerions pas la guerre en massacrant des soldats, mais en mettant tous les autres de nôtre coté. Si tu a vu que ça peut marcher, alors ça vaut le coup d'essayer.

Alicia ne répondit pas, et semblait préoccupée.

Alicia: Et maintenant que va t'il se passer? Ce matin je me suis levée comme n'importe quel dimanche, et maintenant je suis une fugitive enlevée par un résistant. Même avec mes dons j'avoue avoir du mal à m'imaginer mon avenir. Je viens de perdre tout ce à quoi j'étais attachée en une seule journée.

Vergil: Je suis désolé. Si il y a quelque chose que je peut faire, il suffit de le demander.

Alicia: Vous avez vécu la même chose n'est-ce pas?

Vergil: Tout perdre d'un instant à l'autre? C'est l'histoire de ma vie. Mais ne parlons plus de malheurs. Il faut se reposer, car une fois l'orage passé, nous repartirons.

La tempête fut plus longue que prévu, et ils durent passer la nuit enfermés dans cet hôtel, n'ayant d'autre occupation que de discuter pour passer le temps. Ils avaient commencé par leurs histoires respectives, et avaient fini par dériver sur tout et n'importe quoi. Celà permettait à chacun de décerner le caractère de l'autre. Alicia était plutôt timide, et très sensible, mais d'une extrême gentillesse tandis qu'elle voyait en Vergil un jeune homme impulsif, émotionnel, et passionné, capable d'une grande loyauté. A la tombée de la nuit, elle s'endormit paisiblement en sachant qu'elle était entre de bonnes mains.

-----

Pendant ce temps, au milieu de l'avenue principale de Las Vegas, un homme vêtu d'un anorak et d'un chapeau en feutre courait au milieu de la foule, comme s'il était poursuivi par la police après un braquage de casino. Son nom était Hermann Krauser, scientifique allemand de renom, promu responsable des recherche à la NASA jusqu'à ce qu'un homme politique lui propose une offre plus intéressante. Il ignorait à ce moment qu'il venait de signer un pacte avec le diable. Quand il s'en est rendu compte, il était déjà trop tard pour tout arrêter, et il n'avait plus d'autre solution que de fuir pour sauver sa vie. Il savait très bien qui on avait envoyé à sa poursuite, et face à un des 8, seul l'un des 7 autres pouvait lui venir en aide. Malheureusement, il ne connaissait l'identité que de 2 d'entre eux, et le second avait commandité son assassinat. Cela ne laissait plus qu'une seule et unique personne, et même si c'était celle qu'il appréciait le moins, c'était sa dernière chance. L'avantage était qu'il n'était pas difficile à trouver. Son téléphone portable sonna alors dans sa poche, et quand il décrocha, il eut une sueur froide.

-Krauser: Je sais que c'est vous.

-Raven: Pas de famille, peu d'amis, officiellement disparu de la circulation depuis 3 ans, qui d'autre pourrait vous appeler?

-Krauser: Vous faites une erreur. Vous ne savez même pas pourquoi on vous a demandé de m'éliminer.

Il continua à marcher pendant qu'il parlait, en espérant ainsi gagner du temps.

-Krauser: Vous n'avez pas vu ce qu'ils préparent. Vous n'êtes que leur bras armé. Je sais quelle haine vous entretenez, mais cela ne justifie pas quelque chose d'une telle envergure.

-Raven: J'en sais assez, et cela ne change rien. Au fait, vous pensiez sincèrement trouver de l'aide auprès de lui en venant à Las Vegas?

Krauser venait de dépasser le Treasure Island, et apercevait enfin le bâtiment qu'il cherchait : Le Casino le plus récent et qui s'était vite imposé comme le plus huppé de la ville. Son entrée aux allures de terrier géant amenait à un lieu aux allures totalement surréalistes évoquant le monde d'Alice aux pays des merveilles. Sur son enseigne, on pouvait en lire le nom : L'antre du Lapin Blanc.

-Krauser: Qui ne tente rien n'a rien.

-Raven: C'est dommage que nous ne sachions jamais la réponse.

-Krauser: Vous comptez le faire ici? Au milieu de la foule?

-Raven: Vous me connaissez mal. Personne n'en saura rien.

Il vit les gens autour de lui se mettre à ralentir petit à petit, jusqu'à ce que leurs mouvements soient presque imperceptibles, puis il l'aperçut. Raven se tenait au milieu de la foule, portant un long manteau de cuir noir au dessus d'une tenue de combat renforcée sur laquelle étaient cachées de nombreuses armes blanches et armes à feu. Il avait également deux longs katanas et un fusil sniper accrochés dans le dos. Krauser eut le temps de voir sortir une lame cachée de son avant bras, puis Raven sembla se déplacer à la vitesse de la lumière, par saccades, en donnant l'impression de laisser des images de lui-même derrière lui, puis il sentit une lame lui transpercer la gorge. L'instant qui suivit, la foule se mit à hurler en voyant son corps tomber dans un bain de sang. Raven se tenait déjà en haut du toit du bâtiment d'en face. Il envoya alors un message disant "Raven à OP : Cible éliminée sans laisser de traces", puis donna un appel téléphonique.

Lapin Blanc: J'étais en pleine partie de poker avec le président Russe alors j'espère pour toi que c'est important.

Raven: Je viens de tuer un scientifique renégat devant ton casino, et étant donné que c'est le quatrième cette année tu risque d'avoir le droit à une descente de la police.

Lapin Blanc: Je t'ai déjà dit que je n'ai aucun souci à me faire.

Raven: Écoutes-moi Oliver, je sais aussi bien que toi ce que ça fait d'être orphelin, mais c'est pas parce que tu a réussi à devenir l'une des 3 plus grandes fortunes mondiales que tu dois prendre ta revanche sur la société en devenant un bourgeois snobinard. Ta trop grande confiance en toi va finir par te perdre! Tu ne caches même plus ton identité auprès des employés, et on finit par les retrouver morts dans une rue de Las Vegas. Tu n'es pas intouchable et tu finira par vraiment avoir des problèmes.

Oliver: Pas tant que j'ai le destin avec moi. Tu veux que je te raconte une histoire? J'ai connu deux enfants bourgeois d'une famille de milliardaires quand j'étais encore un mendiant. Deux jumeaux. Ils avaient largement de quoi me sortir de là sans qu'ils ne soient gênés, mais ces fils à Papa avaient trop peur de piquer quelques billets. Maintenant ils ont tout perdu et j'ignore ce qu'ils sont devenus, alors que j'ai réussi par moi même à arriver plus loin qu'eux. Crois moi, le destin juste et impartial existe, et il est de mon côté.

Raven: Tâches au moins de ne plus nous attirer de problèmes ou c'est toi qu'OP m'enverra tuer.

Il raccrocha alors, et se laissa errer dans les rues de Vegas afin de s'imprégner d'un peu de son atmosphère de rêve éveillé. De son côté, Oliver retourna à sa table de jeu avec une pensée pour le passé. S'il savait si bien jouer au Poker, c'était entre autre parce que les deux jumeaux dont il avait parlé lui avaient appris à y jouer.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Sam 3 Oct - 3:34

Si Vegas et toute la côte Ouest était épargnée par la tempete, la côté Est la subissait de plein fouet. La voie des airs était devenue totalement impraticable, et la vue d'un camion renversé par une bourrasque avait suffi à vider les routes de tout véhicule. Vergil était donc coincé avec Alicia Crow dans ce motel désert jusqu'à nouvel ordre. Si ils étaient totalement hors de danger, il se faisait énormément de soucis pour son frère qui était rentré au QG en piteux état avec un bras gravement blessé. Il avait déjà essayé d'appeler depuis son téléphone portable, mais le réseau était complètement HS. L'attente sans nouvelles était insupportable, surtout qu'il n'avait pas changé de forme depuis le combat devant la maison des Crow, ce qui pouvait signifier beaucoup de choses... Il avait tenté de demander à Alicia si elle pouvait voir quelque chose dans le futur, mais elle n'avait jamais rencontré Piers et celui-ci n'apparaissait jamais dans ses visions, ce qui pouvait également évoquer le pire. Les heures passaient lentement, sans aucune amélioration visible du climat. L'ennui se faisait sentir, et le réceptionniste avait fini par les inviter dans sa chambre pour partager ses réserves de chocolat chaud devant sa collection de vieux films. Au bout du 3e jour, un bruit assourdissant se fit entendre dehors, comme si la foudre avait frappé à la porte.

Alicia: Ils nous ont retrouvé?

Vergil jeta alors un œil par la fenêtre, et ne put cacher sa surprise.

Vergil: Je crois qu'on devrait sortir.

Alicia le suivit alors dehors malgré le vent menaçant, et put distinguer une sorte de jet furtif posé devant le motel. Une porte s'ouvrit alors sur le côté de l'appareil, comme pour les inviter à monter.

Vergil: On y va!

Il aida alors Alicia à monter puis s'engouffra lui même dans l'ouverture ne la fermant derrière lui. L'avion décolla alors puis fila dans les airs sans vaciller malgré la tempête. Alicia poussa alors un cri en voyant qu'il n'y avait personne aux commandes. Vergil quant à lui éclata de rire.

Vergil: Un jet furtif et qui résiste aux conditions extrêmes... Comment vous avez réussi à dénicher un bijou pareil? Pas avec ma carte de crédit j'espère?

Fox apparut alors sur le siège du pilote, et répondit avec son enthousiasme habituel.

Fox: Tu ne veux pas savoir.

Vergil: Tu crois vraiment que je vais te payer alors que les autres me répondront quand on arrivera?

Fox: Les autres ne savent pas non plus.

Vergil: Très bien. Alicia, je te présente... Fox. J'aimerais pouvoir te le présenter un peu plus convenablement mais à vrai dire je crois que tu en sais déjà autant que moi. Fox, je te présente Alicia Crow.

Alicia: Enchantée.

Fox: C'est réciproque.

Vergil: Alors que s'est-il passé durant mon absence? Et comment tu nous a trouvé?

Fox: ...

Vergil: Tu sais que j'ai rien sur moi alors tu pourrai au moins me dire comment va Piers.

Fox: Justement, je crois que tu aimerais l'apprendre le plus tard possible.

Vergil fut littéralement foudroyé par les mots de son coéquipier, et se laissa effondrer sur le siège du passager. Le voyage fut silencieux jusqu'à l'arrivée, où le Jet se posa sur la cour du manoir.

Fox: On a pas encore installé d'accès au hangar par le terrain de basket. Tu devrais aller voir ton frère.

Fox disparut alors à nouveau, et Vergil se précipita à l'intérieur en prenant Alicia par le bras. Il remarqua qu'un hélicoptère orné d'un aigle était posé un peu plus loin dans la cour, mais il était trop pressé pour se poser des questions.

Vergil: Je suis désolé, mais je te ferai les présentations et la visite plus tard.

Ils arrivèrent alors dans la chambre de Piers, et Vergil sortit un poignard en s'ouvrant le poignet pour faire un sacrifice sanguin. En ouvrant la porte, il trouva son frère au lit avec Vicky, avec un simple bandage au bras.

Piers: Vergil! Ca fait plaisir de te revoir en un seul morceau! On s'est fait du souci pour toi!

Vergil ne savait pas ce qui l'avait le plus effaré à ce moment là, mais il éclata de rire.

Vergil: Et dire que je t'imaginais agonisant sur ton lit de mort. A ce que je vois tu a l'air en pleine forme.

Vicky: Je confirme.

Vergil fut persuadé d'entendre Fox éclater de rire juste à côté, mais ne pouvait en être sur ne l'ayant jamais entendu le faire auparavant. Il remarqua alors qu'Alicia était juste derrière lui, et ne savait pas où se mettre.

Vergil: Alicia, je te présente mon frère Piers, et Vicky, la seule fille du groupe.

Alicia: Enchantée...

Vergil: Les autres, je vous présente Alicia Crow, la fille du ministre de l'intérieur. C'était elle que Jarod cherchait finalement. Je pense que jusqu'à nouvel ordre, elle sera notre invitée.

Piers: Bienvenue parmi nous! Une nouvelle présence féminine ne nous fera pas de mal.

Sur le coup, Vicky n'eut pas l'air ravie de la dernière réplique.

Vergil: On devrait les laisser.

Il emmena alors la nouvelle venue visiter le manoir presque entièrement retapé, et après lui avoir présenté Matt et Steeven, l'emmena dans une chambre habitable et inoccupée.

Vergil: Et voilà ta chambre. Je vais m'arranger avec ton père pour faire amener tes affaires car tant qu'on aura pas réussi à arrêter Jarod et Pinsher, s'éloigner d'ici est trop dangereux. Les soldats n'ont pas encore réussi à nous trouver, donc pour le moment c'est l'endroit le plus sur du pays pour les mutants en fuite.

Alicia: Il n'y a personne d'autre qui se réfugie ici?

Vergil: A vrai dire, c'est notre petit nombre qui nous permet de rester discret, et on n'est hélas pas en mesure d'accueillir tous les mutants qu'on sauve. Il manque juste Ethan qui doit encore être en mission, et Victor Lanzer qui doit être isolé en train de négocier avec ses autres contacts dans la résistance.

Alicia: Victor Lanzer est ici?

Elle avait visiblement l'air de très bien le connaître. Elle avait également récupéré une certaine bonne humeur.

Alicia: C'est un grand ami de la famille. Lui et mon père seraient capable de n'importe quoi pour s'entraider.

Vergil: Je pense que ça devrais aussi lui faire plaisir de te voir. Il doit être en salle de briefing, c'est là bas qu'on a notre seul moyen de communication sécurisé.

Quand ils arrivèrent devant la porte de ladite salle, celle-ci s'ouvrit pour laisser sortir Lanzer, ainsi qu'un homme borgne en uniforme militaire et un autre qui ressemblait à son second. Lanzer eut l'air surpris en voyant Alicia, mais n'en étais pas moins heureux.

Lanzer: Alicia! Qu'est-ce que tu fais là?

Vergil: C'est assez compliqué.

Lanzer: Votre frère m'avais prévenu que Jarod en avait après la famille Crow, mais je m'attendais plutôt à ce que vous reveniez avec Alexander. Il n'est pas mort au moins?

Vergil: Il va très bien. C'est à elle que Jarod en voulait finalement. Il était intéressé par son pouvoir de prophétie.

Lanzer: Alors tes soupçons étaient fondés.

Alicia: Il faut croire que oui.

Elle en avait visiblement parlé à Lanzer, ce qui montrait la relation très proche qu'ils entretenaient, vu que même ses parents n'étaient pas au courant. Vergil se tourna alors vers l'inconnu qui accompagnait Lanzer, assez méfiant. En effet, c'était la première fois qu'il avait invité quelqu'un à venir directement au QG.

Vergil: Au fait, qui êtes vous?

L'inconnu le jaugea de son oeil unique, avant de lui tendre une main que Vergil serra avec méfiance.

Fury: Nicolas Fury, directeur du SHIELD. J'imagine que vous en avez entendu parler?

Vergil: Prime Tech vous a fourni la plupart de votre équipement non? Dans ce cas mon père m'en a beaucoup parlé. Faut-il impérativement s'appeler Nick Fury et être borgne pour être directeur du Shield? Parce qu'il me semble que c'était déjà le cas des précédents...

Fury ne réagit même pas à sa raillerie, et se contenta de présenter son associé.

Fury: Et voici Bulton, mon second, qui me représente là où je ne peux pas me déplacer.

Bulton avait une grande balafre qui lui traversait le visage, ne faisant qu'accentuer son air patibulaire. Il regardait Vergil d'un air provocateur, que ce dernier lui rendit comme pour accepter un défi. Alors qu'ils s'étaient lancés dans un duel de regard, Lanzer les ramena tous les deux à la conversation. Vergil fut persuadé d'entendre Bulton penser "On règlera ça plus tard" quand ils durent tous les deux détourner le regard.

Lanzer: Je me suis permis de les faire venir ici car le SHIELD a depuis peu décidé de prendre son indépendance vis à vis du gouvernement, et pourrais représenter un allié de choix pour la résistance.

Vergil: J'imagine que votre aide sera très précieuse.

Fury: Nous avons commencé à aider les mutants fugitifs à émigrer hors des états unis, dans des pays où ils possèdent encore des droits. C'est pour le moment la solution la plu réalisable pour pouvoir sauver des vies de manière massive.

Vergil: Et dans quel pays les envoyez-vous?

Fury: Je n'ai malheureusement pas le droit de vous le dire. De toute façon ce n'est pas important. Si ça ne vous gêne pas, j'ai encore beaucoup à faire, et on a besoin de moi autre part, donc je vais retourner à mes occupations.

Vergil: Je vous raccompagne à la sortie. Alicia, je pense que toi et Lanzer avez beaucoup à vous dire.

Il raccompagna alors le directeur du Shield et son second, et Fury en profita pour lui parler plus personnellement.

Fury: Vous savez monsieur Anders, cela fait déjà un moment que je suis vos exploits. Je pense que vous avez un potentiel que vous ne pouvez imaginer, et que vous pourriez aller très loin si vous saviez vous en servir.

Vergil: La seule chose que je saches bien faire, c'est tuer d'autres êtres vivants.

Fury: Mais tuer certains d'entre eux peut avoir des conséquences bien plus bénéfiques que vous ne l'imaginez. Imaginez par exemple que vous réussissiez à exploiter ce talent pour éliminer le président et son nouveau vice président, mettant ainsi fin à cette folie.

Vergil: Vous me surestimez un peu.

Fury: Moins que vous ne le croyez. Pour en venir au fait, le SHIELD a besoin de gens comme vous. Si un jour vous êtes intéressé, on trouvera du travail pour vous dans lequel vous pourrez user de votre plein potentiel sans ternir votre image de justicier. Pensez-y. Bulton servira d'intermédiaire si nous devons entrer à nouveau en contact.

Fury et Bulton entrèrent alors dans leur hélicoptère créé par PrimeTech pour pouvoir voler quelles que soient les conditions climatiques. Vergil le regarda décoller tout en réfléchissant à l'offre qu'on lui avait faite. Il rentra ensuite complètement trempé à l'intérieur, pour faire un point de la situation actuelle. Il commença par aller interroger Steeven, pour essayer d'éclaircir son retour d'entre les morts.

Steeven : Quand on a fuit de Mutopia, ils ont réussi à m'avoir à la jambe, mais quand ils sont venus m'achever, j'ai réussi à me protéger en faisant apparaitre ma carapace alors qu'ils vidaient leur chargeur sur moi. J'ai fini par craquer à cause de la chaleur et j'ai repris ma forme normale en tombant dans les pommes. Jarod a du donner l'ordre de m'épargner par radio, car je me suis réveillé un peu plus tard sur une machine de torture.

Vergil se remémora alors avec douleur les parties de plaisir que Jarod s'offrait alors qu'il était lui même sur cette machine.

Steeven : Il s'en est vite lassé quand il est devenu vice président, et a du quitter Mutopia. Il m'a alors fait transférer dans son centre de détention pour prisonniers mutants importants, comme un trophée pour se remémorer cette victoire à Mutopia ce jour là. Il a aussi essayer d'avoir certaines informations de ma part pour vous retrouver, mais il a compris que je ne savais rien, et m'a juste laissé pourrir sur place. Quand vous avez attaqué la base militaire, il a fait sortir tous les détenus, mais m'a laissé là pour que vous perdiez du temps à essayer de me sauver. Il faut croire qu'il n'a pas eu de chance.

Vergil: Il voulait gagner du temps pour arriver le premier chez les Crow... Il avait vraiment tout vu venir. Son mutant radar a du nous voir venir de très loin...

Steeven: C'est là que quelque chose cloche. J'ai passé suffisamment de temps dans ce centre pour connaitre tous ses prisonniers, et il n'a jamais eu de mutant capable de lister les mutants d'un pays entier et de déterminer leur position dans une portée plus courte. Je ne sais pas comment il s'y est pris.

Vergil: Tu pense qu'il a une taupe chez nous?

Steeven: Je ne l'ai pas encore dit pour ne pas éveiller les soupçons, mais je ne vois pas d'autre solution.

Vergil réfléchit un instant, effrayé à l'idée d'un traitre dans l'équipe. Ça pouvait vraiment être n'importe qui à l'exception de lui mêle et de Piers, ainsi que Steeven qui n'était alors pas présent. Matt était-il vraiment arrivé par hasard quand ils l'ont rencontré? Jarod a t'il envoyé Fox, Ethan, ou Vicky en découvrant l'annonce qu'ils avaient laissé sur internet pour fonder une équipe? Et était-il possible que Lanzer joue en réalité un double jeu, et se fasse passer pour un résistant pour mieux les poignarder dans le dos? Tout était hélas envisageable.

Vergil: Merci Steeven.

Alors qu'il s'éloignait, il s'arrêta pour lui poser une dernière question.

Vergil: Au fait, vous avez eu des nouvelles d'Ethan?

Se rappelant que Steeven ne l'avait croisé que quelques secondes, il ajouta:

Vergil: C'est celui qui est parti avec moi quand vous êtes rentrés au QG. Il était censé sauver la deuxième cible de Jarod.

Steeven: Je suis désolé, mais les autres sont aussi inquiets que toi. Avec cette tempête, il est devenu impossible de s'éloigner de plus de 100 mètres d'un abri, donc si il est encore en vie, où qu'il soit, il va y être coincé un moment.

Vergil: Cette tempête ne couvre quand même pas une distance aussi grande?

Lanzer: C'est là qu'est le problème. Elle n'est pas naturelle.

Lanzer venait d'apparaître par la porte entrouverte. Il était impossible de savoir depuis combien de temps il était là.

Lanzer: Les données que votre ami hackeur a ramené de l'ordinateur de Jarod nous ont permis de découvrir l'existence d'une mutante nommée Hurricane, qui travaillerait pour Jarod en échange de la liberté de sa famille. Elle serait à l'origine de cette tempête pour paralyser les fugitifs ainsi que la résistance, et elle ne s'arrêtera pas tant que Jarod ne lui demandera pas.

Vergil: Mais la tempête ne devrait pas aussi paralyser l'armée?

Lanzer: C'est la le problème. Vous avez vu l'hélicoptère et le jet qui étaient posés dehors? Ils ont été créées par PrimeTech, l'entreprise que votre père a co-crée, et utilisent des technologies extrêmement avancées qui leur permettent de voler même dans ces conditions normalement impossibles. Et alors vous ne devinerez jamais qui est le premier fournisseur de l'armée?

Vergil: PrimeTech...

Lanzer: Exactement! L'entreprise a officiellement rompu les liens avec le gouvernement, mais il semblerait qu'il était déjà trop tard, et que la commande massive de l'armée était déjà livrée, et ne va pas vous faciliter la tâche. Vous n'avez pas encore eu affaire à des Drones de combat ou a des exo-armures?

Vergil: Rien qu'au nom, je sens que je ne vais pas aimer.

Lanzer: Les drones de combats sont des androïdes bien plus performants que les humains, qui peuvent être contrôlés à distance via une interface neuronale ce qui évite les morts inutiles en apportant en plus une plus grande puissance de frappe. Quant aux exo-armures, il s'agit de modèles optimisés pour l'armée crées à partir des plans de l'armure d'Iron Man. Autrement dit, l'armée a aussi pioché du côté de Stark Industries, comme par hasard juste avant que ces derniers ne coupent également les ponts avec le gouvernement.

Vergil: Je vois...

Lanzer: Le bon point dans cette affaire, c'est que ces deux entreprises gardent un certain contrôle sur leur marchandise. Le réseau d'interfaces neurales pour les drones de l'armée passe forcément par PrimeTech, et toutes les versions de l'armure d'Iron Man possédaient un système de désactivation à distance en cas de vol de l'armure. Autrement dit, si on réussit à s'en faire des alliés, et à les convaincre de saboter le matériel de l'armée, on pourrait créer une grande plaie dans les rangs adverses, et frapper immédiatement en retournant l'opinion publique contre le gouvernement. Pour ce dernier point, j'ai déjà tout prévu.

Vergil: Vous pensez vraiment que ça pourrait marcher?

Lanzer: Alicia en a eu la prophétie il y a quelques minutes. A nous de faire en sorte que ça ne change pas entre temps.

Vergil: Alors il est finalement temps d'aller découvrir mon héritage...

En effet, même si Vergil n'avait jamais mis les pieds à PrimeTech, il était "Le fils du patron", et devait avoir récupéré suffisamment d'influence depuis la mort de ce dernier pour être assez convainquant. Stark étant un grand ami de Neihlo Anders, ça allait également faciliter les choses.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daddy Pool
Ultimate Pschit-Man
avatar

Nombre de messages : 2837
Age : 28
Pschit-Team : Visiteur
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   Jeu 20 Mai - 17:21

Ayant réalisé que j'avais laissé le projet en plan, et que le scénario était trop ambitieux pour que je parvienne à lui donner vie, d'autant plus que je n'arrivais pas à donner de charisme à l'ensemble des personnages, vous allez désormais pouvoir retrouver la fin du scénario dans le topic de résumé de l'univers de Shinde sous la forme de synopsis à la manière de Gorby.

Autrement c'était TRES mal parti pour qu'il y ait une fin un jour, surtout que je n'ai plus le temps pour ça depuis un moment.

_________________
He's crazy like a fooooooool!
What about it Daddy Poooool!


PS: Merci Gorby pour cet instant de poétisme d'une rare intensité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Shinde Genesis : La Vengeance des anges jumeaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neon Genesis Evangelion - Les figurines
» [Golon, Anne & Serge] Angélique, marquise des anges
» Les " jumeaux " du Titanic
» Les anges ne naissent pas au Paradis
» Les Jumeaux de Conoco Station de Duchazeau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pschit-Men :: Adaptations et Blabla Divers :: Fan-Fictions-
Sauter vers: